Celestine

Alors Célestine n’est pas le prénom de ma nièce mais le nom du manteau que je lui ai cousu.  Ma chère belle sœur ayant la gentillesse de me donner beaucoup de vêtements pour mes deux princesses, j’ai eu envie de la remercier avec un cadeau « maison ». J’avais un beau lainage acheté l’année dernière lors de puces couturière dans un petit métrage et ne pouvant l’utiliser que pour un patron enfant, j’ai choisi de coudre un manteau à ma nièce.

Aussitôt dit, Aussitôt fait! Enfin presque!!

Le patron est donc Célestine de Madame Maman. Il existe uniquement en version papier et a l’inconvénient d’être commandable uniquement par taille. J’ai choisi un 10 ans pour une demoiselle de 8 ans. Le modele taille correctement.

image

J’aime beaucoup le côté petite fille modele de ce patron et j’adore particulièrement le dos avec son gros noeud:

image

Pour égayer le bleu marine, j’ai chercher sur internet une doublure un peu fantaisie, et c’est comme souvent sur le site de alittlemercerie que j’ai trouvé mon bonheur:

image

La séance photo n’a duré que quelques minutes, et la belle bien que très contente de son manteau avait très envie de retourner jouer avec ses cousins. Sa spontanéité immortalisée en photo, me permet de montrer l’intérieur du manteau. J’ai doublé les manches dans un tissu différent car la doublure fantaisie n’était pas suffisamment glissante. J’ai également intégralement redessiné la doublure car j’avais lu des commentaires sur internet indiquant qu’elle n’était pas cousue au bas du manteau et pas suffisamment large pour l’être.

image

Je suis vraiment très fan de ce modele et si je n’avais pas que la taille 10 ans j’en aurais bien fait une version à chacune de mes filles, mais j’avoue que payer 7€ de patron par taille me freine franchement.

Allez je rajoute encore quelques photos pour le plaisir:

image imageimage

Merci belle Meredith de t’être prêtée gentillement au jeu des photos pour le blog de Tata. Ça m’a fait mal au cœur de flouter ta si jolie frimousse mais je n’ai qu’une règle pas de visage d’enfant sur la toile…

Bon anniversaire Maman

Lilysews c’est un peu une histoire de famille… Dans mon dernier billet je vous ai présenté mes mini pouces, je fait l’éloge de mon cher et tendre ici, vous aviez deviné que le photographe « officiel » n’est autre que mon papa, photographe avant tout de musiciens jazz entre autres.

Aujourd’hui c’est ma Maman qui est à l’honneur. Pour tout vous dire, c’est ma maman qui m’a en premier initié à la couture. Le premier contact avec sa machine a été précoce (j’avais 3 ans) et douloureux puisque j’ai voulu arrêter l’aiguille avec mes mains et qu’elle a fini sa lancée dans mon doigt. Fort heureusement je n’en ai qu’un vague souvenir mais cet incident fait parti de nos histoires de famille. Ensuite c’est vers 12-13 ans que ma maman m’a appris à me servir de sa machine et le vice ou la passion a demarré. C’est avec un de mes premiers salaires que je me suis offert ma propre machine en…. 2003!

Ma maman, bien que très fière de ce que je réalise, a toujours un regard très critique sur mes projets et suit toujours avec attention les encours. Elle participe parfois aux séances photos et reajuste le faux-pli, le sous-vêtement qui dépasse, la pause crispée…

Pour son anniversaire cet été, j’ai eu vie de lui faire un cadeau home made. Je suis tombée par hasard sur un jersey turquoise parfaitement raccord avec ses yeux (là il faudra me croire sur parole!) et j’ai fait un écart à mon credo du moment « écouler mes stocks ». Je venais de finir ma Moneta version sans manches et le modele est tellement confortable que j’ai eu envie de lui en coudre une. Heureusement, on a le même gabarit car je n’aurais pas eu le courage de rassembler les 70 pages du patrons PDF. Ma maman est par contre un peu plus grande et j’aurai du rajouter quelques centimètres à la jupe.

Sympa elle a même accepté de jouer les mannequins:

image

imageimage

Vous pouvez admirer les carrelets en arrière plan car on est un peu chauvin sur la Charente-Maritime dans la famille.

Pour ma petite tribu

A l’avant veille d’envoyer mes chérubins en vacances chez leurs mamies, j’ai fait le constat que leurs shorts étaient franchement usés aux fesses et à la limite de la rupture pour certains. Quel beau prétexte pour leur faire des shorts assortis!

Dans le tri de mes coupons, j’avais reperé 2 coupons assortis fille / garçon qui attendaient depuis plus de 2 ans. Au départ ils avaient été achetés pour faire des vêtements de naissance et je n’en avais acheté que 50 cm. Il y en avait juste juste assez pour y casser 2 shorts pour mes filles.

Pour mes demoiselles, j’ai cousu le modele 606 A du burda enfant 2015; taille 92 pour Alice 18 mois et taille 104 pour Marion 3 ans et demie. C’est peu grand pour les 2 mais pas très dérangeant pour des shorts. Cousu en fin d’été ils n’ont pas eu le temps de s’abîmer, et seront donc parfaits l’année prochaine.

Pour mon Julien de 5 ans, j’ai cousu le modele Ray de la Maison Victor de mai juin 2015 en taille 116 et il tombe parfaitement. J’ai rajouté des poches dans les coutures de côté comme sur le modele Burda car c’etait impossible pour mon petit bonhomme de ne pas pouvoir emporter ses trésors dans ses poches.

Pas simple de réussir à faire poser la tribu, c’est encore Drimbo qui a su trouver le bon moment…image

Copier coller!

Il y a plus d’un an j’avais repéré ce modèle sur le site Asos et j’avais dans un coin de ma tête l’envie de le copier:

Lorsque j’avais acheté mon tissu pour ma blouse Jacinthe cet hiver, j’avais prévu large pour pouvoir réaliser cette robe. Depuis il ne m’a manqué que le temps pour pouvoir patronner le modèle. J’ai donc profité d’une semaine sans enfants (et sans mari) fin juillet pour m’y atteler. J’ai fait 2 toiles du dos pour qu’il soit « soutien-gorge » compatible (ce qui n’est pas le cas du modèle de départ il me semble) et surtout pour que le dos ne baille pas. J’ai un peu moins cintré la taille car je n’aime pas être serrée. J’ai également décalé la fermeture sur le côté pour qu’elle soit encore plus discrète. Heureusement que j’avais prévu très large pour le tissu, car j’ai été contrainte de doubler la jupe. Le tissu est un crêpe pas trop fin qui ne se froisse pas du tout (la robe a fait 500km dans un sac à dos avant la séance photo!!) et j’avoue c’est bien pratique.

La dentelle avait été achetée sur des puces couturières dans le 77 un peu par hasard également cet hiver. Donc à part la fermeture que j’ai acheté spécifiquement pour cette robe, tout le reste répond bien à mon défi du moment: écouler les stocks!

image

image

image

image

image

Enfin, pour finir ce billet un petit sondage… Une personne de mon entourage (qui se reconnaîtra 😋) m’a dit que ma robe était kitch… Alors kitch ou pas kitch?

Moneta

Plus besoin de présenter Moneta de Colette pattern, tellement il y en a eu de versions sur la toile. En bon mouton de panurge, je l’ai achetée il y a plus de 8 mois en pdf, je l’ai imprimée, assemblée (les 50 pages pour avoir toutes les versions) et puis…. rien. J’ai eu beaucoup de mal à trouver un tissu qui m’inspire. Le modèle étant très simple je ne souhaitais pas un tissu uni, alors que c’est plutôt ce que je porte habituellement… J’ai longuement hésité à faire une version marinière mais j’aurais souhaité trouver un tissu permettant de n’avoir que des rayures sur le milieu du haut et le milieu de la jupe, que je n’ai pas trouvé… Bref Moneta est restée à prendre la poussière sur un coin de mon plan de travail pendant fort longtemps.

Et puis est arrivé l’été, de fort belles vacances au Canada, et un retour avec des finances en bernes, alors j’ai pris la résolution de vider mes stocks de tissu. J’avais donc un coupon de 1m50 de Jersey noir et blanc qui attendait son heure lui aussi depuis quelques mois. Le métrage était bien insuffisant pour réaliser ma robe même dans sa version la plus simple sans manches et sans col. Il a donc fallu ruser surtout que le tissu imposait des raccords pas si simple à caler dans un métrage aussi petit.

Je vous presente donc ma Moneta bi-colore toujours sur fond de Charentes-Maritime.

image

image

image

imageimage

Sinon côté technique, j’ai bien aimé la technique de coudre la jupe sur un élastique etiré pour faire des fronces car elles sont très régulières. Écoulement des stocks oblige, je n’ai même pas cherché d’elastique transparent comme c’est préconisé. J’ai monté la jupe sur un élastique standard de 5mn de largeur et ça fonctionne très bien. Côté taille je l’ai coupé en M mais si je dois la refaire je rajouterai certainement un peu d’aisance sur le buste pour qu’elle soit encore plus confortable.

Bleu océan

M. Le photographe « officiel » étant en vacances… Le seul moyen d’avoir ses photos était de venir sur ses terres.

Je vous embarque donc pour les 3 prochains billets sur les routes de mon enfance, direction la Charente Maritime. Le premier arrêt est à La Tremblade, à l’embouchure de la Seudre. Si vous passez un jour par ici ne manquez pas d’aller y goûter une éclade de moule, véritable institution sur le port.

La robe que je vous presente aujourd’hui est un mélange du modèle 5A et 5B du Burda facile printemps/été 2015. J’ai choisi la version courte mais je lui ai rajouté les mancherons de la version longue pour pouvoir la porter au bureau. Le modèle est plutôt simple à réaliser et je n’ai fait aucune retouche. La seule difficulté était liée au choix du tissu car j’ai cousu un tissu pour maillot de bain de chez Pretty mercerie. Ce tissu est super fin, il glisse mais je dois dire qu’il est aussi agréable à porter qu’il a été difficile à coudre.

image

image

image

image

image

Pour mon Chéri d’amour

A force de coudre pour moi, ma garde de robe est plus que bien remplie. Et même si je porte beaucoup mes créations j’aime bien coudre quand le vêtement créé répond vraiment à un besoin.

J’avais très envie coudre un petit quelque chose à mon zamoureux car il subit sans jamais râler ma passion envahissante.

Même quand malencontreusement sa plante de pied se heurte à une de mes épingles égarées, j’ai le droit à une mini reflexion alors que franchement il serait en droit de s’énerver un bon coup. Il sait qu’après une dure journée mon stress s’évacue très vite devant ma machine et je dois avouer que je lui suis super reconnaissante quand il me dit gentiment: « allez file voir ta machine, je couche les enfants ». Je l’aime aussi très fort quand il s’intéresse à mes projets en cours et qu’il arrive à suivre le cheminement de mon débordement d’idées qui ne voit pas toujours le jour.

J’aime sa franchise quand il me donne son avis sur l’ajustement de tel ou tel vêtement. Alors pour toutes ces raisons j’avais très envie de coudre un petit quelque chose à mon chéri d’amour. Mais mon zamoureux ne porte que des chemises à l’exclusion des vacances où quelques polos peuvent venir agrémenter son dressing. Et comme j’aime joindre l’utile à l’agréable… Pas le choix, le petit quelque chose se devait d’être une chemise.

Le patron vient du livre de Ryuichiro Shimazaki et c’est le modèle n°4. Alors on va pas se mentir, rien que le décalage du patron avec l’ajout des marges de coutures c’est super long. L’assemblage est fastidieux même si toutes les étapes sont parfaitement expliquées. Il faut maîtriser sa machine et savoir coudre droit à quelques millimètres du bord. Ce qui est génial c’est que les finitions se font à chaque étape et que pour la perfectionniste que je suis toutes les coutures sont supers propres.

Etant partie sur un tissu très classique, j’ai choisi un boutonnage un peu original et au point où j’en étais ce n’est pas 20 boutonnières qui m’auraient effrayées!!

Je crois que Chéri d’amour est plutôt content du résultat même s’il reconnaît que la taille M aurait peut être été mieux. Gentil jusqu’au bout il a accepté de faire le modèle car il a bien vu que les photos à plat ne me donnaient pas entière satisfaction.

image

image

image

image

image

La Distinguée ou presque…

Aujourd’hui c’est un modèle de la jolie girafe que je vous présente: la distinguée. Le patron est sortie en avril et j’avais particulièrement adorée la version de Bee mode.

imageNi une ni deux, je commande le patron, mon tissu et en avant. Cela fait bien 2 mois que la robe est cousue, bien un mois que les photos sont prises mais pas l’envie de faire ce billet.

Pourquoi, parce que le jour de la séance photo, j’étais pas très à l’aise. Mon photographe n’est autre que mon papa et habituellement je fais les photos chez mes parents. Ce jour là, c’était dans mon quartier et je n’assumai pas le fait de pouvoir croiser des voisins entrain de faire la belle sur le parvis de l’église. Au final je trouve que ce malaise se voit sur les photos.

Et puis j’ai mes vieux Demons qui de temps en temps remontent à la surface… L’acceptation de mon corps n’a pas toujours été simple et parfois au détour d’un miroir mes complexes reviennent. Alors oui, j’ai des bras potelés, un petit bidou…Certains jours je l’assume et déclare avec conviction que c’est le souvenir heureux du petit nid construit pour mes 3 enfants et certains jours et bah c’est juste un petit bidou disgracieux.

J’ai hésité à poster ces photos, j’ai eu envie de les refaire mais le dit photographe a pris ses quartiers d’été. Et puis, j’ai peu cousu pour moi ces derniers temps donc je n’ai pas grand chose d’autre à vous présenter.

Bon je vous raconte ma vie mais c’est surtout la Couture qui nous intéresse. La robe a été realisée dans une broderie anglaise acheté chez Alice Boulay et doublée d’un voile de coton. Selon le tableau de mensuration, j’avais coupé le haut en M et le bas en XL mais au final j’ai reajusté le bas sur la taille M. La réalisation est très simple. La robe est très agréable à porter. J’aime particulièrement le biais couleur bronze qui lui donne une jolie finition.

Je pense éventuellement en refaire une autre version en copiant la version de Christine.

Bon bah place aux photos:

image

image

 

imageEt puis avec le sourire de la fille super à l’aise et mon petit bidou que j’aime autant que je déteste:image

 

Robe de printemps

Aujourd’hui je vous présente ma petite robe de printemps modèle 107 du BURDA de février 2015. Elle a bien failli ne jamais être présentée ici car le modèle semblant très simple je n’ai pas fait de toile.

imageAu premier essayage, énorme déconvenue…. Elle avait tout du sac à patates! Je ne sais pas pourquoi, mais à chaque fois que je me lance dans un projet simple et en théorie rapide… Et ben ça va jamais! Déjà le projet précédent un pantalon slim pourtant déjà réalisé et présenté Ici, c’est révélé trop petit et immettable. Deux projets à la suite raté… Et ben comme dirait mon fiston « c’est pas juuuusteeee »!! 😉 et surtout très décourageant.

Mais par nature, je n’aime pas renoncer et j’ai rarement plusieurs projets en cours. Ayant peu de temps pour coudre, j’essaye au maximum de me concentrer sur un projet à la fois. J’ai donc sorti mes épingles, mon fil à bâtir et en avant pour les retouches.

Au final, j’ai enlevé 10 cm de chaque côté au niveau de la taille, 6 cm au niveau des emmanchures sous les bras et j’ai repris l’encolure de 16 cm (4cm de chaque côté des raglans). Pour info, j’avais coupé le modèle en taille 38 donc cette robe taille très très grand!

Le tissu est un coton tout doux et assez souple. Il a malheureusement tendance à froisser un peu trop vite à mon goût mais est très agréable à porter.

image

image

Avec mon sac à main assorti comme dirait une de mes collègues: « c’est la classe à Dallas » imageimage

Tuto push-up

Le choix du titre aurait aussi pu être « mission impossible » parce que je me suis lancée le défi de réussir à faire un soutien gorge et deux culottes avec une bande de dentelle et une bande de lycra de 20 cm sur 135cm de large chacune. Le titre aurait aussi pu être halte au gaspillage car à la fin du projet, il y en avait zéro reste de tissu!

image

Comme pour le modèle précédent  pour le soutien gorge j’ai réalisé le modèle PBH30 de merckwaerdigh car je le trouve très bien coupé.

image

Pour les culottes j’ai utilisé comme base le modèle de Sewy mais comme inspiration des modèles trouvés sur Pinterest. N’ayant pas suffisamment de tissu pour faire les deux mêmes modèles, j’ai cherché deux modèles compatibles en terme de « consommation de tissus » c’est à dire un plutôt dentelle et l’autre plutôt lycra.

image

Le détail de chacune de face et de dos:

imageimageimageimage

Et vu en ensemble

imageimage

Comme promis vous trouverez ci dessous un lien pour le tuto pour réaliser un soutien gorge push-up. J’espère que j’ai suffisamment détaillé chaque étape. N’hésitez pas à me poser des questions si certaines parties ne vous semblent pas claires et n’hésitez pas à me laisser un petit commentaire si vous avez juger ce tuto utile.

La méthode est sensiblement la même pour réaliser un soutien gorge avec une bande complète, je peux envisager de faire également un tuto complémentaire si besoin. À vous de me dire…

Pour accéder au tuto: Tuto Push up