Sac « Vanessa Bruno »

Depuis toujours, j’aime beaucoup les sacs à main. J’ai une collection disons honorable car mon mari connaissant mon penchant m’en offre à l’occasion. Par contre, j’avoue que j’ai du mal à mettre une belle somme d’argent dans quelque chose que je peux faire moi-même. C’est un peu le cas avec les sacs Vanessa Bruno, je les trouve très beaux mais franchement chers pour des cabas en tissu.

En surfant sur la toile, en quête d’idée de cadeaux faits maison je suis tombée sur ce tuto: Tuto sac Vanessa Bruno. Il est très bien fait. Il y a juste une erreur dans le besoin en ruban paillettes de 2cm de large. Il en faut 2m40 et non 2m20.

La seule difficulté est de coudre à la main les 8 mètres de paillettes. Je n’ai pas trouvé la technique à la machine alors si quelqu’un sait comment faire, je suis preneuse…. l’idée de doubler le sac avec du tissu enduit donne vraiment de la tenue au sac puisque sur les photos il est vide et il tient tout seul.

Une fois n’est pas coutume, merci Papa pour les photos et pour ta belle rose de décembre…

imageimageimageimage

Graine de star

Comme tous les ans à cette époque de l’année, je croule sous le boulot et le blog en pâtit un peu. J’ai un certain retard dans mes publications pourtant les photos sont faites depuis fort longtemps mais pas simple après des journées déjà bien longues de trouver l’énergie d’écrire.

Ce petit préambule pour vous présenter la robe que j’ai cousue à Marion pour sa première rentrée des classes. Il s’agit du modele 25 du magazine Ottobre printemps 1/2014. Comme souvent avec Ottobre par rapport aux silhouettes de mes enfants cela taille un peu large mais Marion est fan de sa robe. Je l’ai cousue peu de temps après mes 2 Moneta visible ici et Ici et j’ai utilisé la même technique pour assembler la jupe et le haut.

Comme toujours, c’est mon papa qui est à la manœuvre pour les photos. Elles ont été faites pendant les vacances de la Toussaint (quand je vous dis que j’ai du retard 🙂 ) et le moins qu’on puisse dire c’est que la Belle s’est bien prise au jeu ou que le photographe a su capter avec brio son espièglerie!

imageimageimage
image

Hommage aux victimes…

C’est sûre que nos aiguilles semblent bien fines face aux kalachnikovs des terroristes, mais nous sommes plusieurs couturières à nous associer à un projet collectif pour rendre hommage aux victimes du 13 novembre. A l’origine c’est Sélèné qui nous a proposé de coudre chacune un carré de 22 cm de côté (marge de couture comprise) et de les assembler pour faire une couverture. Elle sera ensuite exposée peut être au Bataclan ou dans le quartier où les attentats ont eu lieu.

Si vous souhaitez participer, il faut envoyer vos créations avant le 1er décembre à l’adresse ci-dessous:

Histoire de coudre
Operation couverture de la paix
15 rue du général de Gaulle
45650 Saint Jean le Blanc

« Messieurs les terroristes,
Je suis tout ce que vous pouvez haïr. J’aime la vie par dessus tout, boire du vin et faire la fête. J’aime les jupes courtes et les robes ajustées que je couds moi même pour qu’elles mettent encore plus en valeur mes formes féminines. Triste ironie du sort, jeudi 12, j’ai terminée une petite robe noire, parfaite robe de deuil… Mais une fois encore elle est tout ce que vous détestez: un décolleté plongeant, un dos nu en dentelle et une jupe virevoltant. Je n’ai de cesse de la porter depuis 15 jours tant elle traduit ma révolte et ma tristesse. Mon hommage aux victimes c’est avec mes aiguilles que je le rends, car votre combat est vain et Paris sera toujours une fête. »

imageimage

 

Édit du 16 décembre 2015
La couverture a été assemblée et doublée ce week-end dans la boutique Ines patchwork dans le 11eme. Elle mesure 3m20 sur 2m, et elle est juste magnifique:

imageimageimageimage

Un peu d’insouciance…

Pas facile depuis vendredi d’avoir le cœur léger… Alors on savoure encore un peu plus les petits bonheurs anodins de la vie de tous les jours: un bon mot d’enfant, un calin spontané accompagné d’un « maman je t’aime »….

Et bien qu’ils soient déjà terriblement gâtés , on se surprend à vouloir les choyer encore plus nos petits chérubins. Alors ce week end quand Julien m’a demandé de fabriquer un manteau pour « Petit loup » la mascotte de l’école en visite chez nous, le coeur n’était pas à la couture et je ne l’ai pas fait… Et puis, je l’ai entendu raconté que sa maman allait faire le manteau de la mascotte et je me suis laissée convaincre. Son bonheur et sa fierté d’amener « Petit loup » ce matin avec son nouveau manteau n’ont juste pas de prix.

C’est au final une petite couture sans prétention mais elle m’a vraiment mis du baume au coeur.

imageimage
imageimage

Édit du 11 décembre
L’avantage dans une petite école c’est que les maîtresses sont très proches de tous les élèves mais l’inconvénient c’est que les enfants leurs racontent tout. Dès le lendemain du retour de Petit loup avec son manteau, Julien est allé voir la maîtresse de sa sœur pour lui dire que sa maman pouvait faire une robe à Petite louve, mascotte officielle de la classe de Marion. Le vendredi soir, ça n’a pas loupé, Marion avait été désignée pour emmener Petite louve pour le week end et rebelotte pour Maman une petite cousette.

Et voilà donc la fameuse Petite Louve dans sa robe de gala:

imageimageimage

Celestine

Alors Célestine n’est pas le prénom de ma nièce mais le nom du manteau que je lui ai cousu.  Ma chère belle sœur ayant la gentillesse de me donner beaucoup de vêtements pour mes deux princesses, j’ai eu envie de la remercier avec un cadeau « maison ». J’avais un beau lainage acheté l’année dernière lors de puces couturière dans un petit métrage et ne pouvant l’utiliser que pour un patron enfant, j’ai choisi de coudre un manteau à ma nièce.

Aussitôt dit, Aussitôt fait! Enfin presque!!

Le patron est donc Célestine de Madame Maman. Il existe uniquement en version papier et a l’inconvénient d’être commandable uniquement par taille. J’ai choisi un 10 ans pour une demoiselle de 8 ans. Le modele taille correctement.

image

J’aime beaucoup le côté petite fille modele de ce patron et j’adore particulièrement le dos avec son gros noeud:

image

Pour égayer le bleu marine, j’ai chercher sur internet une doublure un peu fantaisie, et c’est comme souvent sur le site de alittlemercerie que j’ai trouvé mon bonheur:

image

La séance photo n’a duré que quelques minutes, et la belle bien que très contente de son manteau avait très envie de retourner jouer avec ses cousins. Sa spontanéité immortalisée en photo, me permet de montrer l’intérieur du manteau. J’ai doublé les manches dans un tissu différent car la doublure fantaisie n’était pas suffisamment glissante. J’ai également intégralement redessiné la doublure car j’avais lu des commentaires sur internet indiquant qu’elle n’était pas cousue au bas du manteau et pas suffisamment large pour l’être.

image

Je suis vraiment très fan de ce modele et si je n’avais pas que la taille 10 ans j’en aurais bien fait une version à chacune de mes filles, mais j’avoue que payer 7€ de patron par taille me freine franchement.

Allez je rajoute encore quelques photos pour le plaisir:

image imageimage

Merci belle Meredith de t’être prêtée gentillement au jeu des photos pour le blog de Tata. Ça m’a fait mal au cœur de flouter ta si jolie frimousse mais je n’ai qu’une règle pas de visage d’enfant sur la toile…

Bon anniversaire Maman

Lilysews c’est un peu une histoire de famille… Dans mon dernier billet je vous ai présenté mes mini pouces, je fait l’éloge de mon cher et tendre ici, vous aviez deviné que le photographe « officiel » n’est autre que mon papa, photographe avant tout de musiciens jazz entre autres.

Aujourd’hui c’est ma Maman qui est à l’honneur. Pour tout vous dire, c’est ma maman qui m’a en premier initié à la couture. Le premier contact avec sa machine a été précoce (j’avais 3 ans) et douloureux puisque j’ai voulu arrêter l’aiguille avec mes mains et qu’elle a fini sa lancée dans mon doigt. Fort heureusement je n’en ai qu’un vague souvenir mais cet incident fait parti de nos histoires de famille. Ensuite c’est vers 12-13 ans que ma maman m’a appris à me servir de sa machine et le vice ou la passion a demarré. C’est avec un de mes premiers salaires que je me suis offert ma propre machine en…. 2003!

Ma maman, bien que très fière de ce que je réalise, a toujours un regard très critique sur mes projets et suit toujours avec attention les encours. Elle participe parfois aux séances photos et reajuste le faux-pli, le sous-vêtement qui dépasse, la pause crispée…

Pour son anniversaire cet été, j’ai eu vie de lui faire un cadeau home made. Je suis tombée par hasard sur un jersey turquoise parfaitement raccord avec ses yeux (là il faudra me croire sur parole!) et j’ai fait un écart à mon credo du moment « écouler mes stocks ». Je venais de finir ma Moneta version sans manches et le modele est tellement confortable que j’ai eu envie de lui en coudre une. Heureusement, on a le même gabarit car je n’aurais pas eu le courage de rassembler les 70 pages du patrons PDF. Ma maman est par contre un peu plus grande et j’aurai du rajouter quelques centimètres à la jupe.

Sympa elle a même accepté de jouer les mannequins:

image

imageimage

Vous pouvez admirer les carrelets en arrière plan car on est un peu chauvin sur la Charente-Maritime dans la famille.

Pour ma petite tribu

A l’avant veille d’envoyer mes chérubins en vacances chez leurs mamies, j’ai fait le constat que leurs shorts étaient franchement usés aux fesses et à la limite de la rupture pour certains. Quel beau prétexte pour leur faire des shorts assortis!

Dans le tri de mes coupons, j’avais reperé 2 coupons assortis fille / garçon qui attendaient depuis plus de 2 ans. Au départ ils avaient été achetés pour faire des vêtements de naissance et je n’en avais acheté que 50 cm. Il y en avait juste juste assez pour y casser 2 shorts pour mes filles.

Pour mes demoiselles, j’ai cousu le modele 606 A du burda enfant 2015; taille 92 pour Alice 18 mois et taille 104 pour Marion 3 ans et demie. C’est peu grand pour les 2 mais pas très dérangeant pour des shorts. Cousu en fin d’été ils n’ont pas eu le temps de s’abîmer, et seront donc parfaits l’année prochaine.

Pour mon Julien de 5 ans, j’ai cousu le modele Ray de la Maison Victor de mai juin 2015 en taille 116 et il tombe parfaitement. J’ai rajouté des poches dans les coutures de côté comme sur le modele Burda car c’etait impossible pour mon petit bonhomme de ne pas pouvoir emporter ses trésors dans ses poches.

Pas simple de réussir à faire poser la tribu, c’est encore Drimbo qui a su trouver le bon moment…image

Copier coller!

Il y a plus d’un an j’avais repéré ce modèle sur le site Asos et j’avais dans un coin de ma tête l’envie de le copier:

Lorsque j’avais acheté mon tissu pour ma blouse Jacinthe cet hiver, j’avais prévu large pour pouvoir réaliser cette robe. Depuis il ne m’a manqué que le temps pour pouvoir patronner le modèle. J’ai donc profité d’une semaine sans enfants (et sans mari) fin juillet pour m’y atteler. J’ai fait 2 toiles du dos pour qu’il soit « soutien-gorge » compatible (ce qui n’est pas le cas du modèle de départ il me semble) et surtout pour que le dos ne baille pas. J’ai un peu moins cintré la taille car je n’aime pas être serrée. J’ai également décalé la fermeture sur le côté pour qu’elle soit encore plus discrète. Heureusement que j’avais prévu très large pour le tissu, car j’ai été contrainte de doubler la jupe. Le tissu est un crêpe pas trop fin qui ne se froisse pas du tout (la robe a fait 500km dans un sac à dos avant la séance photo!!) et j’avoue c’est bien pratique.

La dentelle avait été achetée sur des puces couturières dans le 77 un peu par hasard également cet hiver. Donc à part la fermeture que j’ai acheté spécifiquement pour cette robe, tout le reste répond bien à mon défi du moment: écouler les stocks!

image

image

image

image

image

Enfin, pour finir ce billet un petit sondage… Une personne de mon entourage (qui se reconnaîtra 😋) m’a dit que ma robe était kitch… Alors kitch ou pas kitch?

Moneta

Plus besoin de présenter Moneta de Colette pattern, tellement il y en a eu de versions sur la toile. En bon mouton de panurge, je l’ai achetée il y a plus de 8 mois en pdf, je l’ai imprimée, assemblée (les 50 pages pour avoir toutes les versions) et puis…. rien. J’ai eu beaucoup de mal à trouver un tissu qui m’inspire. Le modèle étant très simple je ne souhaitais pas un tissu uni, alors que c’est plutôt ce que je porte habituellement… J’ai longuement hésité à faire une version marinière mais j’aurais souhaité trouver un tissu permettant de n’avoir que des rayures sur le milieu du haut et le milieu de la jupe, que je n’ai pas trouvé… Bref Moneta est restée à prendre la poussière sur un coin de mon plan de travail pendant fort longtemps.

Et puis est arrivé l’été, de fort belles vacances au Canada, et un retour avec des finances en bernes, alors j’ai pris la résolution de vider mes stocks de tissu. J’avais donc un coupon de 1m50 de Jersey noir et blanc qui attendait son heure lui aussi depuis quelques mois. Le métrage était bien insuffisant pour réaliser ma robe même dans sa version la plus simple sans manches et sans col. Il a donc fallu ruser surtout que le tissu imposait des raccords pas si simple à caler dans un métrage aussi petit.

Je vous presente donc ma Moneta bi-colore toujours sur fond de Charentes-Maritime.

image

image

image

imageimage

Sinon côté technique, j’ai bien aimé la technique de coudre la jupe sur un élastique etiré pour faire des fronces car elles sont très régulières. Écoulement des stocks oblige, je n’ai même pas cherché d’elastique transparent comme c’est préconisé. J’ai monté la jupe sur un élastique standard de 5mn de largeur et ça fonctionne très bien. Côté taille je l’ai coupé en M mais si je dois la refaire je rajouterai certainement un peu d’aisance sur le buste pour qu’elle soit encore plus confortable.

Bleu océan

M. Le photographe « officiel » étant en vacances… Le seul moyen d’avoir ses photos était de venir sur ses terres.

Je vous embarque donc pour les 3 prochains billets sur les routes de mon enfance, direction la Charente Maritime. Le premier arrêt est à La Tremblade, à l’embouchure de la Seudre. Si vous passez un jour par ici ne manquez pas d’aller y goûter une éclade de moule, véritable institution sur le port.

La robe que je vous presente aujourd’hui est un mélange du modèle 5A et 5B du Burda facile printemps/été 2015. J’ai choisi la version courte mais je lui ai rajouté les mancherons de la version longue pour pouvoir la porter au bureau. Le modèle est plutôt simple à réaliser et je n’ai fait aucune retouche. La seule difficulté était liée au choix du tissu car j’ai cousu un tissu pour maillot de bain de chez Pretty mercerie. Ce tissu est super fin, il glisse mais je dois dire qu’il est aussi agréable à porter qu’il a été difficile à coudre.

image

image

image

image

image