Catégorie : Veste

Me made month…

Pour la première année dans le sillage de Flo j’ai participé au « me made month ». Pour les non initiés, ce défi consiste à porter au cours du mois de mai ses cousettes. Pas d’obligation, chacun fait en fonction de sa garde de robe et de ses envies mais l’idée est de publier chaque jour une photo. Cette démarche permet également de porter un œil critique sur ce qui est porté au quotidien, de constater s’il y a des manquants à combler mais aussi pour ma part de ressortir des modèles moins souvent mis à l’honneur.

Telle la tortue j’ai mis du temps à démarrer et n’ai commencé que le 11 du mois mais j’ai été plutôt assidue. Telle la tortue encore, j’ai été très longue à écrire cet article car je ne suis vraiment pas une reine de la technologie et mon téléphone refusait le transfert des photos. Voici donc le résumé de ma participation et normalement en cliquant sur chaque photo, vous pouvez retrouver l’article associé sur le blog si vous souhaitez plus d’info sur un patron.

 

,

J31:J’aime ça forme et son tissu mais je ne sais pas si c’est parce que le bustier est baleiné mais j’ai la fâcheuse sensation d’exhiber mon SG dès que je me penche, du coup je la porte très rarement.

Voila pour ma première participation qui confirme que je porte beaucoup beaucoup de robes. Il n’y a pas vraiment de manquant. Ma garde de robe est franchement pleine à craquer et je crois que je peux tenir sans problème 1 mois et demi sans doublon!

Bonne année 2018

Avant tout, je vous souhaite une très belle année 2018 avec plein de chouettes tissus et plein de beaux projets coutures et surtout pas trop de bonnes résolutions intenables ! (Euh ça c’est surtout pour moi ;-))

Avant de commencer 2018, l’heure est au bilan de 2017. J’aime bien faire ce petit recap tous les ans qui me permet de me rendre compte que je couds plus que je ne le pense et surtout prendre conscience que plus les années passent et plus je couds des choses qui me correspondent et qui sont régulièrement portée.

Alors comme d’habitude, les robes ont été à l’honneur:

Il y a ensuite eu des vestes:

Quelques hauts:

Une combi-short:

Un peu de couture enfants:

Et grande nouveauté cette année, du tricot:

Le constat de ce bilan est que cette année j’ai très peu cousu pour mes enfants qui sont pourtant plutôt demandeurs, que definitivement je porte et couds peu de pantalon (mais j’ai reçu Patrick en cadeau…) et que ne portant peu de pantalon et de jupe, les hauts ne sont pas souvent à l’honneur non plus.
Bref je porte des robes et des robes et encore de robes donc mes cousettes sont plutot cohérentes! Le bilan est donc plutot positif.

Cette année il n’y a pas eu de lingerie mais j’ai trouvé que les soutifs et culottes cousus les années précédentes n’ont pas si bien tenus dans le temps et cela m’a donc un peu découragée.

A très bientôt avec des nouveautés.

Ma veste de robocop!

Vu l’étendue inépuisable de patrons proposés par Burda sur son site internet c’est un vieux patron que je vous présente aujourd’hui la veste 115 de février 2014.

Cette veste je l’avais repérée sur Thread and Needles, classée dans mes favoris et gardée dans un coin de ma tête depuis sa sortie. Et puis cet été j’ai eu un gros coup de cœur pour un coupon de 5m à un prix défiant toute concurrence dont le métrage correspondait à une maxi robe dos nu, elle aussi dans ma liste d’envie.

La robe a était cousue mais comme on l’aperçoit sur les cotés du mannequin, elle baille complètement et n’est absolument pas portable sans atteinte à la pudeur. Ma motivation à la reprendre a baissé avec les températures de rentrée et elle est restée en l’état pour le moment. Sauf que des 5 m de tissus requis, j’en ai à peine utilisé 2 (je n’ai pas doublé la jupe) et que ce tissu je l’aime fortement beaucoup !

C’est donc là que la veste restée dans un coin, est réapparue et que ni 1 ni 2 je me suis retrouvée à scotcher et découper mon patron PDF.

La plupart des vestes Burda étant cousu sur le même principe, je n’ai pas rencontré de difficultés particulières jusqu’à l’essayage…

Sur le croquis, j’aimais beaucoup les petits mancherons raglans sauf qu’au premier essayage, j’ai eu l’impression d’avoir cousue un déguisement de robocop. Pour atténuer l’effet « épaules de nageuses des pays de l’est » je ai cousu les mancherons aux manches sur 2 cm au niveau du milieu bras. J’ai également réduis de 2 cm la largeur des manches.

En théorie, il aurait certainement fallu que je reprenne la pente de la ligne d’épaule mais j’avoue ne pas avoir eu le courage de redemonter la veste intégralement

Enfin, j’ai supprimé une bande de 1,5 cm sur chacun des milieux devants pour également essayer de réduire la carrure. .

Vous l’aurez compris, j’étais très mitigée sur le rendu de cette veste. Je me suis quand même forcée à la porter, un peu par dépit au départ; plus pour me convaincre que « non » ce tissu n’était pas maudit et que « non » je n’avais pas complètement perdu la main en couture et que j’étais encore capable de coudre des vêtements portables. Et puis petit à petit on s’est adoptée elle et moi, son côté robocop la rend super confortable et comme le tissu contient un peu d’elasthanne, j’ai presque l’impression de porter un gilet.

Et puis j’aime beaucoup la basque et la façon dont elle est cintrée.

 Alors certes, cette veste à un petit côté blouson de moto et oui je trouve toujours qu’elle me fait des épaules de déménageurs mais je l’assume et j’ai plaisir à la porter.

Quand ça veut pas…

Aujourd’hui c’est l’histoire d’un magnifique coupon acheté chez prettymercerie et gardé précieusement depuis de long mois. Depuis le début son destin était d’être transformé en veste mais le choix c’est avéré presque cornélien entre un patron nouveau et une veste un peu complexe mais dont le patron était déjà décalqué.

La flemme d’un nouveau décalquage + ajout de marge de couture l’a emporté et c’est donc une veste Burda (114 03/17) déjà cousue ici pour ma Maman qui l’a emporté. Au moment de m’y mettre impossible de retrouver le dit patron dans mon classeur. Ce n’est qu’au bout d’1h après avoir pesté, ragé, crié au voleur et vidé intégralement mon atelier que je l’ai retrouvé au milieu d’un magazine La Maison Victor! Ah quand ça veut pas…

Le modele n’est pas simple mais pas insurmontable. Il y a beaucoup de pièces et les découpes à angle droit demandent un peu/beaucoup de précision.

Bon c’est sur que sur ce tissu on ne voit pas vraiment les découpes et la difficulté qui va avec!

Et ce tissu justement ? Et ben c’est pas la joie. Il s’effiloche super vite. J’ai du surjeter toutes les pièces avant de les assembler. Ce n’est qu’à la fin que j’ai réalisé qu’il n’avait pas assez de tenu et qu’il aurait mérité que je l’entoile. Pour essayer de rattraper tout ça, j’ai vaporisé ma veste de Fabulon, c’est un peu mieux mais c’est encore un peu trop mou à mon goût!

Et quand je vous dis que ça veut vraiment pas, pour finir c’est le photographe qui a eu des soucis… Sa voiture lui a fait des siennes le jour où nous devions nous voir pour une séance photos et quand enfin nous avons réussi à nous croiser ses flashs lui ont fait des misères de faux contact et autres soucis de parametrage. Bref il lui a fallu un temps certain avant qu’avec un grand stoïcisme il trouve comment dompter la bestiole. Et c’est finalement avec le sourire que nous avons immortalisé cette veste « qui veut vraiment pas »

Mon petit « bombers » fleuri

Après plus de 5 articles sans coudre du Burda, j’étais presque en manque 😉 Bon non je plaisante mais c’est vrai que le site de burdastyle.com quand je cherche un modèle bien précis est une vrai mine d’or.

Et ce printemps j’ai eu une obsession – alors que je suis rarement la mode – pour un petit bombers fleuris. Cette pièce est pourtant absolument pas mon style mais à force d’en voir partout, j’en ai eu très envie. J’ai longuement hésité, j’ai même été en essayer dans le commerce pour voir ce que cela pourrait donner sur moi et puis je me suis lancée avec les reste de ma robe Lola et du bord côté de mon stock.

Apres une recherche intensive c’est le modèle 125 de février 2013 qui correspondait le plus à ce que j’avais en tête.

Le modèle sans doublure n’est pas très compliqué en soi. Sauf que je ne sais pas pourquoi j’ai eu un décalage sur l’encolure et j’ai eu un mal fou à coudre ma fermeture éclair correctement. Après 3 essais j’ai finalement réussi à ce que tout s’aligne enfin, mais c’était vraiment laborieux!

Je n’ai que très peu de photos de ce blouson car la séance a été interrompue quand ma fille est tombée sur la tête à quelques mètres. Heureusement les enfants sont solides et la bosse a vite été guérie, mais la séance photo en est restée la.

Il faudra donc me croire sur parole, sur les jolies finitions en coutures anglaises jusqu’aux emmanchures et le joli biais fushia qui orne la parementure intérieure.

Bilan: Bien que j’en ai rêvé, que je me sois appliquée pour qu’il soit parfait…. je n’ai jamais porté ce blouson. Ce que je lui reproche… déjà les manches sont trop courtes. Sur la photo de présentation, elles étaient légèrement relevées et je ne m’en suis pas aperçue. Et puis je crois surtout que comme je le pressentais depuis le départ: ce n’est tout simplement pas mon style!! Oui je sais c’est dommage mais ça m’apprendra à vouloir suivre la mode 🙂