Catégorie : Robe

Lora

Un gentil message de Servanne s’inquiétant de mon absence prolongée et me voila de retour sur mon blog.

Pour résumé un peu le « hors couture » des derniers mois, je viens de changer de boulot et dans le même temps nous venons d’acheter une maison. Deux raisons qui m’ont tenus bien éloignée de mes machines, mais fort heureusement il me reste quelques projets non publiés à vous montrer.

C’est donc avec un grand classique de la Maison Victor que je sors de mon hibernation: la robe Lora.

Cette robe vue et archi revue depuis la sortie du numéro de sept/oct 2015, je l’ai toujours trouvé magnifique sur les autres mais j’étais persuadée qu’elle ne correspondait pas à ma morphologie. Elle n’a donc jamais fait partie de ma TO DO LIST.

Et puis j’ai fait un achat de tissu un peu compulsif sur pretty mercerie et j’ai reçu un tissu que j’ai eu envie de transformer en Lora.

Le patron est bien coupé et je n’ai fait aucune retouche ce qui est plutôt rare pour moi. Je la trouve très féminine et parfaitement adapté à mon nouveau boulot.

Aller je repars…. peut être à bientôt !

Façon PauleKa

Une fois n’est pas coutume c’est encore sur Pinterest que j’ai trouvé l’inspiration pour ma nouvelle robe:
IMG_2317
Le modele copié est une robe PauleKa de la collection 2015 bi-matière jersey et ottoman:

Comme j’ai cousu cette robe en plein mois de décembre il était inimaginable de ne pas lui rajouter des manches. Pour le patron comme pour ma robe précédente j’ai modifié le haut plantain de Deer and doe auquel j’ai rajouté la jupe du patron Moneta de Colette Pattern. Pour la ceinture, j’ai un peu bidouillé car contrairement au modele, j’ai tout cousu en jersey Milano et le plissé sur du jersey c’est pas très simple. La ceinture a un peu moins de tenue que sur le modele original mais j’ai fini par m’y faire.

IMG_2315

IMG_2316

En résumé , c’est une robe bien confortable et rapide à coudre car réalisée en grande partie à la surjeteuse. Une petite cousette de week-end comme on les aime qui permet de parader fièrement le lundi matin avec une nouvelle robe!

Je finis ce billet en soulevant un problème existentiel: j’aurais bien aimé faire ma robe en blanc et noir avec la ceinture bleue mais je ne sais pas comment laver ce genre d’association! Je suis une grande maniaque du blanc bien blanc et du noir bien noir. Un peu le genre de personne qui fait une lessive des couleurs claires, des intermédiaires, des foncées et aussi une lessive de rose/rouge à part car c’est une couleur dangereuse :-). Bref une robe blanche et noire… je ne sais pas avec quoi la laver. Question existentielle quand même, non!

Le bilan 2016

Avant tout je vous souhaite à tous une très très belle année 2017, que vos projets et envies se concrétisent mais surtout je vous souhaite une bonne santé.

Pour ma part j’evite les bonnes résolutions, mais j’aime bien faire le bilan de l’année passée. Cela me permet de prendre conscience que je couds beaucoup plus que ce que je pense et aussi d’avoir un petit recap de l’année écoulée.

Cette année il y a donc eu bien évidemment des robes:

Et puis aussi des hauts et des vestes:

Un jupe et un short:

Très peu de lingerie et maillot de bain:

Beaucoup plus de couture pour mes enfants:

Qui ont donné lieu à de jolies photos de famille:

Et enfin il y a eu quelques cadeaux et accessoires:

Un joli bilan de 2016. Pour cette année il faudrait que j’ai un peu plus de courage à alimenter mon blog car il reste encore 5-6 projets cousus cette année et que je n’ai pas pris le temps de vous présenter.

Le grand oublié de 2016 est mon amoureux qui n’a eu absolument rien cette année… erreur à rectifier en 2017 😉

Les deux font la paire

Pour ce dernier article de l’année ce n’est pas une mais deux cousettes que je vous présente: notre duo mère/fille de Noël.

img_2329

img_2345

Ce duo est presque un trio car la robe fillette est en réalité pour ma mini puce mais elle n’a jamais voulu poser alors c’est sa grande sœur qui est venue faire le pitre devant l’objectif. Si je vous aviez assisté à la séance vous auriez eu le droit sur tout les tons à: « c’est une robe de nunuche, je ressemble à une nunuche, ça fait vraiment nunuche… » bref du nunuche à toutes les sauces.

img_2342 img_2343 img_2344

Cette robe est le modele FREYA du magazine la maison Victor de novembre-décembre de 2016. Elle est bien évidemment un peu courte pour Marion sur les photos puisqu’elle a été coupée en taille 98 cm pour sa sœur. Mais pour Alice vous devrez me croire sur parole, elle tombe très bien. J’ai beaucoup aimé coudre ce modele qui est très astucieux; le devant est en 1 seul morceau avec un jeu de plis. Je me suis un peu loupée sur le bas des mancherons; mon biais aurait dû être rapporté à l’intérieur et donc invisible mais je l’ai monté à l’envers. Comme j’avais eu de la chance en coupant mes mancherons au pif d’avoir un raccord quasi parfait avec le corsage, je n’ai pas eu le courage de recommencer.

Pour ma robe c’est un patron maison inspiré de photos vues sur Pinterest. Le haut est une adaptation du t-shirt plantin de Deer and Doe et le bas est une double jupe 3/4 de cercle.

img_2324

img_2320 img_2321

img_2323Le tissu noir est du jersey Milano et la sur-jupe est du jacquard d’ameublement. J’ai rajouter une petite fermeture invisible sur le côté pour pouvoir enfiler la robe et j’ai rajouté 2 petits Brandebourg pour finir le côté.

Voila ce sera tout pour 2016. Je vous souhaite une très belle année 2017 avec un peu de bonnes résolutions et surtout pleins de couture!

Encore l’été, toujours l’été..,,

Même si c’est officiellement l’automne et que j’ai ressorti les collants ce matin, grâce à la belle météo de ce week end, il n’est pas trop tard pour vous presenter ma robe de plein été…
image

Pendant les vacances, nous avons été invité à une fête de famille dont le thème était: HIPPIE. J’ai vécu 15 jours dans les années 70… Je suis donc plutôt de la génération fluo funky des années 80, et je n’ai pas dans ma garde de robe de « vieilleries » à ressortir pour l’occasion. Quel beau prétexte (comme s’il m’en fallait un) pour me coudre une robe!

Le choix de la robe a été très rapide puisque que le Burda de juillet 2016 proposait justement une robe longue (modele 102). Direction Mondial tissu le plus proche en quête d’une jolie viscose fleurie pour coudre ma robe.

Mais comme à chaque fois que je viens avec une idée trop précise de ce que je souhaite trouver… Et bien je fais choux-blanc. En désespoir de cause je trouve un merveilleux tissu plein de lapins pour ma petite Alice mais qui ne m’est pas d’une grande utilité pour mon défi hippie. J’erre donc désespérément dans les allées et finalement sous une table je tombe sur les tissus grande largeur spéciale « couette ». J’aperçois des fleurs, je remonte le rouleau à la surface. Hesite un peu car le modele est prévu en jersey et que là on est plutôt sur du 100% coton, puis finalement fait couper les 3m nécessaire à ma robe. Ma robe hippie sera donc cousue dans du drap pour housse de couette!!

Au moment de décalquer le patron je réalise que les bretelles ont une petite subtilité et qu’elles sont torsadées.

image

imageComme souvent avec Burda, j’ai eu droit à l’étape où j’ai beau lire et relire les explications… Là c’est sur les bretelles que je fais un blocage: Je ne comprends pas le montage. Le tuto de Sbcreation est arrivée au milieu de ma séance de réflexion intense et m’a permis de trouver une solution. Je n’ai pas pu le suivre complètement à la lettre car mon tissu est du coton et non du jersey.

Le reste du montage est relativement simple une fois l’étape bretelle achevée.

imageimageimage

J’ai coupé la robe en 38 car j’ai eu peur que le cache-coeur ne baille de trop mais je pense que le 40 aurait été mieux. J’ai remonté le décolleté d’1 cm mais comme le haut est un peu juste, je le trouve trop plongeant et j’ai du mal à assumer.

Je dois reconnaître que ma vision du thème hippie est plutôt « bohème chic » que hippie à proprement parlé. Alors pour être un peu plus raccord et régler mon soucis de décolleté j’ai rajouté le jour de la fête un petit haut en crochet.

image

image

Opale africaine le retour….

Dans ma valise Sénégalaise j’avais ramené non pas 1 mais 2 coupons. Le premier est devenu une robe Opale. Et le second a failli être beaucoup de projets avant de finalement devenir…. Une variante d’opale!

image

Cette variante est proposée sur le site d’Ivanne.S mais sans indications de mesures. J’ai donc agrandi l’encolure de 4cm (c’est peut être un peu trop car mes épaules ont tendance à tomber) prolongé les lignes d’épaule sur une longueur totale de 8cm. Avec mon perroquet j’ai redessiné l’encolure et les emmanchures. Pour le dos, j’ai dessiné l’encolure en V en rejoignant le bas de la première goutte du patron d’origine à ma ligne d’épaule. Je n’ai pas rajouté les boutons comme proposé dans la version d’Ivanne car j’avais dans mon stock une fermeture invisible de la bonne couleur.

image

image

J’ai gardé les découpes passepoilées des épaules qui font tout le charme de cette robe:

imageEt puis pour la jupe, le tissu n’étant pas très bien imprimé (le motif a tendance à partir en biais par rapport au droit fil) j’ai fait tout simplement une jupe 3/4 de cercle pour éviter les raccord disgracieux.

image

Je ne sais pas si c’est lié à l’origine du tissu mais cette robe a été très agréable à porter pendant les fortes chaleurs car elle est toute légère et je n’ai doublé que le haut.

J’aime beaucoup les variantes autour d’un même patron, cela me donne l’impression de bien rentabiliser mon investissement car comme tout un chacun le sait ce n’est pas toujours plus économique de coudre ses vêtements que de les acheter tout fait!!

Opale africaine

C’est très rare que j’achète du tissu sans modele défini au préalable. Le plus souvent je choisis un patron et je cherche le tissu qui pourrait correspondre. Oui mais! J’ai eu la chance de partir au Sénégal cet hiver et il eut été inconcevable de ne pas revenir avec un peu de tissu. Je passerai sous silence le prix que m’ont coûté mes 2 coupons de tissu tellement je me suis fait arnaquer mais c’est bien connu les cordonniers sont les plus mal chaussés. Mon métier c’est acheteuse mais quand il s’agit de négocier pour moi, et bah… Disons que c’est différent!

Bref, j’ai ramené un joli coupon de mélange soie/coton (madame à l’œil qu’ils m’ont dit dans le souk pour mieux m’amadouer 😮 ) et depuis cet hiver il attend son patron.

J’ai récemment acheté  le livre « grains de couture » d’Ivanne Soufflet pour le patron de la veste Améthyste pour finalement coudre mon paletot Burda… Chercher l’erreur! Et en feuilletant et ré-feuilletant le livre, j’ai imaginé mon coupon africain en Opale. Comme toujours et surtout lorsque je ne connais pas les gradations de la modéliste, j’ai fait une toile. J’ai commencé par tout couper en 44 ce qui est un peu vexant par rapport mon 40 habituel en Burda…. Mais bon! J’ai finalement retouché la poitrine en taille 40 et laissé le reste… Bah en 44 quoi!

image

Pas de difficulté particulière si ce n’est que mon tissu est très fin et qu’il est un peu fluide. Mes passepoils sur les devants ont tendance à gondoler mais j’ai eu peur qu’en décousant et refaisant le résultat soit pire. La coupe dans le biais a eu tendance à se détendre j’aurais dû être plus vigilante.

image

Niveau découpe du tissu on a évité le pire. Je me suis rendue compte après coup que les 2 fleurs au dessus de la taille auraient pu se retrouver au niveau de la poitrine et tout de suite ça aurait été moins classe! J’ai intégralement doublé la robe d’un voile de coton qui donne un peu plus de tenue à l’ensemble.

image

image

J’aime beaucoup cette robe et je comprends son grand succés sur la blogo.

Ce tissu pourtant ni rose ni violet a eu un grand succés auprès de ma tête blonde chérie qui m’a tanné gentillement demandé la même robe. Je n’ai pas eu le courage de la patronner en taille mini pouce et me suis contentée du modele n°3 du ottobre de mars 2016

image

image

Ce modele s’arrête normalement à la taille 92cm. Mais comme je trouve que les modèles d’ottobre taillent trop large, j’ai gardé la taille 2 ans (pour ma puce de 4) et allongé  la robe de 15cm. Pour le coup c’est un peu moulant mais Elle l’adore quand même 🙂

image

#Tenue de Baptême 1: Back to Basic -> Burda

Nous sommes maintenant mi-mars sur ce blog, et dans un mois nous baptisons notre petite dernière, une belle occasion pour me coudre une jolie tenue! Après mes péripéties d’ajustement avec ma robe Kyoto de LMV, et de ma robe Georgina de RDC, je retourne à mes basics pour cet événement: une robe Burda avec toile!

J’avais repéré le modele 131 du Burda de septembre 2014 depuis fort longtemps et j’ai profité de l’occasion pour me la coudre:

imageJ’ai commencé par faire une toile car je voulais que le bustier tombe parfaitement. J’ai coupé en 38 mais vu les retouches réalisées je pense que le 40 aurait été parfait. La surprise est plutôt venue des manches. Le tissu conseillé est un crêpe de Chine soit un tissu très léger et moi j’avais plutôt dans l’idée d’utiliser du coton. L’effet sur la toile était celui de la montgolfière après décollage. J’ai donc retouché tout ça en raccourcissant le haut des épaules et en decallant la ligne d’épaule vers l’arrière. J’ai redessiné légèrement les arrondis pour que les parties avant et arrière s’ajustent  parfaitement.
 
image
Pour la jupe, le patron propose un grand rectangle froncé. J’ai repris la jupe du patron Moneta et plutôt que de froncer la jupe, je me suis inspirée de la version de Bycoconuts et j’ai  cousu 2 plis creux devant et derrière dans le prolongement des découpes princesse du bustier.
 
image
Pour la réalisation du bustier, j’ai suivi les conseil de Burda (pour une fois que je lis les explications!) et j’ai donc posé des baleines pour la première fois. Dans l’émission « cousu main », la méthode proposée était des tunnels dans lesquels on insère les baleines mais il y a un risque que cela gondole. Burda propose de coudre directement les baleines sur les marges de couture, j’ai suivi cette méthode. J’ai eu un peu peur que ma vieille machine n’apprécie pas trop mais depuis que je lui ai fait un dépoussiérage de folie, elle a retrouvé une nouvelle jeunesse. J’ai remonté le décolleté de 1 cm pour être plus à l’aise.
image
image
image
Quand je relis toutes les modifs apportées à ce modele, j’ai l’impression d’avoir gardé l’esprit de la robe mais d’avoir tout redessiné ! En tout cas je l’aime beaucoup et j’aime beaucoup la tenue que les baleines donnent au bustier.

C’est bien connu en avril ne te decouvre pas d’un fil… Nous sommes maintenant à 15 jours du baptême, je peux tenter de me coudre un Boléro assorti. J’ai déjà ma petite idée, la toile prend forme: si tout se passe comme prévu je devrais être dans les temps!

#Art Gallery 2: Le cas de la Robe Georgina

Ce n’est pas la première fois que je couds un modele de la République du chiffon, puisque au tout début de ce blog, je vous avais présenté ma jupe Rita mais ça fait 2 fois que je suis un peu déçue par les patrons.

Le style est super avec des détails qui font vraiment  la différence mais il y a trop de retouches à faire. J’adore ma jupe Rita mais je ne l’ai jamais refaite car il faudrait complètement redessiner le haut car elle baille à la taille. Pour la robe Georgina, j’avais bien lu que l’encolure montait trop haut, donc je l’avais baissée dès le départ de 4 cm, par contre je n’avais pas assez creusé le sujet des pinces et de la longueur de la robe. Je l’ai cousu un peu en urgence pour l’emmener en vacances et n’ai donc pas pris le temps de faire une toile 🙁

Donc la robe Georgina, en taille 40 à la poitrine et 42 à la taille et aux hanches, sans retouches, ça donne ça:

image

Le constat est sans appel, elle est beaucoup trop courte. J’ai eu une l’impression d’avoir les fesses à l’air toute la journée. Pour la plage ça passe mais elle n’ira jamais bosser! Je trouve également qu’il y a trop de volume sur le haut de la robe. Sauf que voilà; J’aime beaucoup le tissu (en même temps heureusement puisque j’ai fait 3 robes), j’adore les superpositions du dos et accessoirement le tissu « art gallery » n’était pas donné.

La plage pour moi c’est 15 jours par an en moyenne et ce serait bien dommage qu’elle reste au placard le reste du temps. Alors c’est parti pour les retouches:

Retouche n°1 la longueur: je n’ai plus du tout du tissu principal pour rattraper la longueur car tout a été utilisé pour mes cousettes trio mère/fille. En farfouillant sur la toile j’ai trouvé cette merveille:
image12 cm de hauteur de broderie et ça semble assorti à mon tissu du dos. C’était certainement prévisible mais cette broderie n’est pas vraiment raccord en couleur mais surtout s’avère beaucoup trop longue; Cela casse l’effet de la robe. Je ressorts mes petites chutes de tissu rose, et réussi tant bien que mal à caser une petite bande pour rallonger ma robe.

image

Retouche n°2 rattrapage du buste: je farfouille sur les blogs de celles qui ont déjà cousues ce modele, et constate amèrement que j’aurais dû le faire avant! Mes plis dos haut et bas vont se transformer en pinces, ce qui permet de rattraper la cambrure. Pour le haut du devant il faudrait enlever le trop plein de tissu, mais je n’ai pas le courage de démonter toute la robe pour le reprendre. J’opte donc comme pour le dos: je ferme les plis en pinces sur 5 cm. Pour la jupe devant je laisse les plis creux ouverts.

image

imageimage

Pour celles qui voudraient se lancer dans l’aventure, je conseille vivement de faire une toile. Si d’aventure, je devais la refaire en plus des modifs ci-dessus je baisserais également la taille de 1-2 cm et pourtant je ne suis pas très grande. J’avoue que je suis un peu déçue car les patrons indépendants (et cela ne me choque pas) coûtent plus cher que des magazines, mais pour moi ils se doivent d’être parfaits! Ici (et j’ai re-verifié mon patron) les pinces haut et bas ne sont pas alignées. Sur un tissu chargé cela ne se voit pas mais sur un tissu uni cela pourrait choquer. C’est dommage car le montage est ingénieux et les finitions intérieures proposées avec un biais rapporté sont superbes.

image

Note pour plus tard: il faudra que je reprenne le haut de la fermeture qui a tendance à rebiquer 🙂

Au final, je l’aime quand même beaucoup ma robe Georgina et je n’exclus pas d’en refaire une un jour.

Pas trop lassé de ce tissu? Il me reste encore la robe de mini choupette à vous présenter :

image

Robe Kyoto

C’est l’histoire du perfecto de Charlotte Auzou, que j’ai décalqué cet été, pour lequel j’ai acheté du joli sweat Bordeaux et qui c’est transformé en…. Robe Cocooning. Alors j’ai racheté un autre type de sweat toujours Bordeaux un peu moins épais pour le réaliser mais il s’est egalement transformé en robe. Il aura certainement un jour son heure de gloire mais pour le moment il est passé « non prioritaire! »

C’est donc encore une robe que je vous présente et encore un modele du numéro de Janvier-Fevrier de « la maison Victor »: la robe Kyoto. Au premier coup d’œil, elle ne m’avait pas nécessairement tapé dans l’œil tout éblouie que j’étais par la jupe Rachel. Et puis cette petite decoupe dans le dos,  le confort d’une deuxième robe en sweat…. Je me suis laissée tenter.

Pour la réalisation, j’ai coupé comme d’habitude avec LMV en 38, mais je dois avouer que mon tissu n’étant pas très exrensible il n’y a pas de rab. Par contre c’est sur la stature et le dos que j’ai eu plus de difficultés. Je mesure 1m64 et j’ai du enlever 7 cm à la taille pour que mes hanches soient bien dans l’arrondi de la jupe. Du coup le devant qui était d’un seul tenant a maintenant une couture à la taille; pas grave avec une ceinture, cela ne se voit pas 🙂image
imagePour le dos, l’ajustement a été très compliqué. Pour essayer de cacher la misère pendant la 1ère séance photo je triche de façon plus ou moins discrète en tirant avec mes petites mains sur l’avant de la robe pour que le dos se positionne à peu près correctement sur les photos. Sur la photo ça peut passer mais pas super pratique dans la vraie vie!
image Je pense que le problème est que je suis trop cambrée pour que la robe se positionne bien sur moi. J’ai vu d’autres versions sur la toile où tout semble normal!
J’ai fait plusieurs essai pour trouver la bonne solution: j’ai essayé de coudre les pans ensemble mais ce n’était pas concluant. J’ai finalement croisé un peu plus mes 2 pans et j’ai remonté la taille dos de 3 cm. La robe est maintenant portable de face et de dos en même temps ce qui est qu’en même plus pratique! J’ai abandonné l’idée de la ceinture.

image

image

Pour 2016, je l’avais annoncé dans ma liste d’envie: coudre un peu plus pour mes enfants. Voici une petite mise en bouche de mon prochain billet avec une dernière cousette de ce numéro de LMV pour mon fiston chéri:
image