Catégorie : Maman

Master piece??!

C’est comme ça que ce blazer numéro 114 du Burda de mars 2017 etait présenté dans le magasine… Cette expression me fait souvent sourire chez Burda car elle est souvent mise sur des modèles un peu originaux avec des tissus surréalistes qui donnent pas vraiment envie! Mais bref la n’est pas le sujet…

Alors pour la petite histoire ce petit blazer n’était pas du tout prévu dans mon planning couture « d’avant mariage » (cf les petites robes roses présentées ici) mais au détour d’une conversation avec ma Maman, il s’est avéré qu’elle n’avait pas de veste allant avec sa robe choisie pour le mariage de ma cousine.  Moi un peu sur le mode « même pas peur, je suis une déesse de la couture, dis moi ce que tu souhaites et je te le couds 🙂 », je lui ai proposé plusieurs possibilités et son choix s’est porté sur ce blazer de difficulté 4.

Ma maman est allé choisir son tissu au marché St Pierre et est revenue avec un lin d’ameublement d’une couleur magnifique mais d’une rigidité… tout autant magnifique! Malgré un lavage en machine, le tissu est resté très raide et assez difficile à épingler. Je ne ferais pas de commentaire sur ses hésitations quant au choix du modele après que j’ai eu passé plus d’1h30 à recopier les 12 pièces du patrons et au moins tout autant à les couper. Et mon « Non » catégorique sur le fait qu’une veste mi-longue n’aurait pas été plus appropriée, non mais!!!

Elle va très bien cette veste avec sa robe non?

Côté couture, le modele n’est effectivement pas très simple. La difficulté est surtout dans les découpes, notamment sur les pièces à angles droit:

 Quant à la pose de la doublure les explications sont plus que succinctes et elle n’est même pas dessinée sur le patron. Un peu d’expérience sur le sujet n’est pas du luxe pour en venir à bout. Au delà de l’aspect technique, j’avoue avoir eu beaucoup de mal à la finir à cause de la rigidité du tissu. La veste étant assez ajustée et j’ai eu peur que cela soit inconfortable donc importable.

Finalement je m’y suis mise sérieusement pour la finir in extremis.  Comble du comble, après l’avoir laissé en suspend longtemps sur mon plan de travail il n’est pas exclus que je me la couse un jour car j’aime vraiment beaucoup sa forme.

Un grand merci à ma maman et mon papa qui se sont prêtés au jeu des photos chacun d’un côté de l’objectif et bravo à ma maman qui s’est cousu une jolie pochette assortieàsa nouvelle veste.

Lora

Un gentil message de Servanne s’inquiétant de mon absence prolongée et me voila de retour sur mon blog.

Pour résumé un peu le « hors couture » des derniers mois, je viens de changer de boulot et dans le même temps nous venons d’acheter une maison. Deux raisons qui m’ont tenus bien éloignée de mes machines, mais fort heureusement il me reste quelques projets non publiés à vous montrer.

C’est donc avec un grand classique de la Maison Victor que je sors de mon hibernation: la robe Lora.

Cette robe vue et archi revue depuis la sortie du numéro de sept/oct 2015, je l’ai toujours trouvé magnifique sur les autres mais j’étais persuadée qu’elle ne correspondait pas à ma morphologie. Elle n’a donc jamais fait partie de ma TO DO LIST.

Et puis j’ai fait un achat de tissu un peu compulsif sur pretty mercerie et j’ai reçu un tissu que j’ai eu envie de transformer en Lora.

Le patron est bien coupé et je n’ai fait aucune retouche ce qui est plutôt rare pour moi. Je la trouve très féminine et parfaitement adapté à mon nouveau boulot.

Aller je repars…. peut être à bientôt !

Ditte ou la robe à carreaux n°1

Ditte est le nom d’une robe du magazine LMV de mars-avril 2016. Magazine acheté un peu précipitamment sans le feuilleter à l’aéroport l’année dernière et pour lequel je n’avais pas franchement eu de coup de coeur.

Et puis il y a eu pas mal de robes façon chemise sur la blogo, alors j’y ai repensé à cette robe Ditte. Et puis finalement non car les chemises c’est vraiment pas mon truc et j’en porte très très rarement. J’ai eu peur d’y passer beaucoup de temps pour finalement pas la mettre, et puis… et puis il y a eu ce tissu de chez pretty mercerie avec son petit air Burberry. Et la, je l’ai vu ma robe Ditte:

Je n’avais jamais cousu de carreaux alors je me suis bien amusée sur les raccords évidemment mais surtout sur le sens du tissu. J’ai coupé la ceinture, la bande de boutonnage et le haut du dos dans la diagonale:

J’ai contrasté le dessous de col et l’intérieur avec une popeline noire:

Bref j’ai pris beaucoup de plaisir à jouer avec mes carreaux et ma popeline noire pour que la robe malgré sa couleur beige ne soit pas terne. Pour la taille, j’ai suivi les recommandations trouvées sur différents blogs et j’ai coupé une taille en dessous de d’habitude. Elle a encore un peu trop de volume à mon goût au niveau de la taille mais c’est lié au tissu qui a beaucoup de tenu (230g/m2) et sur lequel il n’a pas été simple de faire les fronces.

Au final, je l’aime beaucoup ma robe chemise. J’y ai passé du temps comme je me l’étais imaginé mais je la porte régulièrement c’est donc un pari réussi!!

Un petit cocktail?

Attention l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. Si j’apparais en double sur la photo ci-dessous il faut se poser quelques questions…

Bon ok j’ai un peu triché. Il faut dire qu’au départ j’avais cousu mais 2 tops pour le concours Thread and needle, « les 2 font la paire » mais nous n’avons pas eu le temps de faire les photos à temps avec mon très cher photographe. J’aimais bien l’idée de la vision double alors j’ai quand même fait le montage photo.

Le tissu est un coupon de viscose fluide trouvé sur le site italien Supercut. Je craignais qu’il soit un peu compliqué à coudre et qu’il nécessite un amidonnage mais il a suffisamment de tenue et a été finalement relativement facile à travailler. J’ai longuement cherché un patron adapté à ce tissu et c’est finalement 2 patrons que j’ai trouvé sur le site lekala.

Le premier est le modele 4286:

IMG_2469

Je n’ai absolument pas cherché à comprendre les instructions trop sommaires pour le montage du col et j’ai copié un haut du commerce un peu similaire que j’ai dans ma garde de robe. J’ai tout cousu en couture anglaise (y compris les emmanchures) pour que le haut résiste mieux à l’usure du temps. J’ai monté une fermeture invisible sur le côté comme préconisé dans le patron mais finalement je l’enfile et l’enlève sans en avoir besoin.

Le seul reproche que je fais à ce haut est le décolleté qui est bien trop plongeant à mon goût car avec le poids du noeud il a tendance à se décaler devant.

Le deuxième patron est le 4551:

IMG_2470

Pour le moment je n’ai pas encore eu l’occasion de le porter car il n’est pas franchement de saison mais j’attends les beaux jours avec impatience car je l’adore. Le décolleté est comme j’aime, le volant devant ne rajoute pas de volume disgracieux. Il m’a fallu beaucoup de réflexion pour réussir à caser ce 2e top dans les chutes du 1er en respectant à peu près le motif. J’ai cependant été obligée de couper la pièce de dos en 2 alors qu’elle aurait dû être d’un seul tenant. Comme pour le 1er, le montage est en couture anglaise et tous les ourlets ont un biais pour une jolie finition.

Voila pour mon duo cocktail. Vous reprendrez bien un petit verre? Non?

Le cadeau offert 2 fois…

Ma maman apprécie les cadeaux « home made » alors pour son anniversaire chaque année j’en profite. J’aime bien prendre du temps à chercher quel patron avec quel tissu pourraient lui plaire. J’y prends presque autant de plaisir que de réaliser le cadeau. Lui ayant cousu une robe l’an passé, j’avais envie de quelque chose de différent cette année et c’est la veste Mona de la maison Victor qui a remporté la palme. Ce patron je vous l’ai déjà présenté ici et , je n’ai donc plus trop de commentaires dessus si ce n’est que c’est quand même bien plus rapide de coudre un patron déjà decalqué.

Petit retour dans le temps, nous sommes en plein mois d’août, la chaleur est estivale mais on s’amuse à faire de jolie photos mère fille avec nos 2 nouvelles vestes.
IMG_2042

IMG_2043

IMG_2045

Et puis on range nos vestes au placard en attendant des jours plus frais. En septembre ma maman ressaye sa veste et tadam…. la doublure se déchire au milieu du dos. Toute penaude elle me la rapporte pour que je lui répare.

IMG_2477

Sauf que… j’ai horreur des retouches! Redemonter la doublure pour aller rattraper tout ça, rien qu’à l’idée une flémingite aiguë s’abat sur moi. Je trouve10000 projets bien plus sympa à realiser avant de reprendre celui ci.

Le temps passe tellement que Noël approche. Alors bon, un soir je me motive et finalement en à peine 1h je rajoute une bande au milieu du dos que je surjette par précaution. C’est sur que ce n’est pas ma plus belle réparation mais avec le tissu qu’il me restait j’ai fait au mieux!

IMG_2494

Le 25 j’emballe mon cadeau pour la seconde fois et le glisse discrètement sous le sapin. Voila l’histoire du cadeau offert 2 fois!

Façon PauleKa

Une fois n’est pas coutume c’est encore sur Pinterest que j’ai trouvé l’inspiration pour ma nouvelle robe:
IMG_2317
Le modele copié est une robe PauleKa de la collection 2015 bi-matière jersey et ottoman:

Comme j’ai cousu cette robe en plein mois de décembre il était inimaginable de ne pas lui rajouter des manches. Pour le patron comme pour ma robe précédente j’ai modifié le haut plantain de Deer and doe auquel j’ai rajouté la jupe du patron Moneta de Colette Pattern. Pour la ceinture, j’ai un peu bidouillé car contrairement au modele, j’ai tout cousu en jersey Milano et le plissé sur du jersey c’est pas très simple. La ceinture a un peu moins de tenue que sur le modele original mais j’ai fini par m’y faire.

IMG_2315

IMG_2316

En résumé , c’est une robe bien confortable et rapide à coudre car réalisée en grande partie à la surjeteuse. Une petite cousette de week-end comme on les aime qui permet de parader fièrement le lundi matin avec une nouvelle robe!

Je finis ce billet en soulevant un problème existentiel: j’aurais bien aimé faire ma robe en blanc et noir avec la ceinture bleue mais je ne sais pas comment laver ce genre d’association! Je suis une grande maniaque du blanc bien blanc et du noir bien noir. Un peu le genre de personne qui fait une lessive des couleurs claires, des intermédiaires, des foncées et aussi une lessive de rose/rouge à part car c’est une couleur dangereuse :-). Bref une robe blanche et noire… je ne sais pas avec quoi la laver. Question existentielle quand même, non!

Le bilan 2016

Avant tout je vous souhaite à tous une très très belle année 2017, que vos projets et envies se concrétisent mais surtout je vous souhaite une bonne santé.

Pour ma part j’evite les bonnes résolutions, mais j’aime bien faire le bilan de l’année passée. Cela me permet de prendre conscience que je couds beaucoup plus que ce que je pense et aussi d’avoir un petit recap de l’année écoulée.

Cette année il y a donc eu bien évidemment des robes:

Et puis aussi des hauts et des vestes:

Un jupe et un short:

Très peu de lingerie et maillot de bain:

Beaucoup plus de couture pour mes enfants:

Qui ont donné lieu à de jolies photos de famille:

Et enfin il y a eu quelques cadeaux et accessoires:

Un joli bilan de 2016. Pour cette année il faudrait que j’ai un peu plus de courage à alimenter mon blog car il reste encore 5-6 projets cousus cette année et que je n’ai pas pris le temps de vous présenter.

Le grand oublié de 2016 est mon amoureux qui n’a eu absolument rien cette année… erreur à rectifier en 2017 😉

Les deux font la paire

Pour ce dernier article de l’année ce n’est pas une mais deux cousettes que je vous présente: notre duo mère/fille de Noël.

img_2329

img_2345

Ce duo est presque un trio car la robe fillette est en réalité pour ma mini puce mais elle n’a jamais voulu poser alors c’est sa grande sœur qui est venue faire le pitre devant l’objectif. Si je vous aviez assisté à la séance vous auriez eu le droit sur tout les tons à: « c’est une robe de nunuche, je ressemble à une nunuche, ça fait vraiment nunuche… » bref du nunuche à toutes les sauces.

img_2342 img_2343 img_2344

Cette robe est le modele FREYA du magazine la maison Victor de novembre-décembre de 2016. Elle est bien évidemment un peu courte pour Marion sur les photos puisqu’elle a été coupée en taille 98 cm pour sa sœur. Mais pour Alice vous devrez me croire sur parole, elle tombe très bien. J’ai beaucoup aimé coudre ce modele qui est très astucieux; le devant est en 1 seul morceau avec un jeu de plis. Je me suis un peu loupée sur le bas des mancherons; mon biais aurait dû être rapporté à l’intérieur et donc invisible mais je l’ai monté à l’envers. Comme j’avais eu de la chance en coupant mes mancherons au pif d’avoir un raccord quasi parfait avec le corsage, je n’ai pas eu le courage de recommencer.

Pour ma robe c’est un patron maison inspiré de photos vues sur Pinterest. Le haut est une adaptation du t-shirt plantin de Deer and Doe et le bas est une double jupe 3/4 de cercle.

img_2324

img_2320 img_2321

img_2323Le tissu noir est du jersey Milano et la sur-jupe est du jacquard d’ameublement. J’ai rajouter une petite fermeture invisible sur le côté pour pouvoir enfiler la robe et j’ai rajouté 2 petits Brandebourg pour finir le côté.

Voila ce sera tout pour 2016. Je vous souhaite une très belle année 2017 avec un peu de bonnes résolutions et surtout pleins de couture!

SOS blog en détresse!

Voila presqu’un mois que je n’ai rien publié alors que beaucoup de projets sont cousus et photographiés. Malgré des journées trop chargée j’arrive encore à trouver des instants volés pour coudre mais quand il s’agit de vous raconter tous ça… la flemme me gagne et je repousse l’écriture à d’autres lendemains.

Début octobre, je vous avais présenté un short cousu dans les restes d’un autre projet que voici: une Mona-perf.

img_2219

Et oui cette petite veste est un mélange de la veste Mona de la maison Victor, du Perfecto de Charlotte Auzou auquel j’ai rajouté une basque au niveau de la taille.

img_2222

img_2221

Cousu cet été, je l’ai jusqu’à maintenant peu portée, car je ne sais pas trop avec quoi l’associer. Je porte rarement des pantalons, et à part cette petite robe très estivale je n’ai pas grand chose pour aller avec. Et pourtant, je l’aime beaucoup et elle est très agréable à porter. Il faudrait que je couse une petite robe pour aller dessous mais pour le moment je n’ai pas trouvé cherché de modeles qui me conviennent. Si quelqu’un à des idées?

Le tissu étant plutôt chaud et épais, je n’ai pas fait de doublure, ce qui simplifie grandement le montage. Toutes les coutures ont cependant étaient surjetées et repiquer pour que l’intérieur soit bien propre. Je sais personne ne le voit mais les jolies finitions sont un peu ma marque de fabrique 🙂

img_2224

Voila ce sera tout pour aujourd’hui. Si la flemme me lache de nouveau je vous dis à très vite!

Talisman

Il y a fort longtemps que je n’avais pas présenté de la lingerie par ici mais quand Viviane d’etoffe malicieuse m’a proposé de tester son nouveau patron je m’y suis remise avec grand plaisir.

Talisman est une grande première car à ma connaissance c’est le premier patron de soutien gorge à armatures en français. Il est proposé en deux versions:
– la première avec un simple séparateur entre les bonnets (version que je vous présente aujourd’hui)
– la seconde avec une basque complète.

2fc3ae81-16ec-4a17-9ca9-f38cae6bd3a6

Comme pour tout ses patrons, le PDF d’étoffe malicieuse propose un système de calque « malicieux » qui permet de n’imprimer que la taille désirée. Chaque taille est sur 2 pages et elles sont très bien identifiées ce qui permet d’éviter d’imprimer une montagne de pages.

Que dire des explications? Le livret est très très complet (30 pages quand même!). Chaque étape est minutieusement détaillé avec photos et schémas et je pense que le patron est du coup accessible à toutes. Oui la lingerie demande de la précision mais il n’y a qu’à se laisser guider.

7bea98b5-6f3a-4eaf-8ec3-fe94111eccc0

97ff9941-1fce-4a4e-91ef-095828044c2f38ac0e44-50cc-41a0-8df9-7fabb9568de09c71e0bc-ddaf-4f82-bb63-3f5ee02b33a7

Un grand merci à Viviane de m’avoir fait confiance pour le test de son patron. S’il avait existé quand j’ai commencé la lingerie cela m’aurait grandement simplifié la tâche car ceux que j’ai pu acquérir avant n’avait pas le niveau de détail de celui-ci tant par le nombre de taille proposé que par la qualité des explications.

Le modele est couvrant comme il faut et taille juste. En associant du jersey, de la dentelle, des couleurs, en jouant entre les 2 versions, on peut faire un nombre incalculable de modèles. Bref je ne peux que vous encourager à franchir le pas.