Encore l’été, toujours l’été..,,

Même si c’est officiellement l’automne et que j’ai ressorti les collants ce matin, grâce à la belle météo de ce week end, il n’est pas trop tard pour vous presenter ma robe de plein été…
image

Pendant les vacances, nous avons été invité à une fête de famille dont le thème était: HIPPIE. J’ai vécu 15 jours dans les années 70… Je suis donc plutôt de la génération fluo funky des années 80, et je n’ai pas dans ma garde de robe de « vieilleries » à ressortir pour l’occasion. Quel beau prétexte (comme s’il m’en fallait un) pour me coudre une robe!

Le choix de la robe a été très rapide puisque que le Burda de juillet 2016 proposait justement une robe longue (modele 102). Direction Mondial tissu le plus proche en quête d’une jolie viscose fleurie pour coudre ma robe.

Mais comme à chaque fois que je viens avec une idée trop précise de ce que je souhaite trouver… Et bien je fais choux-blanc. En désespoir de cause je trouve un merveilleux tissu plein de lapins pour ma petite Alice mais qui ne m’est pas d’une grande utilité pour mon défi hippie. J’erre donc désespérément dans les allées et finalement sous une table je tombe sur les tissus grande largeur spéciale « couette ». J’aperçois des fleurs, je remonte le rouleau à la surface. Hesite un peu car le modele est prévu en jersey et que là on est plutôt sur du 100% coton, puis finalement fait couper les 3m nécessaire à ma robe. Ma robe hippie sera donc cousue dans du drap pour housse de couette!!

Au moment de décalquer le patron je réalise que les bretelles ont une petite subtilité et qu’elles sont torsadées.

image

imageComme souvent avec Burda, j’ai eu droit à l’étape où j’ai beau lire et relire les explications… Là c’est sur les bretelles que je fais un blocage: Je ne comprends pas le montage. Le tuto de Sbcreation est arrivée au milieu de ma séance de réflexion intense et m’a permis de trouver une solution. Je n’ai pas pu le suivre complètement à la lettre car mon tissu est du coton et non du jersey.

Le reste du montage est relativement simple une fois l’étape bretelle achevée.

imageimageimage

J’ai coupé la robe en 38 car j’ai eu peur que le cache-coeur ne baille de trop mais je pense que le 40 aurait été mieux. J’ai remonté le décolleté d’1 cm mais comme le haut est un peu juste, je le trouve trop plongeant et j’ai du mal à assumer.

Je dois reconnaître que ma vision du thème hippie est plutôt « bohème chic » que hippie à proprement parlé. Alors pour être un peu plus raccord et régler mon soucis de décolleté j’ai rajouté le jour de la fête un petit haut en crochet.

image

image

Perfecto

J’ai perdu mon gilet noir. Tu sais le petit gilet passe partout qui se glisse très bien dans ton sac à main et qui va avec toutes tes robes. Et maintenant que l’été tire à sa fin, il faut ressortir les gilets.

Bref j’ai plus rien à me mettre j’ai plus de gilet :-). Alors j’ai repensé au Perfecto de Charlotte Auzou que j’avais décalqué il y a tout juste un an et qui n’a jamais vu le jour! J’avais justement acheté du sweat noir pendant les soldes de Mondial Tissu. J’ai donc enfin cousu mon Perfecto:
image

image image image

Basique mais efficace. Je l’ai coupé en taille L car l’année dernière je l’avais envisagé dans un tissu non extensible, le M aurait peut être été mieux mais ce n’est pas trop choquant. Rien à dire sur le patron car c’est un modele assez simple et très rapide à coudre à la surjeteuse. J’avais lu ici et là que le modele est un peu court. Je mesure 1m64 et sur moi c’est tout bon. Je ne l’ai pas rallongé.

J’adore mon nouveau gilet mais je trouve presque trop basique. J’aurais bien customisé le dos mais je n’ai pas trouvé comment.

image

J’ai essayé avec le reste des clous de ma robe Riska mais ce n’était pas concluant. Auriez vous des idées?

Alison

Depuis un bon moment j’ai envie de me coudre un maillot de bain. Déjà l’année dernière quand j’ai acheté le tissu pour réaliser ma robe bleu océan j’avais prévu un peu large pour tenter le maillot. Puis l’été s’est achevé sans que le projet n’ai vu le jour. Il faisait parti de ma « wish list » quand nous sommes partis au Sénégal cet hiver et je me suis faite prendre par le temps. Uniquement la toile a vu le jour…

Et puis cet été nous ne sommes pas partis et j’ai eu beaucoup plus de temps pour coudre. Quand j’ai eu éclusé tous les tissus achetés pendant les soldes le projet est revenu poindre le bout de son nez. Et bien que l’été touchait à sa fin, j’ai ressorti ma toile, essayer de relire mes annotations et je me suis lancée dans le modele Alison de chez Burda.

Le modele n’est pas très compliqué mais les explications sont quasi inexistantes.

image

Il y a aucun repère pour l’assemblage de la bande d’encolure au reste du maillot alors j’ai improvisé. Il n’est pas non plus indiqué quelle longueur doit faire la pièce centrale au niveau des fronces de la poitrine. J’ai donc fait 8cm de chaque côté mais c’est pour ma poitrine un peu trop haut; 6cm aurait largement suffit. Je mettais fait la réflexion sur la toile mais ne l’ayant pas noté j’ai oublié 🙁

Néanmoins la toile m’a permis de redessiner l’entrejambe car sur le modele les coutures sont mal positionnées et plutôt inconfortables sur les fesses. J’ai par contre gardé l’echancrure vintage qui camoufle bien ce qui doit être camouflé.

image

Etant donné que je vais beaucoup plus à la piscine qu’à la plage, j’ai acheté de la laminette (caoutchouc élastique) pour que mon maillot soit plus résistant dans le temps. Pour le moment il tient bien mais c’est un peu trop tôt pour savoir si la laminette résiste vraiment mieux au chlore que des élastiques standards.

Je me suis faite violence pour écrire et surtout montrer les photos de ce projet car certaines parties de mon corps sont loin d’être mes meilleurs amies. Mais le meilleur moyen de rompre avec ses complexes n’est-il pas d’essayer de les assumer? En tout cas je m’y essaye!

image image

Opale africaine le retour….

Dans ma valise Sénégalaise j’avais ramené non pas 1 mais 2 coupons. Le premier est devenu une robe Opale. Et le second a failli être beaucoup de projets avant de finalement devenir…. Une variante d’opale!

image

Cette variante est proposée sur le site d’Ivanne.S mais sans indications de mesures. J’ai donc agrandi l’encolure de 4cm (c’est peut être un peu trop car mes épaules ont tendance à tomber) prolongé les lignes d’épaule sur une longueur totale de 8cm. Avec mon perroquet j’ai redessiné l’encolure et les emmanchures. Pour le dos, j’ai dessiné l’encolure en V en rejoignant le bas de la première goutte du patron d’origine à ma ligne d’épaule. Je n’ai pas rajouté les boutons comme proposé dans la version d’Ivanne car j’avais dans mon stock une fermeture invisible de la bonne couleur.

image

image

J’ai gardé les découpes passepoilées des épaules qui font tout le charme de cette robe:

imageEt puis pour la jupe, le tissu n’étant pas très bien imprimé (le motif a tendance à partir en biais par rapport au droit fil) j’ai fait tout simplement une jupe 3/4 de cercle pour éviter les raccord disgracieux.

image

Je ne sais pas si c’est lié à l’origine du tissu mais cette robe a été très agréable à porter pendant les fortes chaleurs car elle est toute légère et je n’ai doublé que le haut.

J’aime beaucoup les variantes autour d’un même patron, cela me donne l’impression de bien rentabiliser mon investissement car comme tout un chacun le sait ce n’est pas toujours plus économique de coudre ses vêtements que de les acheter tout fait!!

C’est la rentrée!

A l’heure où j’écris ce billet j’ai dans la tête cette chanson de Jean-Louis Aubert qui commence par ces mots: « Voilà c’est fini, on va pas s’dire au revoir, là sur le quai d’une gare… » Bien que le reste de la chanson évoque la fin d’une histoire amoureuse, le début me fait penser à la fin des vacances… Car oui c’est la rentrée!

On range les lunettes de soleil dans leur bel étui tout beau tout neuf:
image

image

image

J’ai trouvé le tuto via Pinterest sur ce Blog. Pour que l’étui soit rigide il faut utiliser de la toile à canevas rigide. Je ne savais même pas que cela existait mais j’ai trouvé cette merveille chez Cultura. Pour le fermer j’ai inséré un petit aimant dans le rabat et dans le haut de l’étui mais ce n’est pas forcément la meilleure solution car l’étui a tendance à beaucoup s’ouvrir.

Donc je disais, on range les lunettes dans leur bel étui tout beau tout neuf, (on peut se faire un dernier apéro éventuellement 🙂 ) et on se prépare pour la rentrée. Et chez nous c’est pas n’importe laquelle cette année: mon fiston rentre au CP. Je ne me suis pas aventurée dans le cartable home-made mais j’avais à coeur de lui coudre un petit quelque chose…. Une fois encore c’est sur Pinterest qu’il a trouvé son bonheur en déclarant c’est celle la que je veux :

imageimage
On roule le tout:

image

On s’applique à fermer le scratch:

imageEt il n’y a plus qu’à la ranger dans le cartable pour demain. Je ne suis pas certaine que cette trousse soit très pratique à l’usage car elle prend de la place sur une table d’écolier et il faut ranger chaque feutre à sa place mais mon fiston est fier comme d’Artaban. Il a hâte de la montrer à ses copains. Et moi comme toute maman, de voir des étoiles dans ses yeux me ravie 🙂

Avec ces deux projets, j’ai réduit mon stock de chutes et ça c’est plutôt pas mal!

Mona aztèque

Est ce que vous aussi quand vous faites la queue à la caisse d’un magasin de tissu vous « zieuter » dans le panier des clientes qui attendent devant vous? Et est ce qu’il vous arrive de vous dire « oh il est trop beau ce tissu, je ne l’avais pas vu » alors que vos bras sont déjà surchargés d’une montagne de tissu? Et ensuite est-ce que vous aussi la petite voie pas rigolote vous dit: « Couds déjà tout ce que tu as dans les mains avant de te projeter dans un nième projet »?

Et comme tu sais que les journées ne font que 24h, tu te résignes et tu écoutes la petite voie rabas joie…. Oui mais quand quelques semaines plus tard Mondial tissus t’abreuve de mails pour te rappeler qu’au cas où tu l’aurais pas su c’est LES SOLDES tu repenses à ce joli tissu de la cliente devant. Et quand en plus tu te rends compte qu’il est à 50%, tu te sens encore plus fière d’avoir été raisonnable. C’est l’histoire du jacquard que je vous présente aujourd’hui.

Pour le patron, c’est un grand classique: la veste MONA de la Maison Victor que j’avais déjà réalisée l’année dernière ici.

image

L’avantage de l’avoir déjà cousue une fois (au delà du gain de temps du patron déjà decalqué) c’est que j’ai pu prendre des repères sur mon ancienne version pour aligner mes motifs de manches et corps:

image

J’ai également essayé d’avoir des raccords parfaits dans le dos malgré une couture de milieu dos légèrement cintrée.

image

Bien évidemment j’ai comme à mon habitude doublée la veste:

image

Et puis j’ai suivi l’exemple de ma fille et je me suis prise pour une star 🙂

image

Voilà donc ma MONA version 2016. Des fois en regardant les photos, je ne suis plus trop certaine de mes associations tissu/modele mais là j’avoue que soit c’est le photographe qui s’est surpassé soit c’est mon tissu qui est juste à tomber mais sans aucune modestie aucune J’ADORE ma petite veste 🙂

PS : cette petite robe noire et son dos en dentelle vous l’avez reconnue? Mais si c’est un des mes plagiats MAJE de cet hiver.

Opale africaine

C’est très rare que j’achète du tissu sans modele défini au préalable. Le plus souvent je choisis un patron et je cherche le tissu qui pourrait correspondre. Oui mais! J’ai eu la chance de partir au Sénégal cet hiver et il eut été inconcevable de ne pas revenir avec un peu de tissu. Je passerai sous silence le prix que m’ont coûté mes 2 coupons de tissu tellement je me suis fait arnaquer mais c’est bien connu les cordonniers sont les plus mal chaussés. Mon métier c’est acheteuse mais quand il s’agit de négocier pour moi, et bah… Disons que c’est différent!

Bref, j’ai ramené un joli coupon de mélange soie/coton (madame à l’œil qu’ils m’ont dit dans le souk pour mieux m’amadouer 😮 ) et depuis cet hiver il attend son patron.

J’ai récemment acheté  le livre « grains de couture » d’Ivanne Soufflet pour le patron de la veste Améthyste pour finalement coudre mon paletot Burda… Chercher l’erreur! Et en feuilletant et ré-feuilletant le livre, j’ai imaginé mon coupon africain en Opale. Comme toujours et surtout lorsque je ne connais pas les gradations de la modéliste, j’ai fait une toile. J’ai commencé par tout couper en 44 ce qui est un peu vexant par rapport mon 40 habituel en Burda…. Mais bon! J’ai finalement retouché la poitrine en taille 40 et laissé le reste… Bah en 44 quoi!

image

Pas de difficulté particulière si ce n’est que mon tissu est très fin et qu’il est un peu fluide. Mes passepoils sur les devants ont tendance à gondoler mais j’ai eu peur qu’en décousant et refaisant le résultat soit pire. La coupe dans le biais a eu tendance à se détendre j’aurais dû être plus vigilante.

image

Niveau découpe du tissu on a évité le pire. Je me suis rendue compte après coup que les 2 fleurs au dessus de la taille auraient pu se retrouver au niveau de la poitrine et tout de suite ça aurait été moins classe! J’ai intégralement doublé la robe d’un voile de coton qui donne un peu plus de tenue à l’ensemble.

image

image

J’aime beaucoup cette robe et je comprends son grand succés sur la blogo.

Ce tissu pourtant ni rose ni violet a eu un grand succés auprès de ma tête blonde chérie qui m’a tanné gentillement demandé la même robe. Je n’ai pas eu le courage de la patronner en taille mini pouce et me suis contentée du modele n°3 du ottobre de mars 2016

image

image

Ce modele s’arrête normalement à la taille 92cm. Mais comme je trouve que les modèles d’ottobre taillent trop large, j’ai gardé la taille 2 ans (pour ma puce de 4) et allongé  la robe de 15cm. Pour le coup c’est un peu moulant mais Elle l’adore quand même 🙂

image

Coquelicot

Un bien joli nom pour un patron tout aussi beau. Ce patron j’ai craqué dessus dès sa sortie, une fois n’est pas coutume: je ne l’ai pourtant pas acheté pour autant. J’étais dans une période très raisonnable où j’essayais d’acheter les tissus et les patrons les uns à la suite des autres sans avoir plus de 2 projets d’avances… Écrit comme ça, ça fait très première de la classe mais j’ai réalisé que quand j’empile trop de projets à venir, arrive un moment où je n’ai tout simplement plus envie de les coudre. Je m’en suis déjà lassée avant l’heure et d’autres envies sont venues se glisser par dessus. Alors j’achète au fur et à mesure et mes finances et mon stock de tissu ne s’en portent pas plus mal.

Bref, ce patron a du sortir il y a 1 an 1/2 et je ne me suis décidée il n’y a seulement quelques mois lorsque Histoire de Coudre a proposé les patrons à moitié prix. Je lui ai trouvé le tissu qui va bien dans la foulée et rouler jeunesse :

image

Les patrons de Frédérique sont un bonheur à coudre. Les explications sont limpides. Les repères se joignent parfaitement. Cette blouse regorge de petits détails pour un montage très propre. J’aime particulièrement le dos légèrement plus long que le devant et le détail des petits plis sur le bas des manches.

image

image

Un petit zoom sur le détail du tissu que j’adore:

image

En plus des jolies finitions proposées dans le patron, j’ai tout assemblé en couture anglaise. Je suis de plus en plus fan de cette méthode bien que j’aime la rapidité qu’apporte l’assemblage à la surjeteuse.

L’empiècement devant permet plein de variantes et je pense qu’il y aura certainement d’autres versions.

Et the winner is….

Aujourd’hui c’est les 2 ans de mon blog et pour l’occasion je vous avez proposé de gagner une tunique Burda. Taillée en 40, les prétendantes étaient les suivantes:

image

Les photos ne sont pas de DRimbo et cela se voit mais cela ne nous a pas empêché de procéder au tirage au sort. Pas de chapeau sous la main, j’ai utilisé un étui à lunettes fraîchement cousu et que j’aurai l’occasion de vous présenté prochainement:

image

J’ai demandé à une main innocente de tirer au sort. Il a eu du mal à comprendre pourquoi il n’y avait pas notre nom et pourquoi NOUS on ne pouvait pas gagner 🙂

image

Et la gagnante est:

image

Félicitation à la gagnante. Bbuzinette pourras-tu me laisser ton adresse sur mon mail: lily@lilysews.fr pour que je t’envoie la tunique.

Je profite de cet anniversaire pour vous remercier pour vos commentaires réguliers par ici. Ça me fait toujours plaisir de vous lire.  Le but de ce blog était d’échanger avec d’autres passionnés : le pari est réussi. Côté couture, depuis 2 ans mes choix de modèles se sont affinés et je porte maintenant à 70% du home made. À quelques très rares exceptions, je porte tous les modèles que je couds. Je n’ai pas vocation à porter 100% de home made mais j’ai moins de plaisir à faire les magasins. Je me suis habituée au « sur-mesure » et n’ayant pas une morphologie homogène il y a toujours un endroit où sur les vêtements du commerce soit cela baille soit je suis trop serrée. Bref j’ai pris goût au confort du vêtement ajusté.

Mon rêve pour les années à venir serait d’avoir une pièce dédiée à la couture car pour le moment j’ai annexé une partie de notre chambre et il n’est pas rare qu’alors que mon cher et tendre tente de se coucher je lui glisse un « je peux finir? J’en ai pour 3mn » Les 3mn sont rarement respectées et il « savoure » le doux chant de mes machines alors qu’il rêverait de s’endormir. C’est pas simple de partager la vie d’une passionnée 🙂

 

 

Paletot

C’est encore un modele du Burda de mai 2016 que je vous présente aujourd’hui: le paletot modèle 104.

Cette veste a été ma bête noire du mois de mai. Évidemment s’eut été trop simple de réaliser le modèle proposé par Burda, il a fallut que je rajoute mon grain de sel et que je modifie le patron. Le point de départ est donc ceci:

image

Pour commencer, j’ai rajouté 10 bon centimètres de longueur, étape pas trop compliquée si ce n’est que je n’ai pas pensé à acheter plus de tissu. Bien évidemment j’ai été un peu à court et j’ai donc du faire un empiècement sur mes parmentures.

Avant de me lancer dans d’autres modifications, j’ai bloqué longuement sur le pied de col. Il faut l’assembler à angle droit avec la veste et j’ai eu beaucoup de mal à comprendre comment.

image

J’ai ensuite rajouté des poches dans les pinces devant:

image

Et je me suis attelée à doubler la veste. C’est la première fois que je crée une doublure pour une veste avec un pli creux dans le dos et je n’ai pas trop bien su comment appréhender la chose. J’ai donc fait un pli creux dans un premier temps mais j’avais une superposition de volume trop importante dans le dos. J’ai donc démonté le tout pour faire un pli rond. Niveau volume c’est mieux mais pas encore parfait:

imageimage

Pour atténuer l’effet un peu montgolfière j’ai imaginé l’ajout d’une ceinture. Faute de tissu, j’ai été contrainte d’en racheter 50cm -minimum de coupe chez mondial tissu (Argh!!!). Au point où j’en étais j’ai également racheté 3m de passepoil pour l’agrémenter!

image

J’ai porté cette veste déjà plusieurs fois et je n’arrive pas à me décider si finalement je la préfère avec ou sans ceinture car le style est très différent entre les 2 versions. Et vous qu’en pensez vous?

Plutôt paletot?

image

Ou plutôt trench?

imageimage

Un grand merci à mon photographe favori pour cette belle séance sous la pluie.