Cow-girl

Est-ce que vous aussi dès qu’un nouveau morceau de tissu passe le pas de la porte avec du rose, du violet ou des fleurs, une bande de minies vous assaille de « c’est pour moi? ». Avec ce joli wax à fleurs, la demande a été plus qu’insistante… sauf que ce tissu c’était pas le mien.

Ce joli tissu a été acheté par une de mes belles sœurs, pour que je lui couse une jupe. Alice a surveillé de très près ce projet pour juger s’il en resterait un peu pour elle. Alors pendant qu’elle était en vacances chez ses mamies cet été je lui ai fait la surprise de lui coudre dans les chutes, la jupe Robyn du magazine « La maison Victor » nov-déc 2015.

Jolie petite jupe prévue avec une bande élastique à l’intérieur pour ajuster la taille, et 2 grandes poches pour embarquer tous ces trésors. Le patron est bien conçu et j’ai pris beaucoup de plaisir à le coudre.

Les photos ont été faites avant le retrait du plâtre:

 Mais on aurait presque pu faire croire que c’était après:

Petit apparté santé: Alice va très bien, elle a complètement retrouvé l’usage de son bras et réussie à le tendre complètement. Je suis surprise par la vitesse à laquelle les enfants récupèrent sans rééducation. Ce soir elle s’amusait à se suspendre sur les barrières du bord du stade en attendant la fin du cours de foot de son frère. J’étais très partagée entre le : « non fais pas çà tu vas te faire mal » et le « vas y ma chérie tu vas remuscler ton bras ».

Bon et le chapeau? Il restait des chutes de chutes… alors comme ma belle sœur aime bien les couvres chefs, je me suis aventurée dans un chapeau. Patron très simple, la seule difficulté était de rigidifier le bord. J’ai utilisé 2 couches de vieux draps très épais entre mes tissus que j’ai renforcés avec de la viseline bien épaisse et le tour est joué.

Pour en finir définitivement avec l’épisode plâtre, je vous montre également la cape que j’ai cousue en urgence à Alice.

Avec un plâtre jusqu’au 3 octobre, il fallait qu’elle aie un manteau plâtre-compatible pour la fraîcheur matinale. J’ai donc acheté un joli tissu enduit que j’ai doublé d’une polaire softshell.

Pour le patron, c’est un cercle tout simple un peu plus court sur les bras. J’ai fait un trou pour passer la tête avec une patte de boutonnage et j’ai copié la capuche sur son manteau du commerce. La capuche n’est pas très couvrante, si c’était à refaire je la modifierai un peu.

Allez, bye bye petit plâtre…

A bientôt

Leslie

En duo

Le photographe attitré de la « Lilly sews Family » étant rentré de ses quartiers d’été je vais pouvoir vous montrer toutes mes cousettes estivales. Et oui car avant de partir en vacances en juillet, je m’étais cousue une petite robe de vacances spéciale grosse chaleur en coton.  Et au retour j’ai cousu dans les chutes une petite Robe pour Alice. C’est donc un duo mère fille que je vous propose de découvrir:

La robe d’Alice est le modele Bouton d’or de l’Atelier Scammit en version sans manches. J’aime beaucoup la délicatesse de ce modele avec ses découpes et ses petits volants d’emmanchures:

Malgré le talent du photographe, difficile de cacher qu’Alice a eu une petite mésaventure qui lui a valu 5 semaines de plâtre… C’est presque de l’histoire ancienne elle est normalement déplâtrée ce mercredi.

Pour le dos j’ai trouvé des pressions parfaitement assorties:

Une petite robe assez simple à faire et que j’aime beaucoup beaucoup. Ce patron risque d’être bien rentabilisé. J’ai déjà en tête la version hiver.

Pour ma robe il s’agit du modele 101 du Burda de juillet 2017. J’aime particulièrement les découpes du dos et le décolleté très sage du devant.

La jupe cercle a beaucoup d’ampleur et se soulève un peu trop facilement en cas de coup de vent ou bouche d’aération… c’est du vécu!

La robe est assez simple à coudre et le montage du dos ingénieux. Je pense en refaire une l’année prochaine tellement j’ai déjà porté celle-ci.

Bref j’aime beaucoup nos petites robes estivales, très agréables à porter par forte chaleur… Dommage que l’automne soit arrivé et qu’il fasse les ranger jusqu’à l’année prochaine!

Bonne semaine et à très vite.

Leslie

C’est la rentrée…

Avant de revenir avec des cousettes de vêtements, je voulais vous parler de mes cousettes de cœur 💓.

Marion est rentrée au CP cette année et pour l’accompagner je lui ai cousu une housse d’ardoise. Un petit rien mais quand même un petit bout de maman qui l’accompagne à la « grande école ». Sur ma lancée j’en ai également fait une pour Julien, qui a d’ailleurs pas mal participé et qui commence à bien maîtriser ma machine.

Tant qu’à faire une housse, j’ai également fait un essui avec des restes d’eponges Et une poche pour le ranger avec le feutre.

Pas de la grande couture mais de quoi évacuer quelques chutes et faire 2 heureux.

Pour ma dernière qui n’est qu’en moyenne section, j’ai cousu un sac et une petite trousse assortie avec les chutes d’une de ses robes de naissance:

Pareil que pour les housses d’ardoise, je l’ai fait sans patron en exploitant au mieux le motif et la quantité de tissu disponible. Ma puce est ravie. La taille est parfaite pour glisser la trousse, des coloriages et Doudou.

Et puisqu’on parle de chutes, je me suis également cousu un petit cadeau pour moi… des lingettes démaquillantes en coton bio avec un petit panier en tissu assorti:


J’avoue que je suis super contente du résultat et assez convaincue à l’usage même si il m’arrive encore de machinalement vouloir les jeter à la poubelle plutôt que de les mettre dans le bac à linge!

Voila pour les coutures de rentrée. Pleins de petits projets qui m’ont bien amusée alors qu’habituellement je n’aime pas trop coudre les accessoires.

A bientôt

Leslie

Couture au masculin !

Et oui parce que dans la famille lilysews il n’y a pas que de la demoiselle… Au delà de «gentil mari» qui assure tout le côté technique de mon blog, nous avons également un fiston! Rarement à l’honneur par ici car je ne couds pas les maillots de foot, et que le sur-pyjama cousu en début d’année n’a jamais été pris en photo.

Lorsque que mon Juju a vu les cardigans de ces sœurs il a déclaré qu’il en voulait un aussi. Et comme il me demande rarement de coudre pour lui et que quand il souhaite quelque chose il est pour le moins très très insistant… j’ai rapidement obtempéré!

Je l’ai convaincu de choisir un modèle un peu plus masculin que le gilet monceau et il a choisit le modele 17 d’ottobre été 2016. Il y a normalement des bandes sur les manches qu’il a choisit d’enlever ce qui simplifie un peu l´assemblage.


N’ayant pas de bord côté dans mon stock, j’ai utilisé du jersey Milano noir pour les parties contrastées. C’est moins élastique, mais visuellement le rendu est très proche. Pour la taille j’ai coupé en 10 ans pour mon fils de 8. C’est un peu grand pour le moment.

Et Julien, il en pense quoi de sa nouvelle veste?

La première fois qu’il l’a mise 3 pressions posées religieusement avec ma nouvelle pince Prym sont passées au travers du jersey et il a déclaré ne plus vouloir la mettre pour ne pas l’abimer plus.

Flo de pas à pas le chemin ayant eu les mêmes déboires, je me suis servies des conseils qu’elle a reçu pour réparer les dégâts. J’ai découvert qu’il ne fallait pas faire de trou dans le tissu avant de poser les pressions alors que c’est ce qui est préconisé dans le mode d’emploi sur la boîte. J’ai donc mis de la viseline, reprisé tous les trous et reposé mes pressions par-dessus la réparation.

Le gilet a été porté aujourd’hui et pour le moment les pressions ont tenues… affaire à suivre mais elle a l’air d’avoir été adoptée cette fois.

A bientôt

Leslie

De la couleur

L’été dernier j’avais craqué sur un tissu d’ameublement assez coloré dans l’idée de coudre des robes pour mes filles… Et puis comme souvent, quand la bise fut venue, point de robes de cousues! N’aimant pas trop les tissus qui s’empilent sans être utilisés, dès que les beaux jours sont revenus, je me suis mise à la tâche. Comme le tissu étant assez chargé, j’ai cherché dans mes ottobre un patron plutôt simple:

Pas de difficulté pour cette robe. Un devant au pli et 2 dos… une fermeture, une parementure et c’est fini! La séance photo a été l’occasion de toutes les pitreries:

Un joli zoom sur mes raccords dos #tropfiere

Une belle complicité

A la fin de la journée ma grande m’a tendrement avoué: « Maman, je veux pas que tu sois triste mais moi je préfère quand les robes, elles sont serrées à la taille pour qu’elles tournent! »

Pas de problème ma chérie! Dans mon antre, je lui ai dégoté un grand bout d’élastique argenté, on le noud en ceinture à la taille et le tour est joué!! Avec cette solution la robe est devenue trop super. Par contre j’ai bien retenu pour la prochaine fois, il faut des robes serrées à la taille!

A bientôt

Leslie

Forget me not

A la veille du retour dans ma valise il n’y avait pas ma robe « Forget me not » de Slow Sunday. C’est la version d’Hélène des filles du mercredi qui m’a fait acheté le patron. J’ai longuement hésité avant de la coudre et est opté pour une version test dans les chutes de ma robe giratoire.

A l’époque j’avais amidonné le tissu et du coup il était très simple à couper et à coudre.

Faute de tissu je n’ai pas pu faire les manches tulipes que je préférais et j’ai donc fait la version petits mancherons. Je ne sais pas si c’est mon montage qui n’est pas bon, mais les mancherons font une sorte de vague sur l’épaule et ne me plaisent pas beaucoup.

Vous connaissez maintenant mon goût prononcé pour le passepoil, et j’ai donc rajouté un petit passepoil noir pour souligner les découpes de devant.

Cousu depuis le mois d’avril, je ne l’ai porté qu’une fois un jour de grand soleil. J’ai découvert à mon insu que le tissu était transparent et j’ai eu la désagréable impression d’être très dénudée toute la journée. Couplé avec les mancherons et la parementure d’encolure qui se positionne mal, je n’ai pas eu envie de la remettre.

C’est dommage car j’aime bien la forme général de la robe. La découpe de la jupe légèrement arrondie sur les hanches est plutôt jolie.

Si j’ai le courage, je la reprendrais et lui supprimerais les mancherons et la parementure que je remplacerais par un biais. Pour la transparence, j’ai un fond de robe à mettre en dessous, donc c’est facile à corriger… il faut juste que je trouve la motivation et ça c’est pas gagné!

Quelques photos de nos vacances:

la plage encore et toujours:

Miami avec le Wynwood Wall et le design district:

La Floride à cette saison c’est aussi des pluies diluviennes. Courtes mais impressionnantes:

Ballade dans les Everglades en airboat ou à pied

A très bientôt

Leslie.

Adèle le retour…

Dans ma valise de vacances il y a également une nouvelle Adèle pour accompagner celle cousue l’année dernière.

Le tissu acheté en fin d’été attendait son heure. Des fois je change de modèle en cours de route quand le tissu attend trop longtemps mais pas cette fois. J’avais une idée très précise de ce que je souhaitais et le tissu et l’elastique avaient été achetées en même temps, il ne manquait qu’un peu de soleil pour m’y mettre.

Mon tissu étant très fin, pour la découpes des pétales, j’ai coupé 4 épaisseurs à chaque fois pour gagner du temps. Il a fallu un peu rusé car ayant marre des chutes dont je ne sais pas quoi faire, j’achète moins de tissu que ce qui est préconisé sur les patrons et là j’étais un peu juste. Les derniers ne sont pas tous dans le droit fils mais dans ce tissu cela ne se voit pas.

J’aime bien la finition proposée avec du biais sur les emmanchures et l’encolure, et je me suis amusée avec un biais très… graou, qu’on aperçoit à peine.

La seule déconvenue rencontrée est qu’il a fallu que je double la jupe pour cause d’indécence prononcée. Dans mon stock je n’avais que du voile de viscose, et la robe n’est pas aussi agréable que du coton par forte chaleur. Le tissu principal était vendu comme du coton (un sorte de simple gaze) mais je pencherais plutôt pour du polyester à l’usage.  Bref, je l’ai porté en Floride et elle tient beaucoup plus chaud que sa jumelle en double gaze.

Pour le dos, j’ai trouvé des petits boutons noirs tout mignon:

Et pour la taille comme pour ma version précédente, j’ai supprimé le lien pour le remplacer par un élastique. Cela marque mieux la taille et est plus adapté à ma morphologie.

Même si cette Adèle tient plus chaud que prévu, je l’aime beaucoup et l’ai déjà mal porté.

Petite apparté avec quelques photos de notre périple:

La Floride pour nous c’est d’abord un beau levé de soleil grâce au décalage horaire:

Des rencontres insolites, parfois juste au bord de la route:

On a vu très très peu d’alligators même s’il y a des pancartes les signalant partout. En plein été il fait trop chaud et ils se cachent dans l’eau.

C’est aussi le Kennedy Space center et LEGOLAND:

Et également de beau coucher de soleil:

A très bientôt

Leslie

Jolène en version robe

Voila déjà plus d’un mois que je ne suis pas venue par ici… j’ai toujours autant de plaisir à parcourir tous vos blogs même si j’ai moins laissé de commentaires ces derniers temps mais quand il s’agit de venir vous montrer mes cousettes… j’ai la flemme. Les photos sont pourtant faites avec assiduité à chaque fois que je vois mon papa mais l’inspiration est moins là.

Comme beaucoup, j’ai profité de la coupe du monde pour coudre un peu plus, j’ai donc pas mal de choses à vous montrer. Il me manque juste un peu d’énergie. Après déjà une semaine de vacances, je me fais violence et commence donc la séance de rattrapage par ma robe Jolene de ready to sew cousue il y a plusieurs mois. Après ma toile en version chemise (visible ici), j’ai cousu ma robe presque les yeux fermées.

Le tissu est un jean léger qui a tendance à froisser, mais il est tellement agréable à porter que je lui pardonne 😉

Si je devais faire une critique à la version manches courtes: les manches kimonos sont un peu étriquées et elles gênent un peu le mouvement des bras. On n’est pas dans le cas extrême de la robe «la parisienne » de Louis Antoinette quand même mais en fin de journée je suis contente de retrouver une tenue plus confortable! C’est un petit bémol que je ne sais pas comment résorber mais qui ne m’empêche absolument pas de la porter. Elle est fait d’ailleurs partie de mes tenues de vacances c’est bien que ce n’est pas trop inconfortable non plus!

Petit zoom sur le détail des fronces:

Pour la version robe, j’ai bien évidemment choisi des pressions et non des boutonnières. J’ai choisi de positionner en premier les 2 pressions de chaque côté de la ligne de taille puis les 2 du haut sous le col. J’ai ensuite répartit les autres de façon homogène.

J’ai lu depuis sur un blog qu’il fallait laisser une distance de 12 cm entre les bas d’une robe et le 1er bouton… j’aurais peut être du ne pas poser les 2 pression du bas, mais j’avais peur que la jupe s’ouvre trop.

Voila une petite cousette qui correspond parfaitement à ce que je mettais imaginée et que j’ai déjà pas mal portée.

Bises de Floride où il fait très très chaud.

Leslie

Me made month…

Pour la première année dans le sillage de Flo j’ai participé au « me made month ». Pour les non initiés, ce défi consiste à porter au cours du mois de mai ses cousettes. Pas d’obligation, chacun fait en fonction de sa garde de robe et de ses envies mais l’idée est de publier chaque jour une photo. Cette démarche permet également de porter un œil critique sur ce qui est porté au quotidien, de constater s’il y a des manquants à combler mais aussi pour ma part de ressortir des modèles moins souvent mis à l’honneur.

Telle la tortue j’ai mis du temps à démarrer et n’ai commencé que le 11 du mois mais j’ai été plutôt assidue. Telle la tortue encore, j’ai été très longue à écrire cet article car je ne suis vraiment pas une reine de la technologie et mon téléphone refusait le transfert des photos. Voici donc le résumé de ma participation et normalement en cliquant sur chaque photo, vous pouvez retrouver l’article associé sur le blog si vous souhaitez plus d’info sur un patron.

 

,

J31:J’aime ça forme et son tissu mais je ne sais pas si c’est parce que le bustier est baleiné mais j’ai la fâcheuse sensation d’exhiber mon SG dès que je me penche, du coup je la porte très rarement.

Voila pour ma première participation qui confirme que je porte beaucoup beaucoup de robes. Il n’y a pas vraiment de manquant. Ma garde de robe est franchement pleine à craquer et je crois que je peux tenir sans problème 1 mois et demi sans doublon!

Du wax…

Il y a quelques temps ma belle sœur liseuse silencieuse de ce blog m’a demandé si je pouvais lui coudre une jupe en wax. Nous avons regardé ensemble les différentes formes et elle a choisi le patron le plus simple de la terre… une jupe cercle. Elle voulait du volume j’ai donc suggéré de partir sur un cercle complet malgré un métrage de tissu très conséquent: 3m60.

Munie de ces précieuses mesures, elle est allée choisir son tissu dans le temple de la tentation au marché St Pierre. Elle s’est prise au jeu du vendeur et de ses nombreuses questions et lui a laissé croire que c’était elle la couturière. C’est un demi mensonge puisque depuis elle s’est essayée à la couture…. hum hum serait-ce contagieux?

Pas grand chose à raconter sur la jupe. J’ai assemblé 2 demi-cercles, rajouté une bande dans le haut pour éviter que la jupe ne se déforme, une fermeture, un bouton, un ourlet et c’est terminé.

Enfin presque car qui dit jupe cercle dit aussi beaucoup de chutes…. J’ai donc proposé de coudre un petit quelque chose pour sa fille. Maman voulait un haut, Ma nièce voulait une jupe…. j’ai réussi à caser les 2:

La jupe est le modèle Twist de Vanessa Pouzet déjà cousu ici. Et le top est le modèle 131 du burda d’avril 2017. Il a une petite bande boutonnée dans le dos que j’ai fait noir également.

Le wax c’est toutes saisons, la preuve en image;

On me glisse dans l’oreillette qu’il y aurait eu depuis une autre virée shopping au Marché St Pierre, une belle-sœur en entraînant une autre… affaire à suivre!

A très bientôt

Leslie