Alice et le twist!

Je vous ai laissé la semaine dernière avec suspens insoutenable… Alice allait-elle se montrer coopérative? La vérité est que j’ai profité d’un déplacement professionnel pour bloguer un peu mais que je n’avais pas eu le temps avant de partir de flouter le visage de ma puce. C’est maintenant chose faite et voici donc les coulisses de la séance photos

Et bien, le départ a été mitigé, en mode tes photos « cela ne m’interesse pas du tout »

Puis elle s’est laissée appâter

Pour finalement y prendre beaucoup de plaisir:

La jupe est le modèle mademoiselle twist de Vanessa Pouzet. C’est juste un grand rectangle avec un élastique mais j’avais la flemme de réfléchir aux dimensions alors j’ai acheté le patron. Cette jupe est bien conçue et elle offre pas mal de possibilités avec l’ajout de pince, d’un passepoil sur l’ourlet ou de plis religieuses. C’est pour ces petits détails que je l’ai acheté.

Mais le vrai plus de cette jupe est qu’elle est réversible:

Avec les chutes de ma chemise Jolène d’un côté et de ma robe Clarisse de l’autre, on obtient un superbe petite jupe que ma fille adore.

Petite photo montage du photographe pour montrer les 2 côtés de la jupe:

Et puisque tout travaille mérite salaire paraît-il, sur cette dernière photo Alice tient sa récompense dans la main, serez-vous trouver ce que c’est?

Ma petite puce est actuellement en vacances chez ses grands parents (qui ne sont autres que le photographe et ma maman) et la pauvre chérie a une énorme varicelle. Je t’envoie plein de gros bisous ma jolie poupette pour que tu guérisses très vite.

Clarisse de chez machine

Aujourd’hui c’est encore un patron indépendant que je vous présente. La robe Clarisse de chez Machine. Je ne connaissais absolument pas cette marque avant de découvrir une version de Clarisse sur Thread and needles. J’étais manifestement passée à côté de la première sortie puisqu’il s’agit d’une réédition.

L’encolure cœur, les découpes princesses et la forme un peu empire m’ont immédiatement séduite. J’imaginais une robe chic et confortable et c’est absolument le cas.

Le patron est très bien conçu. Dans le guide des tailles il y a également les dimensions du vêtement fini ce qui est toujours appréciable. Dans ma crainte perpétuelle de coudre trop petit, j’ai choisi le 40 en haut et le 42 en bas et c’est un peu grand. Rien de gênant mais la prochaine version (déjà en cours) sera cousue une taille en dessous. Le patron PDF a 4 fichiers pour les hauts version A et B, la jupe et la doublure. C’est bien parce que c’est très aéré et facile de s’y retrouver mais il y a beaucoup d’espace vide et l’impression consomme beaucoup de papier. Comme c’est assez courant maintenant sur les patrons PDF il y a un système de calque qui permet de n’imprimer que la taille voulue et de choisir avec ou sans marge de couture. Les explications sont claires, les repères tombent bien. Bref je suis conquise par la conception du patron.

Concernant le tissu, je l’avais repéré chez toto au mois de septembre et dans un excès de raisonnabilité (oui oui ça existe…) ne l’avais pas acheté car j’avais plein d’autres projets en attente. Évidemment lorsque j’y suis retournée il n’y était plus. J’en avais fait mon deuil quand je suis retombée dessus par hasard au mois de janvier. En plein hiver, il n’était franchement pas de saison, mais je n’ai pas résisté. Je l’ai acheté dans l’idée de refaire une veste Chloé car la mienne est en train de rendre l’ame. Mais entre-temps j’ai cousu ma veste Watson donc Chloé n’avait plus trop de raison d’être et c’est finalement en Clarisse qu’il a été coupé. ( vous suivez toujours?)

Pour la petite histoire, avec Anne-Francoise nous sommes presque voisines bien qu’on se soit jamais rencontrée et elle a elle aussi craqué pour le même tissu. Elle est autant adepte des jupes crayon que moi des robes et vous pouvez admirer sa jolie jupe dans le même tissu ici.

Le tissu contient un peu d’elasthane ce qui le rend super confortable.

Comme à mon habitude, j’ai rajouté un peu de passepoil. Bah oui j’avais un petit bout argenté qui traînait dans l’atelier. J’avais pas prévu d’en mettre sur l’encolure pour m’eviter l’excercice périlleux de la pointe du cœur mais au premier essayage la couleur était un peu fade sur ma peau. Alors pour relever le tout, j’ai également passepoilé l’encolure.

Le dos se ferme par une fermeture invisible:

Et pour finir, la semaine dernière je vous avais parlé d’un duo… et bah c’est pas gagné

Il va falloir soudoyer le petit mannequin parce que là elle n’est pas super coopérative! La suite au prochain numéro…

Edit du 15/04: quelques photos gros plans pour montrer le passepoil argenté:

 

Emma 1.2

Présente-t-on encore la célèbre robe Emma de LMV de décembre 2014? Déjà quand je l’ai cousu en mai 2015, j’avais l’impression de l’avoir réalisée mille an après tout le monde alors plus de 3 ans après sa sortie… Mais voilà, ma première version je l’ai beaucoup beaucoup portée et c’est vraiment la petite robe que je sors hiver comme été quand je ne sais pas quoi mettre. A force le tissu a quelques fils tirés et j’ai eu envie d’une nouvelle version.

Et puis mondial tissu m’a envoyé des milliards de mails pendant les soldes et j’ai fini par craqué sur un tissu… de la nouvelle collection bien sur !!!

Un joli jacquard, plein de peps avec un peu de bleu… je n’ai pas su résister. Acheté dans le but de coudre la robe Emma , je n’ai pas pensé à vérifier le métrage et ai commandé naïvement 1,50m alors que bien évidemment le patron préconise 2m. Heureusement que le motif ne nécessite pas des raccords car j’ai vraiment réfléchit pour caser toutes mes pièces. À tel point que la pointe cachée du dos n’est pas entière faute de tissu… mais chut, à part vous et moi, personne ne le sait.

Addict du passepoil je n’ai pas pu m’empêcher d’en rajouter pour souligner la ceinture et les découpes d’epaules:

La jupe a une très grande ampleur qui vole facilement.

Bref c’est une petite robe que j’aime beaucoup. Elle est un peu moins facile à porter que la précédente car le tissu fait un peu plus habillé mais elle est tout aussi confortable.

Après un pantalon, une chemise et une jupe, il était grand temps de revenir aux basiques de ce blog: une robe avec du bleu!

A très vite pour une cousette en duo.

Novembre en mars….

C’est encore un patron indépendant que je vous présente aujourd’hui. Une petite merveille découverte grâce à Hélène des filles du mercredi, la jupe Novembre de l’atelier scammit. Sa version en velour bleue m’a plus que séduite et comme il me restait une grande chute du tissu de mon pantalon Patrick, j’ai craqué !

Le patron est sous format PDF et les marges de coutures sont incluses (il existe aussi en pochette mais c’est plus cher et il faut attendre la livraison!). Ne connaissant pas cette marque j’ai mesuré les pièces pour choisir la taille adaptée à mon fessier et j’ai coupé dans ma taille habituelle. Après un première essayage j’ai finalement réajusté la taille qui était un peu large.

Tout le charme du patron est les froufrous sur les poches. Mon tissu étant assez épais, j’ai choisi de ne pas les doubler et de faire un ourlet roulotté à la surjeteuse. Le patron est de niveau avancé et effectivement le montage des poches dans les coutures n’est pas si évident.

Les découpes du devant sont reprises dans le dos, ce qui est bien pratique quand on coupe la jupe dans des chutes comme moi. C’est plus simple pour caser toutes les pièces.

La jupe est entièrement doublée et c’est encore les restes de ma veste Watson qui ont été utilisés, avec une fermeture et un bouton assorti de mon stock. Jupe 100% chutes et stock, sans l’achat du patron on frôlait la perfection 🙂

Allez je vous montre quelques photos en pied avec ma tête fatiguée. Cette série de photo est la 3ème et dernière d’une séance plus que nocturne un vendredi soir après l’anniversaire d’une de mes puces.

Heureusement mon photographe est un oiseau de nuit dont le terrain de jeu est les salles de concert et autres repères de jazzman. Tout son univers est par ici. Séance photo entre minuit et 1h du mat… pas de problème ! Merci Papa.

Promis la prochaine fois je vous présente autres choses que du gris. Avec l’arrivée du printemps j’ai envie de couleur.

Jolene

Après avoir cousus du Burda et du LMV pendant des années, je découvre avec plaisir les patrons indépendants. Pas de grilles superposées où il est difficile de retrouver les pièces, pas de marge de coutures à rajouter… certes un peu de collage et de découpage mais c’est pour le plus grand bonheur de mon Alice qui s’amuse à faire des confettis avec les restes de mes découpes!

Jolene de la marque Ready to sew est un de mes coups de cœur de l’année dernière. C’est évidemment la version robe qui m’a séduite et c’est pourtant la version chemise que j’ai cousu !! Et oui, ne connaissant pas cette marque de patron, j’ai choisie de faire une version test dans un tissu bon marché avant de me lancer dans la robe:

Le patron est proposé soit en manches courtes soit en manches mi-longues. Et je l’ai trouvé très bien conçu. Les repères sont suffisant pour que tout s’emboite parfaitement et les explications très claires.

Tout le charme du patron est dans les fronces et pourtant c’est vraiment pas ce que je préfère coudre. Ceci dit, je me rends compte que je progresse car quand j’ai débuté ma bête noire était de résorber l’embu des têtes de manches, puis après c’etait de réussir à coudre des fermetures éclairs parfaitement invisible, et puis à force d’en faire je les couds sans y prêter garde. C’est pareil pour les fronces qui me semblent de moins en moins contraignantes et qui sait peut être qu’un jour j’y prendrai plaisir…


Allez je vous fais un autre aveu… Je déteste coudre les boutons et là il y en a 14! Alors j’ai ressortir le manuel de ma machine que j’ai depuis 2003 et pour la première fois alors que j’ai toujours snobé cette option (bah oui un bouton se coud à la main quand même!) j’ai cousu tous mes boutons à la machine! UNE RÉVÉLATION comment ai-je pu m’en passer avant?

Sur les bons conseils de ma mercerie, j’ai fait de fausses boutonnières et ai ajouté des pressions (sauf sur les 2 boutons du haut que je laisse ouvert). Bah oui, 14 mini-boutons de bon matin, en mode pas réveillé, ça donne pas trop envie et c’est vrai que les pressions, c’est bien plus pratique.

Vous l’aurez compris j’adore ma Jolene. Et maintenant que le patron est validé (taille 40 avec zéro retouches) la version robe manches courtes devrait voir le jour cet été.

Patriiiiick

Malgré un titre en forme de cri c’est bien de couture dont nous allons parler aujourd’hui et non du chanteur que j’aime somme toute beaucoup par ailleurs.

Mais bref la n’est pas le sujet… puisque je vais vous parler de pantalon! Oui de pantalon… il n’y en avait eu qu’un de cousu avant celui-ci au tout début de mon blog en 2012, mais depuis nada. Et oui j’ai déjà eu l’occasion de le dire mais mon uniforme du quotidien c’est la Robe voire parfois la jupe mais le pantalon… rarement!

Et puis Coralie Bijasson a sorti Patrick.  Le peu de versions que j’ai vu m’ont tout de même donné envie de l’essayer. J’avais imaginé que la forme carotte pourrait aller à ma morphologie et j’aimais bien la forme générale du modèle. Pour le faire, j’ai utilisé une sorte de lainage fin avec un joli tombé trouvé chez toto à Orgeval.

Sur le patron j’aime beaucoup les 2 pinces sur le devant et la ceinture avec le gros bouton:

Le montage de la braguette n’est pas très explicite dans le livret mais la vidéo du site est quant à elle parfaite. Il n’y a qu’à se laisser guider.

Pour les poches j’ai utilisé les chutes de la doublure de ma veste Watson:

Aller, on continue le tour complet avec un gros plan sur mon postérieur :

Bravo au photographe je craignais beaucoup cet angle de vue mais la position choisie me permet d’assumer mes complexes et de ne pas censuré cette photo.

De face je suis plus mitigée par le rendu sur moi. La forme carotte n’est pas très flatteuse. Il faudrait peut-être que je resserre un peu plus le bas de la jambe. Même si la forme n’est pas idéale sur moi, le patron est parfaitement coupé. J’avais fait une toile en version bermuda pour valider la fourche et je n’ai fait aucune retouche. La seule chose pour laquelle il faut être vigilant c’est le choix de la taille car j’ai coupé en 38 alors que je fais plutôt un bon 40. Il faut également faire attention à la longueur. Bêtement je n’ai pas laisser de marge et je le trouve un poil trop court.

Un petit zoom sur le profil pour parfaire la présentation:

Même si je ne suis pas pleinement satisfaite du rendu de ce pantalon, le tissu tout doux et le confort du modèle font que je l’ai déjà porté et qu’il est probable que je lui laisse sa chance. Je n’ai pas encore bien trouvé avec quoi l’assorti car le lainage fait vite très strict mais j’y travaille. Et dernière chose, pour le métrage il est préconisé 1m80… pour ma part 1m20 ont suffit et une petite jupe a été cousue dans les chutes. Mais ça, on en reparle une prochaine fois.

Mes petites gymnastes

Mes fillettes font 1 heure de baby gym tous les samedis matins, le t-shirt / leggings est largement suffisant mais à la même heure il y a les « grandes » dans la salle d’à côté qui ont toutes des justaucorps avec paillettes et autres strass, qui font rêver Marion ma fille aînée. J’ai cherché un peu sur internet dans l’idée de lui en offrir un mais quand j’ai vu le prix, la dame couture qui est en moi s’est offusquée !

J’ai donc proposé à ma fille de lui coudre un justaucorps et elle m’a répondu avec la franchise de ses 5 ans: « si c’est toi qui le fait ce sera pas bien »  Merci pour ta confiance ma chérie ça fait toujours plaisir! Tu as raison finalement le legging t-shirt c’est très bien aussi.

Sauf que l’idée a mûri petit à petit et à force de voir les merveilleuses tenues de danse cousues par Géraldine et malgré les réticences de ma fille j’ai eu envie d’essayer.

Apres une recherche de patron et de tissus adéquates, je me lance avec le patron Jalie 2792.

Alors bien sûr impossible d’en coudre un à Marion sans en coudre un à Alice. Après réception dès tissus on se met d’accord sur les couleurs avec une version « Reine des neiges » pour Marion et une version « Princesse Sofia » pour Alice.

Après prise des mesures je coupe pour les 2 en 2 ans en largeur et en 4 et 6 ans en hauteur. Par excès de confiance je survole les explications et j’assemble le tout. Je m’arrête avant de poser les élastiques pour un petit essayage de rigueur et… catastrophe c’est beaucoup trop long pour les 2. J’avoue ne pas trop comprendre car les patrons Jalie ont l’air d’avoir bonne presse, je laisse donc mes 2 justo à décanter!

Après la trêve des confiseurs et le redémarrage des cours de gym, je décide tant bien que mal de démonter mes coutures d’entrejambes faites à la surjeteuse et de redessiner le bas. Je fais celui de Marion puis quand même je trouve bizarre d’avoir un problème avec le patron. Alors comme de bien entendu je regarde plus précisément les explications et réalise que l’erreur vient de moi…

J’ai pas vu que le devant et le dos étaient directement cousu ensemble et non séparés par la pièce qui sert de doublure à l’entrejambe. Du coup j’ai rajouté par erreur une dizaine de centimètres en hauteur. Ayant enfin compris mon erreur j’ai terminé mes 2 justaucorps très rapidement.

Au final ma Marion est ravie et même assez fière de son justaucorps.

Ma petite Alice est plutôt super contente également:

Pour les finitions j’ai posé de la laminette pour le tour des cuisses. Le décolleté et la goutte dans le dos ont été finis à l’aiguille double. J’avoue que je suis très contente du résultat et surtout ravie de voir les bouilles enchantées de mes filles le samedi matin.

Allez pour le mois de la fin je vous mets une photoque j’adore avec ma mini sur sa chaise et ma grande sur la pointe des pieds pour ne pas se faire dépasser… tout un programme!

Élémentaire mon cher Watson…

Bon mon titre est un peu convenu pour parler du patron Watson de Papercutpattern mais je n’ai pas résisté!! Et pourtant ce patron Manteau/ cape n’a rien d’élémentaire.

Mais il fait partit de mes « joyeuses cousettes d’hiver » après un automne en demie-teinte alors je le savoure. Pour la petite histoire, cela fait fort longtemps que j’avais repéré ce patron, mais j’avais un peu du mal à casser ma tirelire pour l’acheter. Et puis en panne d’idées cadeaux pour mon anniversaire en décembre, j’ai soumis à ma petite maman une petite liste de patron pour que si l’envie lui en disait elle puisse m’en offrir 1.

Alors aussitôt reçu, aussitôt cousu, car dès le soir même je décalquais mes pièces. C’est la première fois que je couds cette marque et j’ai longuement hésité sur la taille à couper car elle est réputée tailler plutôt grand. J’ai finalement cousu du S en utilisant un grand coupon de lainage offert par une collègue l’année dernière qui au pire ferait office de toile.

Par contre, je me suis en peu lâchée sur la doublure… Elle est franchement flashy mais j’adore.

Alors que dire sur le patron. Tout d’abord le packaging est super beau. Ensuite les explications et les pièces sont sur une même grande feuille et il faut faire du découpage et du collage pour monter livret. Ça c’est le petit moins. Les explications sont plutôt claires. Le montage est plutôt long… bon rien d’exceptionel non plus, un manteau c’est toujours un peu long.
Le seul truc c’est qu’à un moment j’ai arrêté de faire l’élève modèle qui suit scrupuleusement toutes étapes de montage et que comme parfois avec le montage des meubles IKEA, je me suis retrouvée avec une pièce en trop!!!

Je m’explique; le patron prévoit une parementure d’ourlet à coudre au bas de la doublure avant d’assembler la dite doublure à la parementure qui fait le tour du manteau. Bref j’ai oublié l’étape parementure d’ourlet. J’aurai donc du avoir un décalage que je n’ai pas eu car le tissu de ma doublure est tres glissant et que j’ai résorbé sans m’en rendre compte la longueur en trop. La doublure s’effilochant très vite, je l’ai assemblée à la surjeteuse. J’ai trouvé que c’etait trop risqué de decoudre et j’ai un peu bidouiller pour finir le manteau. Au final c’est de ma faute mais j’ai une piece de trop!

On ne voit pas trop que le bas a été un peu raboter par contre j’ai un problème avec la partie cape. Le pli a du mal à se positionner dans le dos. J’ai pas encore osé l’aplatir au fer, c’est pourtant peut être la solution.

Vu l’avalanche de photos, vous l’aurez compris: j’aime beaucoup ma nouvelle veste. Par contre en hyper frileuse qui met de septembre à avril une mini doudoune sous son grand manteau… Watson n’a pas encore été portée. La taille est bonne avec un pull mais pas une veste ou une doudoune dessous… Watson attendra donc le printemps.

Edit du lendemain pour faire plaisir au photographe, le zoom sur la doublure:

 

Mon petit lapin

En faisant le bilan de mes cousettes 2017, j’ai réalisé à quel point je n’avais quasiment pas cousu pour mes enfants l’année dernière alors qu’ils sont plutôt demandeurs. J’avais même acheté quelques coupons en pensant à eux mais jusqu’à maintenant ils n’ont servi qu’à alourdir mon stock.

Mon petit tissu lapin est exactement le bon exemple. Acheté spécialement pour ma petite Alice (on se demande d’ailleurs bien pourquoi elle adore les lapins blancs, mais c’est un tout autre sujet 😉 ), il n’avait pas encore eu la chance de sortir de l’étagère.

Ma fille suit l’exemple de sa grande sœur et est de plus en plus coquette. Il devient difficile de lui mettre des pantalons alors que son stock de robe est plutôt mince. Il était donc grand temps de remédier à tout ça:

Le modele est une copie d’une robe du commerce qu’elle adore. Et la version « petits lapins » est vraiment le summum du must pour ma puce de 4 ans!

Zoom sur les petits détails:
Fermeture invisible dans le dos
Petite couture au point triple élastique pour finir les mancherons car j’ai cassé mon unique aiguille double au démarrage de la première couture!!! (Grrrrr..)

Et petit col Claudine en rappel du motif de la jupe:

Voilà une petite couture plutôt rapide pour le plus grand bonheur de ma poupette, à se demander pourquoi je ne couds pas plus souvent pour elle. En plus le haut a été coupé dans les chutes de ma robe Madeline. Ce projet aurait pu être nominé pour les défis « je couds mes chutes » et « je déstocke » mais je suis jamais dans les temps pour participer!

Enfin pour finir, j’ai été taguée par Christine de teilestilleuls et je réponds donc aux 10 questions posées par cousu by Nath sur le thème « la couture et moi »

1. As-tu été confronté(e) à des préjugés sur la couture ?

Rarement! Même si j’ai déjà eu des remarques de collègues masculins du type: « Ah tu couds?! J’ai justement des ourlets à refaire… » un laconique « Désolée, je ne sais pas faire les retouches uniquement de la création sur-mesure! » en mode un peu je me fous de ta g…. et le sujet est clos. Gnagnagna… non mais!

2. Depuis quand couds-tu ?

Depuis que j’ai 12 ans, soit avant avant hier… (euh depuis 26 ans quand même, ça file un coup de vieux). J’ai appris sur la machine de ma Maman en décortiquant le mode d’emploi et je me suis offert la mienne avec un de mes tous premiers salaires. C’est la machine que j’utilise toujours aujourd’hui.

3. Quel a été ton tout premier projet ?

Des vêtements pour mes « petits malins » cousu à la main. Mais mon vrai premier projet à la machine c’est une robe Burda assez simple. Cousu toute seule sans aucune explication de personne, J’étais super fière. Et pourtant à l’epoque, je ne savais pas ce qu’était un droit fil, qu’il fallait plier le tissu en 2 pour certaine pièce et ne comprenais d’ailleurs pas pourquoi il n’y avait qu’une moitié des patrons. Je ne connaissais pas non plus les marges de couture… je coupais de façon aléatoire autour de mon patron puis je bâtissais tout à la main avant d’assembler à la machine! Bref je suis partie de vraiment très très loin!

4. Qu’est-ce que tu aimes le plus coudre ?

Assez égoïstement des vêtements pour moi! Je connais ma silhouette et je sais quelles retouches je vais devoir faire. Quand c’est pour les autres j’ai rarement la personne sous la main pour faire des essayages intermédiaires et du coups je me lance rarement dans des grands projets pour les autres. Et puis, je n’aime coudre que pour les personnes qui savent apprécier le fait-main. (Non le fait -main n’est pas un cadeau de radin)

5. Au contraire, crains-tu de coudre certaines choses ?

Non pas vraiment. J’ai tout appris en auto-didacte et j’aime tâtonner jusqu’à ce que le résultat soit à la hauteur de ce que j’avais imaginé. Par contre ce que je rêverais de savoir faire c’est du moulage avec des beaux drapés. J’ai un bouquin sur le sujet depuis 1 an… il me manque juste le temps de m’y mettre!

6. Quel est ton pire souvenir depuis que tu as débuté la couture ?

Aucun! Parce que je couds vraiment pour le plaisir sans aucune contrainte ni pression. Certains projets sont plus long que d’autres et peuvent même rester un temps certains en encours mais je n’ai jamais eu de gros gros loupé.

7. T’arrive t-il de faire des erreurs toutes bêtes ? Lesquelles ?

Tu veux dire le petit coup de ciseaux inopportun, la pièce à couper en double faite en simple alors que pour une fois tu as coupé un mini quelques choses dans tes chutes et que tu n’as donc plus de tissu pour couper la pièce manquante, la couture trop proche des dents d’une fermeture invisible et qui ne peut plus fermer, le mauvais choix de tissu qui fait que le tombé du vêtement est exactement à l’opposer de celui du modèle… et bah oui cela m’est déjà arrivé.

8. Quelle est ta plus grande fierté lorsque tu crées quelque-chose ?

Qu’on me demande dans quelle boutique je m’habille parce que j’ai une collection de robes qui suscite des interrogations.

9. Quels sont tes prochains projets couture ?

Je suis entrain de finir une jupe Novembre de l’atelier scammit. Ensuite je voudrais refaire une robe Emma et une veste Chloé de LMV. J’ai également un grand manteau en cuir beaucoup trop grand qui attend d’etre customisé. Je voudrais également refaire une blouse Magellan pour aller avec ma jupe Novembre… bref les idées sont nombreuses mais le temps manque toujours un peu.

10. Y a t-il du matériel de couture qui te fait rêver ?

Non. J’ai un super atelier avec: un petit bureau pour ma MAC et ma surjeteuse, une grande table pour couper mon tissu, un mannequin… j’ai une réserve de tissu correct et sans être trop excessive, bref je suis plutôt très bien installée!

Alors à mon tour de taguer… Alors les nominés sont Servanne du blog ptitemama.fr, Sélèné du blog selainet, Anne-Françoise de coudre ou ne pas coudre et Delphine de la boîte à mystère. Si le cœur vous en dit à vous de jouer maintenant.

Magellan

Je me suis achetée une jupe ! Euh, oui et alors ? on ne parle pas de couture ici d’habitude? Bah si, et justement, je n’ai pas de haut pour aller avec! Et oui des hauts dans une garde robe composée en majorité de robe, il n’y en a pas tant que ça! Alors quel beau prétexte pour m’offrir le patron Magellan de « aime comme Marie », sur lequel je lorgnais depuis un moment!

Que dire sur le patron, comme pour mon top Majestic, je n’aime pas le fait qu’il soit tracé à la main mais c’était sans surprise puisque je connais cette marque. Pour cette blouse j’ai fait la taille L car j’avais cousu en taille M mon Majestic et je m’y sens à l’étroit. Le montage est assez rapide même si les fronces du volant m’ont semblé interminable. C’est vrai que je ne suis pas objective car les fronces ce n’est pas franchement ce que je préfère coudre.

J’ai cousu mon top dans un voile de coton que j’ai assemblé en couture anglaise. Pour les ourlets, j’ai fait des ourlets roulottés à la surjeteuse, le tissu est tellement fin que je pense qu’ils ne tiendront pas dans le temps mais on verra bien! Il est également très transparent et habituellement je porte un débardeur dessous que je n’avais pas jugé nécessaire pour la séance photos 🙁

Pour rappeler les tons de la jupe, j’ai fait des fausses boutonnières bleues associées à des petits boutons de mon stock. La blouse s’enfile sans problème sans défaire les boutons.

J’aime beaucoup ce patron, et si un jour je trouve un patron de pantalon qui me va, je pense que j’en ferais d’autres version. Pour le moment, vu le peu de bas de ma garde de robe, c’est pas vraiment utile d’en coudre d’autres mais avec ma jupe il va plutot pas mal non?