Catégorie : Hauts

Alors voilà un peu de blabla…

Une fois n’est pas coutume, c’est un billet un peu plus perso aujourd’hui. Deux grands changements pour moi dont j’ai envie de parler. Pour la couture, sauter tout le blabla et rdv aux photos, pour les courageux, bonne lecture

Le premier changement est professionnel : après 2 ans de bon et loyaux services j’ai démissionné de la micro entreprise pour laquelle je travaillais et je commence une nouvelle aventure lundi. Ma patronne (digne copie de Meryl Streep dans le diable s’habille en Prada) m’a forcé à faire l’integralité de mes 3 mois de préavis avec toujours plus de demandes et de dossiers à finir impérativement avant mon départ. Cette aventure est enfin terminée et c’est un très très gros soulagement pour moi de passer enfin à autre chose. Une grosse page émotionnelle se tourne, j’ai super hâte de démarrer lundi. Mon nouveau boulot est dans une structure beaucoup plus importante dans un domaine que je connais bien et luxe exceptionnel en région parisienne, c’est à 3 km de chez moi. Sur le papier, c’est le job rêvé, je croise les doigts.

Le deuxième changement est physique. Je l’avais annoncé, j’ai fait un régime très très efficace (-8 kilos en 2 mois)… point de remède miracle au final… Le régime s’appelle « maladie de Basedow ». Pour faire simple, c’est un problème d’hyper activité de la thyroïde qui stimule de façon excessive l’intégralité de l’organisme. Pour mon corps, c’est comme ci je courais le marathon en permanence avec la fatigue qui va avec. Et pour accompagner cette fatigue chronique un lot de petits désagréments vient pimenter mon quotidien: un cœur qui palpite, des mains qui tremblent, une hyper sensibilité/agressivité…. Le régime parfait n’est pas sans souffrance . Ceci dit, je ne me plaint pas car dans mon cas la maladie a été diagnostiquée très tôt et je n’ai ni gloitre, ni les yeux globuleux. Ça fait rêver hein!

J’ai commencé un traitement depuis 1 mois que je supporte plutôt bien et je gère déjà beaucoup  mieux mes émotions. Pour le reste ça se régule au fur et à mesure des 18 mois de traitement mais j’envisage bientôt de lire les nombreux emails reçus que je repousse soir après soir…

Bref, entre une fin de contrat tendue et la découverte fortuite de ma maladie, les derniers mois sont passés très vite. Malgré la fatigue j’ai continué à coudre pour me vider la tête mais j’ai fait simple et c’est quasi les mêmes hauts que la dernière fois que je vous présente… une blouse épicéa à manches longues cette fois et un top Suun à manches courtes. Toujours dans 1m50 de tissu, on prends les mêmes et on recommence.

La blouse épicéa :

Et la blouse Suun:

J’ai coupé ces 2 versions en même temps que les 2 précédentes et j’ai quasi tout cousu à la chaine. Je les aime tout autant. Le tissu est un voile de coton également d’Eglantine et Zoe, une petite merveille.

Promis la prochaine fois, je change de patrons! (Tiens ça marche aussi pour le boulot )

A très vite….

Leslie

Un coupon, 2 hauts – Acte I

A force de vouloir coudre que mon stock et me restreindre dans mes achats, j’ai fait un très gros craquage sur le site d’Eglantine et Zoe: 5 coupons d’un coup tous plus beaux les uns que les autres!

Le mètre n’étant pas donné (mais complètement justifié au regard de la qualité) j’ai essayé d’optimiser au maximum mes coupons. Le premier à être passé sous mon pieds de biche est un joli coton viscose écru à pois cuivré  que j’adore beaucoup beaucoup.

J’ai d’abord coupé une blouse Suun de PM-pattern.

Un patron avec un décolleté très délicat que j’ai fait dans la version la plus sage. Mais le patron propose 3 profondeurs différentes en fonction des envies et atouts de chacune!

Il y a des petites fronces dans le milieu dos pour donner un peu d’aisance. Le patron étant assez loose, j’ai choisi de faire la plus petite taille car je préfère les hauts près du corps.

Je n’ai pas trop aimé la planche patron que j’ai trouvé un peu difficile à lire et surtout que la partie basse des dos et devant est commune. Du coup c’est moins simple pour optimiser le positionnement des pièces sur le tissu.

Par contre les explications sont tops. Les repères tombent tous nickels et c’est un vrai bonheur de coudre ce patron.

Comme j’ai vraiment joué à Tetris avec mon coupon et comme mon titre le laisse présager,  j’ai réussi à caser un second haut: la blouse épicéa de Orageuse pattern.

Toute l’originalité de ce patron est le dos croisé.

La planche pdf est très claire et les explications aussi. J’ai rajouté un galon de sergé dans les ourlets de mes dos pour éviter qu’ils ne se déforment on verra à l’usage si c’est une bonne idée.

Le devant est très sage et j’aime le contraste avec le dos qui l’ai beaucoup moins.

Pour la grande ceinture, j’étais vraiment juste en tissu, elle est donc doublée dans un voile de coton écru et cela ne se voit pas trop même sur le noeud.

Pour finir définitivement mon coupon, j’ai fait une petite trousse et la il n’y a vraiment plus rien !

Pour résumer dans 1m50 (et 33 euros) j’ai casé un top Suun en 34, un top épicéa en 36 et une trousse alors que les marques préconisaient 1m70 de tissu pour Suun et 1m10 pour Épicéa…

A très vite et bon week end.

Leslie

Bruyère

Bruyère de deer and doe? oh la la …. il est vraiment pas tout jeune ce patron, bien 4-5 ans qu’il est sortit non? Bah oui comme beaucoup j’ai été séduite par sa forme liquette dès sa sortie mais voilà… je porte très rarement des pantalons et encore plus rarement des chemises pour aller avec. L’idée est restée dans un coin très lointain de ma mémoire. Et puis, je suis tombée sur une offre d’occasion sur le forum de thread and needle cet automne et j’ai craqué!

Trouver le tissu n’a pas été une mince affaire. Je voulais quelque chose de pas trop classique mais pas trop bariolé non plus pour assurer la « portabilité ». Déjà que les chemises c’est pas mon truc alors dans un tissu trop original, c’était risqué.

J’ai fini par me laisser séduire par une popeline violine.

Pour l’égayer un peu, j’ai acheté 25 cm de Liberty pour les poignets, le col et les finitions intérieures. Avec quelques centimètres de plus j’aurais pu faire le pied de col intérieur mais j’étais trop juste.

J’ai d’ailleurs un peu modifié le patron pour rajouter un pied de col. J’ai également supprimé la doublure du haut du devant. Les bracelets de poignets sont prévus en 1 morceau replié; je les ai divisés en 2 pour pouvoir ajouter la doublure en Liberty.

Côté bouton, j’ai eu beaucoup de mal à les trouver. Il en faut 12 et ma mercière n’en avait pas suffisamment. Elle m’a gentiment proposé de les commander et quand ils sont enfin arrivés 2 mois plus tard, le bain n’était plus du tout le même et pas très joli sur mon tissu. Elle a finit par me trouver des petits boutons tout simples que j’aime beaucoup

Cote patron, la taille est serrée. J’ai coupé en 38 et je suis juste bien. Les explications sont claires même si j’ai fait pas mal de modifications. J’ai tout cousus en coutures anglaises pour que l’intérieur soit aussi beau que l’extérieur.

Bref cette chemise est restée un long moment inachevée mais maintenant qu’elle est finie, j’en suis ravie et je la porte avec plaisir.

A bientôt

Leslie

Me made month…

Pour la première année dans le sillage de Flo j’ai participé au « me made month ». Pour les non initiés, ce défi consiste à porter au cours du mois de mai ses cousettes. Pas d’obligation, chacun fait en fonction de sa garde de robe et de ses envies mais l’idée est de publier chaque jour une photo. Cette démarche permet également de porter un œil critique sur ce qui est porté au quotidien, de constater s’il y a des manquants à combler mais aussi pour ma part de ressortir des modèles moins souvent mis à l’honneur.

Telle la tortue j’ai mis du temps à démarrer et n’ai commencé que le 11 du mois mais j’ai été plutôt assidue. Telle la tortue encore, j’ai été très longue à écrire cet article car je ne suis vraiment pas une reine de la technologie et mon téléphone refusait le transfert des photos. Voici donc le résumé de ma participation et normalement en cliquant sur chaque photo, vous pouvez retrouver l’article associé sur le blog si vous souhaitez plus d’info sur un patron.

 

,

J31:J’aime ça forme et son tissu mais je ne sais pas si c’est parce que le bustier est baleiné mais j’ai la fâcheuse sensation d’exhiber mon SG dès que je me penche, du coup je la porte très rarement.

Voila pour ma première participation qui confirme que je porte beaucoup beaucoup de robes. Il n’y a pas vraiment de manquant. Ma garde de robe est franchement pleine à craquer et je crois que je peux tenir sans problème 1 mois et demi sans doublon!

Jolene

Après avoir cousus du Burda et du LMV pendant des années, je découvre avec plaisir les patrons indépendants. Pas de grilles superposées où il est difficile de retrouver les pièces, pas de marge de coutures à rajouter… certes un peu de collage et de découpage mais c’est pour le plus grand bonheur de mon Alice qui s’amuse à faire des confettis avec les restes de mes découpes!

Jolene de la marque Ready to sew est un de mes coups de cœur de l’année dernière. C’est évidemment la version robe qui m’a séduite et c’est pourtant la version chemise que j’ai cousu !! Et oui, ne connaissant pas cette marque de patron, j’ai choisie de faire une version test dans un tissu bon marché avant de me lancer dans la robe:

Le patron est proposé soit en manches courtes soit en manches mi-longues. Et je l’ai trouvé très bien conçu. Les repères sont suffisant pour que tout s’emboite parfaitement et les explications très claires.

Tout le charme du patron est dans les fronces et pourtant c’est vraiment pas ce que je préfère coudre. Ceci dit, je me rends compte que je progresse car quand j’ai débuté ma bête noire était de résorber l’embu des têtes de manches, puis après c’etait de réussir à coudre des fermetures éclairs parfaitement invisible, et puis à force d’en faire je les couds sans y prêter garde. C’est pareil pour les fronces qui me semblent de moins en moins contraignantes et qui sait peut être qu’un jour j’y prendrai plaisir…


Allez je vous fais un autre aveu… Je déteste coudre les boutons et là il y en a 14! Alors j’ai ressortir le manuel de ma machine que j’ai depuis 2003 et pour la première fois alors que j’ai toujours snobé cette option (bah oui un bouton se coud à la main quand même!) j’ai cousu tous mes boutons à la machine! UNE RÉVÉLATION comment ai-je pu m’en passer avant?

Sur les bons conseils de ma mercerie, j’ai fait de fausses boutonnières et ai ajouté des pressions (sauf sur les 2 boutons du haut que je laisse ouvert). Bah oui, 14 mini-boutons de bon matin, en mode pas réveillé, ça donne pas trop envie et c’est vrai que les pressions, c’est bien plus pratique.

Vous l’aurez compris j’adore ma Jolene. Et maintenant que le patron est validé (taille 40 avec zéro retouches) la version robe manches courtes devrait voir le jour cet été.

Bonne année 2018

Avant tout, je vous souhaite une très belle année 2018 avec plein de chouettes tissus et plein de beaux projets coutures et surtout pas trop de bonnes résolutions intenables ! (Euh ça c’est surtout pour moi ;-))

Avant de commencer 2018, l’heure est au bilan de 2017. J’aime bien faire ce petit recap tous les ans qui me permet de me rendre compte que je couds plus que je ne le pense et surtout prendre conscience que plus les années passent et plus je couds des choses qui me correspondent et qui sont régulièrement portée.

Alors comme d’habitude, les robes ont été à l’honneur:

Il y a ensuite eu des vestes:

Quelques hauts:

Une combi-short:

Un peu de couture enfants:

Et grande nouveauté cette année, du tricot:

Le constat de ce bilan est que cette année j’ai très peu cousu pour mes enfants qui sont pourtant plutôt demandeurs, que definitivement je porte et couds peu de pantalon (mais j’ai reçu Patrick en cadeau…) et que ne portant peu de pantalon et de jupe, les hauts ne sont pas souvent à l’honneur non plus.
Bref je porte des robes et des robes et encore de robes donc mes cousettes sont plutot cohérentes! Le bilan est donc plutot positif.

Cette année il n’y a pas eu de lingerie mais j’ai trouvé que les soutifs et culottes cousus les années précédentes n’ont pas si bien tenus dans le temps et cela m’a donc un peu découragée.

A très bientôt avec des nouveautés.

Bon anniversaire Maman

Comme tout les ans au mois d’août, ma maman souffle une nouvelle bougie et depuis quelques années j’ai pris l’habitude de lui offrir une petite cousette (visibles ici et ici !)

Cette année avec notre déménagement fin juin et les travaux dans mon atelier en juillet, le temps était un peu compté mais je voulais quand même perpétuer ce début de tradition. Comme elle semblait avoir beaucoup aimé le tissu de ma robe de coquette blanche à fleurs, je voulais réussir à lui coudre un petit quelque chose dans les chutes.

Apres une recherche intensive sur le site de Burda pour trouver un top cassable dans mes chutes, c’est finalement le trop top d’Ivanne S qui a remporté les suffrages.

J’aime beaucoup toutes les possibilités qu’offrent ce patron. J’ai choisi la version B avec les boutons dans le dos. Et bien que j’ai cousu toutes les boutonnières, je ne les aie pas ouvertes puisque le haut s’enfile sans problème comme ça.

Pour cause de quantité de tissu limitée, je n’ai fait aucun raccord et j’ai raccourci le bas de 10 cm. C’est un peu court sur le devant sans être indécent pour autant grâce à la forme liquette sur l’arrière que personnellement j’aime beaucoup

Si je pinaille un peu, j’ai eu du mal à faire mes ourlets et cela se voit sur l’encolure et les emmanchures. Mais, j’avoue ne pas avoir essayé de les refaire car j’ai eu peur d’abîmer mon tissu et surtout je n’étais pas certaine de réussir à faire mieux sur ce tissu un peu trop synthétique à mon goût.

Concernant le patron, il est plutot simple et rapide et j’imagine déjà plein d’autres versions pour l’été prochain. Allez place aux photos dans notre parc fétiche de Charente Maritime avant que le photographe et la mannequin ne reprennent leur quartier parisien:

C’est pas tout ça mais avec le froid qui s’installe il va bientôt falloir passer aux cousettes d’hiver!