Veste Ramon

Aller jamais 2 sans 3, comme je vous l’avais annoncé dans mon billet précédent, je vous présente un 3ème modele issu du numéro de Janvier-Fevrier de LMV. C’est bien la première fois que je rentabilise autant un magazine!

image

Bon vous êtes prêts pour un roman.
C’est l’histoire d’un petit garçon qui voulait que sa maman lui couse quelque chose car sa sœur venait d’avoir une jupe. On choisit le patron, je coupe mon tissu accompagné par des « c’est bientôt fini » toutes les 5 minutes. Avec 3 minis pouces et un boulot à plein temps je couds surtout le week-end. Arrive le dimanche soir, veille de la dernière semaine d’école avant les vacances de février et la veste n’est pas finie…  Je promets que « oui je trouverai le temps dans la semaine pour la finir et qu’il pourra la mettre à l’école avant les vacances » (même si au fond de moi je ne vois pas bien quand!) et plaide que de toute façon je n’ai pas les boutons pour la finir! Et toc!

Comme pour tous les enfants, la période entre noël et les vacances d’hiver est des plus compliquées car les chérubins sont crevés, qu’on enchaîne rhumes sur gastro, qu’il fait nuit le matin et le soir… Bref que tout prend 4 plombes car ils sont épuisés. En maman très faible, j’avoue marchander sévère un peu avec eux. J’ai la chance de bosser pour un grossiste, tu sais celui dans lequel tu peux acheter les maxi boites de Haribo, les mêmes que celles que tu trouves chez le boulanger. J’ai donc une réserve très efficace de dragibus dans mon coffre de voiture quand il faut vraiment sortir les grands moyens pour qu’ils acceptent (rayer les mentions inutiles):
– de quitter la garderie,
– de marcher jusqu’à la voiture
– puis de marcher jusqu’à la maison quand on n’a pas trouvé une place proche de chez nous.

Mes enfants ont bien compris que le travail de Maman recèle de choses merveilleuses. Fatiguée par la n-ième demande de mon fils, je me retrouve à lui promettre une surprise « de mon travail » pour le lendemain mercredi s’il accepte d’aller enfin se coucher. (À ce moment de l’histoire, il aurait même pu me demander un kangourou ou un vrai sabre laser de Jedi que j’aurai dit oui!).

Sauf que le lendemain, prise dans un tourbillons de réunions, j’ai oublié. Je vous raconte pas le moment de solitude, quand je récupère mon fiston qui avant de me dire bonjour me demande: « Maman t’as ma surprise? »…. Là, impro totale et ma réponse fuse: « j’ai mieux que ça, monte vite dans la voiture! » Pendant que je me contorsionne pour arnacher mes 3 chérubins dans leur siège auto, mon cerveau réfléchit à 100 à l’heure pour trouver la parade!
Et d’un coup, comme dans les BD, une ampoule s’allume; Il m’a semblé apercevoir un petit mail de M. Mon mari dans l’après midi pour me dire que ma commande de boutons était arrivée. Je poursuis donc crânement: « je te la donnerai à la maison ».

Lecteur, tu imagines bien la suite… Le fiston chéri est aussi dur à la négo que moi en impro! Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à 22h passées sur ma terrasse par -2°C à poser des pressions au marteau parce que j’ai pas la super pince qui va bien. Le « Maman t’es la meilleure » au réveil du bonhomme découvrant sa veste finie m’a fait tout oublier!!
Ouf on est jeudi matin, promesse tenue!

image
image
imageJe vous passe les détails du drame d’une des pressions qui n’a pas tenue et le désespoir de mon fils en rentrant de l’école. Même pas peur, le marteau n’avait pas eu le temps de retourner au fin fond du cabanon de jardin. Pouf, pouf, 2 coups de marteau, un regard ébahi du fiston devant le « si grand talent » de sa mère à tout réparer!

Bon et la couture dans tout ça?
La première difficulté est les poches passepoilées. Ce n’est que la deuxième fois que j’en couds et je ne maitrise pas encore complètement la technique. J’ai d’ailleurs un peu brûlé mon tissu en voulant bien applatir au fer.
La seconde difficulté c’est le bord cote du col et du bas. Pour le coup, je n’en avais jamais cousu et c’est ce qui m’intéressait comme étape technique dans ce modele. Au final c’est plutôt simple. Comme souvent avec LMV, toutes les étapes sont bien détaillées, il n’y a qu’à suivre.

Enfin, pour la taille, j’ai fait un 6 ans alors que le jeune homme s’habille plutôt en 8 ans dans le commerce.
Voilà, vous êtes toujours là? Je vous avais prévenu dès tout en haut que ce serait un roman 🙂
NB: l’année prochain, mon fils rentre au CP, ce billet s’auto-detruira dès qu’il saura lire!

Robe Kyoto

C’est l’histoire du perfecto de Charlotte Auzou, que j’ai décalqué cet été, pour lequel j’ai acheté du joli sweat Bordeaux et qui c’est transformé en…. Robe Cocooning. Alors j’ai racheté un autre type de sweat toujours Bordeaux un peu moins épais pour le réaliser mais il s’est egalement transformé en robe. Il aura certainement un jour son heure de gloire mais pour le moment il est passé « non prioritaire! »

C’est donc encore une robe que je vous présente et encore un modele du numéro de Janvier-Fevrier de « la maison Victor »: la robe Kyoto. Au premier coup d’œil, elle ne m’avait pas nécessairement tapé dans l’œil tout éblouie que j’étais par la jupe Rachel. Et puis cette petite decoupe dans le dos,  le confort d’une deuxième robe en sweat…. Je me suis laissée tenter.

Pour la réalisation, j’ai coupé comme d’habitude avec LMV en 38, mais je dois avouer que mon tissu n’étant pas très exrensible il n’y a pas de rab. Par contre c’est sur la stature et le dos que j’ai eu plus de difficultés. Je mesure 1m64 et j’ai du enlever 7 cm à la taille pour que mes hanches soient bien dans l’arrondi de la jupe. Du coup le devant qui était d’un seul tenant a maintenant une couture à la taille; pas grave avec une ceinture, cela ne se voit pas 🙂image
imagePour le dos, l’ajustement a été très compliqué. Pour essayer de cacher la misère pendant la 1ère séance photo je triche de façon plus ou moins discrète en tirant avec mes petites mains sur l’avant de la robe pour que le dos se positionne à peu près correctement sur les photos. Sur la photo ça peut passer mais pas super pratique dans la vraie vie!
image Je pense que le problème est que je suis trop cambrée pour que la robe se positionne bien sur moi. J’ai vu d’autres versions sur la toile où tout semble normal!
J’ai fait plusieurs essai pour trouver la bonne solution: j’ai essayé de coudre les pans ensemble mais ce n’était pas concluant. J’ai finalement croisé un peu plus mes 2 pans et j’ai remonté la taille dos de 3 cm. La robe est maintenant portable de face et de dos en même temps ce qui est qu’en même plus pratique! J’ai abandonné l’idée de la ceinture.

image

image

Pour 2016, je l’avais annoncé dans ma liste d’envie: coudre un peu plus pour mes enfants. Voici une petite mise en bouche de mon prochain billet avec une dernière cousette de ce numéro de LMV pour mon fiston chéri:
image

Jupe Rachel

J’avais dans mes stocks un très beau coupon de broderie anglaise rose fushia acheté en même temps que celui de ma robe Distinguée qui attendait son heure. Si vous regardez ma rétrospective de 2015 vous pouvez constater que je porte beaucoup d’unis mais rarement des couleurs vives. Et pourtant ce tissu j’avais littéralement flashé dessus et je l’avais acheté sans projet précis. Depuis plus d’un an, je cherchais sans succés en quoi le transformer.

Quand j’ai découvert les modeles de « la maison Victor » de Janvier-fevrier 2016 sur leur page Facebook fin décembre, j’ai enfin su ce qu’allait devenir mon coupon: une jupe Rachel. J’ai pesté que le magazine ne sorte que le 4 janvier alors que pour une fois j’avais le temps de coudre le soir en semaine puisque ma tribu était en vacances sans moi! Alors évidemment dès sa sortie, j’ai couru au kiosque et dès le week-end suivant ma jupe était cousue.

Pas de difficulté particulière, j’ai coupé en 38 pour un bon bon 40 du commerce. Je n’ai pas fait les poches car j’ai eu peur que cela soit très moche en transparence de la broderie anglaise par contre j’ai bien évidemment doublé la jupe entièrement en voile de coton noir. Je l’ai beaucoup portée cet hiver avec des collants noirs et un haut noir:

image

imageimage

imageMais j’avoue que je suis ravie que le printemps arrive pour la porter sans collant avec un petit haut estival. Enfin dès que les températures le permettent hein!

Etant l’heureuse maman d’une princesse de 4 ans, pendant toute la cousette, la demoiselle m’a questionné: « c’est pour moi maman? » Et puis à chaque fois que je la porte, j’ai le droit à un: « elle est trop belle ta jupe maman, tu me la donnes? ». Alors j’ai tourné et retourné mes chutes dans tous les sens et j’ai cherché ce que je pourrais bien lui coudre. Avec 2 rectangles de 13 x 30 cm pour la bande du haut et une bande de 15 x 110 cm pour la bande du bas, je lui ai fait une jupe. Et voilà le premier duo mère/fille de l’année. Et comme on s’est bien amusé vous avez le droit à toute la série 🙂

Avec toute mon objectivité de maman, elle n’est pas trop mignonne ma graine de star?

Robe RISKA de MAJE

Je continue dans le plagiat avec cette nouvelle robe. Comme pour ma robe précédente l’inspiration vient de la collection Maje de cet hiver. Cette fois-ci le modele copié est la robe RISKA:

La composition de la robe de Maje est 50% laine vierge, 50% viscose. Je n’ai pas trouvé le même tissu, j’ai donc opté pour un jersey 75% viscose, 20% polyester et 5% elasthanne de chez Aniline. Le tissu est tout doux et très agréable à porter et petit plus par rapport à la laine vierge: il passe très très bien en machine!

Pour le patron, pour le haut j’ai utilisé le « plantain de Deer and Doe ». J’ai rajouté 1 cm au milieu devant pour pouvoir coudre ma fermeture éclair invisible. Petite astuce au passage, j’ai collé une bande de viesline dans le milieu devant avant de le séparer en 2 pour que le tissu ne se détente pas et que la pose de la fermeture soit la plus régulière possible. J’ai egalement remonté l’encolure devant de 4 cm et je l’ai coupée légèrement en V. J’ai coupé le haut au niveau du nombril. Après essayage, j’ai resserré la taille de 4cm de chaque côté pour cintrer la robe.

Pour la jupe, j’ai réutilisé la jupe de Moneta.

Pour la customisation, j’ai d’abord cousu un ruban velour noir elastique trouvé Ici tout autour de l’encolure, la fermeture éclair et la taille. Étape un peu galère car ma machine achetée en 2003, aurait fort besoin d’une révision ce qui la rend un peu capricieuse. J’ai ensuite rajouté un à un des petits clous argentés de 6mm (depuis j’ai vu la robe en vrai et il s’avère que c’est des strass!) trouvé la. Étape beaucoup plus simple qu’elle n’en à l’air car il faut juste trouvé le coup de main pour replier les 4 pattes des petits clous à la pince. Je m’en étais fait un peu une montagne mais finalement par rapport à la pose du ruban élastique ça a été plutôt une partie de plaisir! Et voila ma copie!!

imageimageimage
image

Et voila avec cette robe je vous presente enfin ma dernière cousette de 2015. Il était temps, il parait que le printemps arrive bientot!

Copie de la robe Giratoire de Maje

Je suis une très grande fan du style de la marque Maje et je passe beaucoup de temps sur leur site internet à rêver de ces vêtements inabordables et souvent incompatibles à ma morphologie puisqu’ils ne proposent rien au dessus du 40. J’ai beaucoup de photos de modeles que je rêverais de me coudre un jour dont celui -ci:

Encouragé par le patronnage de mon bustier j’ai commandé le DVD de « mode pour lol » et je me suis lancée dans la réalisation de mon patron de base. J’ai trouvé le DVD très ludique. Je me suis servie d’un exemple de haut cache coeur pour réaliser le haut de la robe. J’ai du faire 4 toiles avant de réussir à avoir un décolleté qui ne baille pas trop. Pour la jupe j’ai trouvé des explications très claires sur ce blog:  https://lelabodeflo.wordpress.com. J’y ai trouvé egalement ce croquis qui montre tres explicitement les variations autour de la jupe cercle.

image

J’ai choisi la jupe 1/2 cercle car la jupe cercle complet a tendance à faire ressortir mon bidou.

Pour la dentelle, j’ai pour la première fois commandé sur aliexpress. Le colis a bien mis 5 semaines avant d’arriver mais était tout à fait conforme à la description. Donc après 4 toiles du haut, 2 toiles de jupe, voici ma robe dans version finale:

imageimageimageimageimageimage

Par rapport au modele initial, j’ai fait une jupe plus longue et je n’ai pas rajouté de dentelle dans le bas de la robe. Et pour celles (ou ceux) qui ont l’œil ma jupe est légèrement plus longue derrière que devant. Ce n’est pas volontaire mais mon crepe s’est légèrement deformé à la coupe malgré un amidonnage du tissu au préalable. Je n’ai pas cherché à rattraper le décalage car je trouve ça sympa comme ça.

All by myself…

Partant du constat qu’il existe très peu de patron de soutien gorge sur la toile, et finalement très peu en français, je me suis mise dans l’idée d’en dessiner un moi même. Je l’ai déjà ecrit plusieurs fois, je suis plus à l’aise avec des armatures qui ne montent pas trop haut du style push-up et pourtant je rêvais d’avoir un soutien gorge type bustier.

Le démarrage du projet ne date pas d’hier puisque j’ai dessiné mon premier patron dans le TGV en partant rejoindre ma tribu en Bretagne cet été. La scène était d’ailleurs assez cocasse, j’étais dans un carré avec 2 mecs en face, la vidéo de YouTube ci-dessous sur mon téléphone, mon papier millimétré, mon compas et ma gomme sur la tablette entrain de dessiner ni vu ni connu un soutif!

image
https://m.youtube.com/watch?v=V1DUyVzHiyo

Pour réaliser mon patron, j’ai suivi étape par étape toutes les instructions de la vidéo que j’ai trouvé très clair, puis j’ai réalisé une première toile dans un tissu non-extensible pour valider la taille. Ensuite j’ai apporté les modifications de la hauteur de la bande centrale et du dos pour faire le patron du bustier. J’ai fait une seconde toile toujours dans un tissu non extensible pour vérifier le rendu. Enfin, j’ai mesuré l’élasticité de mon tissu en suivant les explications de Petit citron, pour pouvoir adapter mon patron:

image

Mon tissu avait 30% d’élasticité, j’ai donc réduit de 30%, les mesures de la bande de dos. Tout le devant est doublé dans un tissu non extensible pour que le soutien gorge garde bien son maintien et ne se déforme pas, je n’ai donc pas modifié les mesures des bonnets et de la bande centrale.

Pour la réalisation quelque soit le modele les étapes sont toujours les mêmes (cf Tuto). Pour ce modele j’ai acheté des agraphes de bustier car la bande mesure 10 cm dans le dos et l’agrafe classique n’était pas assez large.

Et voila le résultat en image:

imageimage

Et bien-sûr pour accompagner le haut, j’ai realisé 2 culottes:

imageimage
image

Le bilan à l’usage est plutôt positif puisque mon soutien gorge est très confortable. Néanmoins, le modele est perfectible car mes bonnets sont un peu trop larges ce qui a tendance à m’aplatir la poitrine, et ce n’est pas vraiment nécessaire avec des bonnets A!!

Enfin une petite explication sur le titre du post, pendant toute la réalisation j’ai eu la chanson de Ceeeelinne dans la tête. Le thème de la chanson n’a pourtant rien à voir mon sentiment de « i did it all by myself » mais j’ai eu du mal à me sortir la chanson de la tête!!

A toutes celles qui aimeraient se lancer, la vidéo « mode pour lol » est un moyen très économique. Pour se tester il suffit de récupérer sur un vieux modele les armatures, l’agraphe et les bretelles…. Aller y a plus qu’à!!

Cocooning

2016 nous y sommes… Comme chaque année je n’ai pas pris de grande résolutions qui vont changer ma vie. Depuis 10 ma philosophie est de profiter au maximum de l’instant présent pour avoir un minimum de regrets. Bien sûr j’aimerais travailler moins pour profiter plus de mes enfants et avoir plus de temps pour moi… Mais je suis lucide sur le sujet et je vais certainement continuer à jongler avec des nuits trop courtes pour tout caser.

Néanmoins petite nouveauté cette année, j’ai fait une liste des défis coutures que j’aimerais bien relever en 2016:
– un maillot de bain
– une combinaison pour ma fille avec des smocks
– une robe en tricot (au moins la commencer en 2016)
– un sac à main en cuir
Et puis bien sûr des robes et des robes et encore des robes!

Voila pour le préambule nouvelle année!! Afin de démarrer l’année en douceur, je vous présente ma robe cocooning.

Le cahier des charges est le suivant:
– un tissu Sweat à l’intérieur tout doux pour le confort
– un tissu bien épais pour la chaleur
– un modele simple et féminin pour le style.

Le modele est donc un mix de la robe 3C pour le haut et de la jupe 6B pour le bas du Burda facile de automne-hiver 2015-2016. Au niveau des tailles, plutôt que de couper comme d’habitude en 40, j’ai coupé la jupe en 42 car j’avais l’impression d’avoir un peu forci. Inévitablement c’était beaucoup trop grand, j’ai du tout reprendre et rajouter des pinces dans le dos pour éviter l’effet sac! Dans les retouches j’ai également remonté la ligne de taille de 2 cm.

Le tissu n’a pas été facile à dompter et je n’ai jamais réussi à ouvrir mes coutures au fer à repasser. J’ai refait 2 fois l’ourlet du bas à l’aiguille double et même en utilisant mon pied double entraînement la seconde fois, je n’ai pas réussi à éviter l’effet vague car ma machine a eu du mal avec l’épaisseur du tissu.

Et voilà donc, la fameuse robe:
image
imageimage

Petite énigme: la ceinture est elle aussi « home-made » c’est un pur produit recyclage mais qu’est ce qui a été recyclé?

Rétrospective de 2015

C’est avec beaucoup de fierté que j’écris ce billet. J’ai toujours l’impression de peu coudre et que mes projets n’avancent pas mais quand je constate tout ce que j’ai cousu cette année et bien je trouve que le bilan n’est pas si mal.

J’ai créé mon blog lorsque j’ai vraiment recommencé à coudre pour moi et je m’étais mis pour objectif de coudre des vêtements « portables » car plus jeune j’avais la fâcheuse tendance de créer que des choses tres excentriques dans des coloris très eloignés de ce que je porte habituellement. Le constat est donc très positif car je porte régulièrement toutes les cousettes réalisées cette année.

Cette année il y a donc eu des robes bien-sûr :

Il y a également eu des vestes:

Quelques hauts:

Un peu de lingerie:

Quelques cadeaux:

Et enfin quelques cousettes pour mes enfants:

Je tiens à remercier tout celles et ceux qui ont la gentillesse de me laisser des commentaires régulièrement. Je les lis avec attention et ils me font toujours extrêmement plaisir.
Je vous souhaite à tous une très belle année 2016.

Très prochainement sur le blog des robes (évidemment) et de la lingerie… Affaire à suivre 🙂

Sac « Vanessa Bruno »

Depuis toujours, j’aime beaucoup les sacs à main. J’ai une collection disons honorable car mon mari connaissant mon penchant m’en offre à l’occasion. Par contre, j’avoue que j’ai du mal à mettre une belle somme d’argent dans quelque chose que je peux faire moi-même. C’est un peu le cas avec les sacs Vanessa Bruno, je les trouve très beaux mais franchement chers pour des cabas en tissu.

En surfant sur la toile, en quête d’idée de cadeaux faits maison je suis tombée sur ce tuto: Tuto sac Vanessa Bruno. Il est très bien fait. Il y a juste une erreur dans le besoin en ruban paillettes de 2cm de large. Il en faut 2m40 et non 2m20.

La seule difficulté est de coudre à la main les 8 mètres de paillettes. Je n’ai pas trouvé la technique à la machine alors si quelqu’un sait comment faire, je suis preneuse…. l’idée de doubler le sac avec du tissu enduit donne vraiment de la tenue au sac puisque sur les photos il est vide et il tient tout seul.

Une fois n’est pas coutume, merci Papa pour les photos et pour ta belle rose de décembre…

imageimageimageimage

Graine de star

Comme tous les ans à cette époque de l’année, je croule sous le boulot et le blog en pâtit un peu. J’ai un certain retard dans mes publications pourtant les photos sont faites depuis fort longtemps mais pas simple après des journées déjà bien longues de trouver l’énergie d’écrire.

Ce petit préambule pour vous présenter la robe que j’ai cousue à Marion pour sa première rentrée des classes. Il s’agit du modele 25 du magazine Ottobre printemps 1/2014. Comme souvent avec Ottobre par rapport aux silhouettes de mes enfants cela taille un peu large mais Marion est fan de sa robe. Je l’ai cousue peu de temps après mes 2 Moneta visible ici et Ici et j’ai utilisé la même technique pour assembler la jupe et le haut.

Comme toujours, c’est mon papa qui est à la manœuvre pour les photos. Elles ont été faites pendant les vacances de la Toussaint (quand je vous dis que j’ai du retard 🙂 ) et le moins qu’on puisse dire c’est que la Belle s’est bien prise au jeu ou que le photographe a su capter avec brio son espièglerie!

imageimageimage
image