Chloé la misérable

Autant parfois je suis en manque d’inspiration pour trouver des titres de billets, autant pour ce projet j’ai eu des idées à la pelle: « J’ai vaincu Chloé », « Chloé 3, lilysews 0 », « Ne m’appelez plus jamais Chloé… »

Alors déjà qui est Chloé? Pour les coutures addicts vous pouvez passer ce paragraphe, pour les autres Chloé est un patron du magazine la Maison Victor de cet automne. Patron réputé très facile dont l’on voit énormément de version sur la blogo.

Pour moi Chloé a été un enchaînement de galères car il y a des projets où quand ça veut pas et ben… Ça veut pas!

Patron simple c’est vrai il y a 7 pièces à couper: 1/2 dos, devant, poches, manches devant et dos et parementure devant et dos. Outre le fait que le patron est coupé en 2 pour le dos et le devant pas de difficulté majeure jusque là.

Je décalque donc toutes mes pièces et sur le dos de mon patron et j’oublie de rajouter les ourlets mais pas de problème puisqu’il est également possible de les rajouter au moment de la coupe du tissu. J’épingle mes pièces sur mon tissu, passe un temps certain pour ajuster mes raccords, suis interrompue par un « Maman, j’ai soif », reviens et …. Entaille le dos à même le patron sans rajouter la marge de couture, hurle un grand « M…, M…, M… » Et décide que même pas peur je vais rattraper le tout avec de la viesline et une couture discrète. Chloé 1, Lilisews 0!

Mon tissu étant un tweed un peu mou pour donner de la tenue à ma veste j’entoile toutes les parementures. Au moment de l’assemblage veste/parementure impossible de faire coïncider les 2 car côté veste le tissu s’est relâché alors que côté parementure avec la viesline le tissu n’a pas bougé. Je découds l’ensemble, décolle la viesline et rassemble le tout. Chloé 2, Lilysews 0!

Arrive ensuite l’étape doublure… Les explications semblaient claires mais je me suis croisée les skis dans les rajouts/retraits de cm avec/ou sans marge de couture. J’ai redessiné les pièces du dos et du devant pour la doublure mais pas les manches. Quand j’ai coupé ma doublure, il s’était bien écoulé 2 semaines depuis le décalquage du patron et je n’avais plus bien en tête quelles pièces étaient correctes et quelle pièce devait être retaillée de la parementure. Si bien que j’ai de nouveau retranché la parementure de col sur mes pièces de dos et devant alors que cette étape avait déjà était inclus dans le patron de la doublure. Bref j’ai coupé une doublure trop courte au niveau de l’encolure impossible à faire coïncider avec la parementure et il a fallu que je fasse un patchwork sur tous le haut de ma doublure pour que tout rentre dans l’ordre! Chloé 3, Lilysews 0.

Après de nombreux jurons contre ce modèle méga simple qui devait être une couturette super rapide, après des heures de prises de tête pour rattraper mes fautes d’inattentions, je suis très fière de vous présenter ma version de Chloé.

(null)

(null)

(null)

Une petite photo de ma GRRR…. de doublure

(null)

(null)

Hors saison….

Tissu satin touché Silk acheté sur un internet pour un autre projet mais j’en ai reçu quasiment le double de ce que j’avais commandé. J’avais repéré ce modèle sur lekala et j’ai profité de mon grand coupon pour m’y consacrer:

IMG_0991.JPG

Ayant pris un peu trop la confiance sur les tissus fluides avec à ma robe précédente, je me suis lancée sans amidonnage sur ce projet. La découpe n’a pas été une mince affaire car le tissu est très fluide.

Côté couture, pas de difficulté particulière pour cette petite robe sans fermeture, sans boutonnières. J’ai doublé le haut avec un voile de coton et remplacer les boutons du dos par un gros ruban.

IMG_0969.JPG

J’ai raccourci la jupe de 10 bons centimètres et j’ai eu un grand moment de solitude pour couper les 3 jupes bien droites!

IMG_0971.JPG

Je pensais pouvoir mettre cette robe également en hiver avec des collants opaques et un Tshirt noir mais ce n’est pas très concluant. Elle attendra donc que les températures soient plus clémentes. Pour le motif, en grande adepte des tissus unis, j’ai du mal à assumer son motif que je trouvais pourtant très bien quand je l’ai commandé et reçu. On verra d’ici cet été si j’arrive à m’y faire 🙂
Et vous vous en pensez quoi?

IMG_0978.JPG

IMG_0992.JPG

IMG_0972.JPG

IMG_0973.JPG

Et pour le fun une petite pose à la Maryline:

IMG_0974.JPG
Photos DRimbo

Ravissante by Sandro

Cette petite robe j’en ai rêvé. Je l’ai découverte pendant les soldes cet été alors qu’elle était épuisée partout et introuvable même sur la toile.

IMG_0670.JPG

De projet en projet, j’ai pris suffisamment de confiance en couture pour me lancer dans cette réalisation avec un tissu maxi fluide.
La première étape a été de trouvé un patron assez proche du modèle de Sandro. Une fois n’est pas coutume… C’est sur le site lekala que j’ai trouvé mon bonheur avec le patron 4263:

IMG_0979-0.PNG

J’ai apporté les modifications suivantes au patron:
– Déplacement des pinces de devant en pinces de côté
– Découpe des épaules parallèlement au ligne des plis de l’encolure
– Suppression de la couture de milieu dos.

L’étape d’après a été d’apprivoiser mon tissu: un crêpe de Chine très léger. J’ai testé pour la première fois la technique de l’amidonage. J’ai pris la recette proposée par Byseverine. Malgré un suivi scrupuleux de toutes les étapes je n’ai pas obtenu un tissu rigide comme du carton mais un tissu un peu moins fluide.

La difficulté principale était de réussir à coudre des nervures pour les épaules bien parallèles; j’ai donc fait une grande bande de nervure dans laquelle j’ai ensuite découpé mes pièces d’épaule:

IMG_0967.JPG

J’ai tellement galéré avec mes emmanchures et mon encolure que j’ai choisit de ne pas augmenter la difficulté en créant des mancherons comme sur le modèle Sandro.
Après l’étape « épaule » le reste de la robe n’est pas très compliqué. Comme de bien entendu, comme pour ma première robe Lekala (voir ici) la taille était trop ajustée, pour celle-ci j’ai été trop large dans mes mesures.
C’est bien sûr une fois que mes fermetures de taille et de côté (bref une fois que la robe était quasi finie) que je m’en suis rendu compte.
J’ai bien entendu le diablotin de la couture me murmurer: « t’avais qu’à faire une toile! » Et j’en ai déduit un nouveau proverbe: « si tu fais pas de toile, t’as un découvite! »

C’est donc armée de patience que j’ai démonté la fermeture de taille dans le dos et repris les pinces pour ajuster la robe:

IMG_0968.JPG

Après toutes ces étapes, voici ma version de la Ravissante:

IMG_0965.JPG

IMG_0964.JPG

IMG_0960.JPG

IMG_0966.JPG

IMG_0961.JPG
Photos DRimbo

NB: depuis la séance photo j’ai réduit la longueur de la doublure qui avait tendance à depasser.

J’ADORE!

Attention très peu d’humilité sur ce billet… Cet ensemble je l’ADORE!
C’est mon troisième ensemble de lingerie, donc côté couture je commence à maîtriser le sujet.

Pour le soutien gorge: j’ai voulu « améliorer » mon patron de base et j’ai du rater une étape dans mes prises de mesures car mes bonnets n’étaient plus assez couvrant au premier essayage…. Pour rattraper ce petit impair, j’ai rajouté un petit volant de dentelle sur le haut des bonnets et je dois dire que j’aime beaucoup la finition.

Pour la culotte: je suis partie du patron Sewy que j’avais utilisé ici, j’ai enlevé une bande de 8cm sur le haut que j’ai remplacé par un bande de dentelle.

Dans ce billet je tiens à remercier Margreet de MERCKWAERDIGH à qui j’ai acheté mon kit de dentelle. Avant mon premier achat, je lui ai posé plein de questions sur la taille des armatures à commander, la possibilité de rajouter des élastiques dans ces kits de base, des questions également sur ces patrons. Elle répond très vite et est de très bon conseil.

La suite en image et en… musique!

IMG_0791.JPG

IMG_0792.JPG

IMG_0793.JPG

IMG_0794.JPG

IMG_0795.JPG

Photos DRimbo

Mission PPN: Petit Pantalon Noir

Déjà un mois depuis mon dernier article! Que le temps passe vite. Il est vrai qu’à raison de 1/4 d’heure de couture par ci par là les travaux n’avancent pas très vite…

Je ne sais pas vous, mais pour moi l’achat d’un pantalon c’est toujours galère. Si j’arrive à caser mes hanches ça baille à la taille. Si tout tombe parfait, la taille est trop basse… Bref les pantalons et moi on n’est pas trop copains. Malgré tout au bout d’un certain temps il faut bien renouveler le jean troué ou le pantalon noir tout délavé et miracle, j’ai réussi à trouver le modèle parfait!

Ayant déjà cousu des pantalons pour mon fils, petit à petit a germé l’idée de me dessiner un patron sur cette base. J’étais dans mes réflexions patronnage, quand le numéro automne-hiver d’ottobre pour femme est sorti. Et là, au milieu de modèles tous plus improbables les uns que les autres: le patron d’un slim!

La question « toile ou pas toile » pour les raisons invoquées plus haut s’est posée, mais la toile pour des modèles stretch impose d’avoir la même élasticité de tissu… J’ai choisi de couper directement dans mon sergé stretch.

J’ai coupé le modèle en taille 40, pour un 38-40 du commerce. Niveau jambe tout tombe plutôt pas mal, même si je ne m’explique pas pourquoi le pantalon a tendance à plisser. Pour la taille j’ai raccourci de 2cm de chaque côté avant le montage de la ceinture. Évidemment après montage la ceinture avait tendance à bailler. Je l’ai donc démontée pour au final retirer 3,5 cm supplémentaire de chaque côté.

Je suis plutôt contente du patron qui est très confortable. Pour le prochain je vais prendre le temps de redessiner tout le haut car mes poches ont tendance à plisser et la doublure (magnifique tissu blanc à étoiles argentées) à tendance à sortir.

Ce que j’ai appris à mes dépends:
– Ne pas coudre du sergé élastique avec une aiguille double spéciale stretch. J’en ai cassé 2 sur ce modèle (arghhhh!). Cela m’a permis de comprendre pourquoi je n’arrivais pas à faire des « beaux angles » de poches plaquées sur les fesses à l’aiguille double puisqu’il faut comme me l’a confirmé ma mercerie, les faire à l’aiguille simple en 2 coutures…
– Coudre (ou découdre) du tissu noir en nocturne (c’est à dire quand mes chérubins daignent dormir) en étant myope c’est pas l’idéal…

Un grand merci à DRimbo mon photographe pour cette belle séance photo qui a débuté sous la pluie.

IMG_0776.JPG

IMG_0778.JPG

IMG_0788.JPG

IMG_0780.JPG

IMG_0781.JPG

IMG_0783.JPG

Trench cape

Énorme coup de cœur pour ce modèle dès sa présentation en avant première dans le magazine Burda de septembre.
Dès la parution du Burda fashion d’octobre 2014, j’étais chez ma buraliste à l’affût du dessin technique et des quantités de tissu nécessaire.
Le patron est prévu pour une taille ado. J’ai donc commencé par agrandir d’une taille le patron en attendant de recevoir ma commande de tissu par internet.
J’avoue qu’à la réception de mon tissu j’ai été un peu déçue car je m’attendais à une matière différente et une couleur plus foncée. N’étant pas complètement sûre de mes agrandissements, j’ai décidé d’utiliser le dit tissu pour faire une toile.

Au niveau technique, ce modèle m’a permise de faire des fentes passepoilées pour la première fois. Je n’avais pas cousu de patron Burda depuis au moins 10 ans et les explications m’ont rappelé l’époque où vivant aux Pays-Bas, j’achetais le magazine en néerlandais sans en comprendre un mot! Finalement avec internet, j’ai trouvé les tutos nécessaires pour aller au bout du modèle.

Bilan de cette petite cousette: je suis fan des boutons que j’ai trouvés et qui apportent une belle finition à ma cape. Je me suis vraiment appliquée dans les finitions et la plupart des coutures ont été recouvertes d’un biais frou-frou pour une finition plus pro.

Côté confort: je dois avouer que ce n’est pas le modèle le mieux adapté à une maman avec 3 enfants en bas âges… Mais pour le boulot c’est top!

IMG_0716.JPG

IMG_0714.JPG

IMG_0717.JPG

IMG_0713.JPG

IMG_0715.JPG

IMG_0718.JPG
Photos DRimbo. Tissu déperlant mapetitemercerie.com.

Mes petits dessous, deuxième!

Deuxième essai lingerie… Le bilan de mon premier soutien gorge est au final assez mitigé car la forme ne correspond pas à mes formes justement. Les armatures centrales remontent trop haut et sont très inconfortables pour moi. Heureusement, je lui ai trouvé une future propriétaire dès que j’aurai pris le temps de raccourcir le tour de dos.

Après ce semi échec, j’ai fait une analyse poussée de mon tiroir et regardée les différents modèles du commerce en ma possession. Le verdict est simple je n’ai que des modèles nommés push-up sur les schémas ci-dessous:

IMG_0686-0.JPG

Après une recherche infructueuse d’un patron sur le net, j’ai fini par patronner un de mes soutifs. Je suis plutôt contente du résultat niveau confort. Le patron peut être encore amélioré mais pour ma morphologie c’est une bonne base. Côté couture, je ne maitrise toujours pas la pose des ganses à armatures mais je progresse…

Pour la culotte, j’ai utilisé le patron Julie de sewy.de. Tout est en allemand donc la principale difficulté a été de comprendre si les marges de coutures étaient incluses dans le patron (elles le sont sauf pour la pièce de dentelle devant). Pour le reste les schémas explicatifs sont plutôt bien fait.

Pour les photos, mon photographe attitré s’est creusé la tête pour trouver une mise en scène originale puisque je n’ai pas voulu poser: il m’a donc remplacé par…. une guitare:

IMG_0687.JPG

IMG_0690.JPG

IMG_0691.JPG
Tissu du kit makebra. Photo DRimbo

Ma petite robe de bal…

Lekala vous connaissez? C’est un nouveau site de patron russe. Il suffit de rentrer ses mensurations et moyennant 2€49 vous recevez un patron à vos mesures par mail à imprimer.

Sur le principe tout semble merveilleux, pas de retouche à prévoir puisque fait sur mesure. Dans les faits, pour une robe c’est 40 pages à imprimer, assembler et découper car toutes les pièces sont entières et non des moitiés comme sur les patrons classiques.

Comme c’est une première j’ai découvert après avoir assemblé 39 pages, qu’il y a sur la dernière page un carré de 10 cm de côté pour vérifier que l’impression est bien à taille réelle. Après 2h de découpage, je me suis dit que 10,5cm et 10cm c’est presque pareil et que bon… Je ne vais pas tout réimprimer, ré découper….. Donc j’ai commencé par la doublure pour vérifier l’ajustement du patron… Et évidemment ce n’est pas ajusté.

Après une nuit de réflexion, je décide de recommencer les étapes impression, découpage, collage pour avoir une robe réellement à mes mesures. La doublure tombe parfaitement. Je découpe toutes mes pièces dans mon coupon de broderie anglaise en soie et coton.
Mon tissus est très fin et les premiers essais d’assemblage à la surjeteuse sont un désastre. Je décide donc de tout assembler en coutures anglaises (une première…) et c’est la que ça se complique!
Sur les patrons Lekala les marges de couture sont de 1 cm et c’est une peu juste pour des coutures anglaises.

Au final, ma robe est super ajustée pour ne pas dire trop juste et donc pas très confortable…. Grrrr tout ça pour ça!

DSC06398_7-0.jpg

DSC06389_7-2.jpg

DSC06380_7.jpg
Tissus Aliceboulay.fr. Photos DRimbo.

Mes dessous chics….

En écrivant ce billet j’ai la chanson de Jane Birkin dans la tête, d’où le choix du titre…

Toute couturière a son projet mythique qu’elle rêve de réaliser un jour. Moi c’est les soutiens gorges. J’adore les jolis dessous, mais je les trouve excessivement chers et ayant une poitrine minuscule le choix n’est pas immense.

Je ne pensais pas que c’était possible de réaliser sa propre lingerie puis via la communauté thread & needles j’ai découvert les réalisations de the tiny tailoress. Son premier soutif m’a juste bluffé et j’ai décidé de me lancer dans l’aventure.

Ses billets avec toutes ses recherches internet m’ont été d’une aide très précieuse. J’ai donc commandé un kit (tissus, élastiques, mousse, agraphe….) et un patron sur le site makebra.com et également un pied de biche double entraînement qui permet que toutes les épaisseurs avancent à la même vitesse quand on assemble la mousse, le tissu et l’élastique.

Pour la réalisation, j’ai commencé par faire une toile puisque selon le site make bra je fais un bonnet AA et j’ai un tour de poitrine de 85 en taille UE (soit un 95 en taille française) et que cette taille n’est pas prévue dans les patrons! Je n’ai pas monté les armatures et les élastiques sur ma toile puisque je voulais juste valider la profondeur des bonnets et le tour de poitrine.

Satisfaite du résultat je me suis lancé dans « The » réalisation. La vidéo sur le site make bra est parfaite, tout est explicite. Néanmoins, je dois avouer que je n’ai jamais autant décousu que pour ce projet. L’assemblage va vite puisque les coutures sont petites mais le moindre défaut se voit. A la moindre inattention, les élastiques se décalent… Le plus compliqué pour moi a été d’assembler les bonnets à la bande, même en l’ayant fait sur ma toile et en ayant refait deux fois chaque bonnet, c’est vraiment l’étape que je ne maitrise pas.

Pour le reste il suffit de suivre les étapes de la vidéo. Je recommande vivement le pied double entraînement. J’ai également été vigilante sur la taille des aiguilles: aiguilles pour stretch en taille 70 pour la dentelle et le lycra et aiguilles en taille 90 pour des triples épaisseurs avec élastique (j’ai cassé deux aiguilles sur ce projet)

Allez assez de blabla, place aux photos:

IMG_0684.JPG

IMG_0685.JPG

DSC06357_7.jpg

DSC06366_7.jpg
Photos DRimbo

Ohé matelot

C’est en découvrant la marinière de cozy little world que j’ai su comment j’allais utiliser mon coupon de jersey rayé. Elle même s’était inspirée d’une robe petit bateau… C’est peut être le début d’une chaîne de copieuse!

Comme patron de base, j’ai utilisé le plantain de Deer and Doe en version manches 3/4. J’ai dessiné au compas un gros rond dans le dos et rajouter un biais dans le dos similaire à celui de l’encolure.

J’avais déjà fait une première version ici et le patron est toujours un régal à coudre. Coupé en taille 38 pour un 38 du commerce, il tombe parfaitement.

DSC06097.JPG

DSC06078.JPG

DSC06052.JPG

DSC06056.JPG
Coupon de jersey aliceboulay.com. Photos DRimbo