Searching for "Alice"

Alice et le twist!

Je vous ai laissé la semaine dernière avec suspens insoutenable… Alice allait-elle se montrer coopérative? La vérité est que j’ai profité d’un déplacement professionnel pour bloguer un peu mais que je n’avais pas eu le temps avant de partir de flouter le visage de ma puce. C’est maintenant chose faite et voici donc les coulisses de la séance photos

Et bien, le départ a été mitigé, en mode tes photos « cela ne m’interesse pas du tout »

Puis elle s’est laissée appâter

Pour finalement y prendre beaucoup de plaisir:

La jupe est le modèle mademoiselle twist de Vanessa Pouzet. C’est juste un grand rectangle avec un élastique mais j’avais la flemme de réfléchir aux dimensions alors j’ai acheté le patron. Cette jupe est bien conçue et elle offre pas mal de possibilités avec l’ajout de pince, d’un passepoil sur l’ourlet ou de plis religieuses. C’est pour ces petits détails que je l’ai acheté.

Mais le vrai plus de cette jupe est qu’elle est réversible:

Avec les chutes de ma chemise Jolène d’un côté et de ma robe Clarisse de l’autre, on obtient un superbe petite jupe que ma fille adore.

Petite photo montage du photographe pour montrer les 2 côtés de la jupe:

Et puisque tout travaille mérite salaire paraît-il, sur cette dernière photo Alice tient sa récompense dans la main, serez-vous trouver ce que c’est?

Ma petite puce est actuellement en vacances chez ses grands parents (qui ne sont autres que le photographe et ma maman) et la pauvre chérie a une énorme varicelle. Je t’envoie plein de gros bisous ma jolie poupette pour que tu guérisses très vite.

Bouton d’or

Je m’étais promis de faire un article en février sur ma petite addiction au patron « bouton d’or » de l’atelier Scammit pour monter à CIQLAF qu’elle n’est pas la seule à coudre et recoudre un même patron. Comme d’hab J’ai été incapable de respecter la date et c’est d’ailleurs pour cette raison que je ne participe à aucun défi… j’y pense j’y pense, et puis la date est déjà passée! Bon je suis loin de ses 32 cardateens mais je suis à 4 boutons d’or et c’est déjà le début d’une belle collection.

La première était en version robe sans manches présenté ici.

Les 3 et 4 sont une variation autour d’un même tissu:

Le tissu est une viscose trouvée chez Mondial Tissu par hasard. Gros coups de cœur, aussitôt acheté, aussitôt cousu… j’aurai du en prendre un peu plus car avec 1m50 et la gestion de la bordure ça a été compliqué de caser 2 projets!

La version d’Alice a été très peu portée pour le moment car cousue lorsqu’elle avait son plâtre, elle n’a pas encore eu trop d’occasion de la porter:

Pour Marion c’est la version robe manche longue:

La robe est légère mais avec des gros collants et un gilet, elle l’a mise régulièrement cet hiver.

Mais s’il y a des versions 3 et 4 c’est qu’il y a également une version 2 jamais bloguée. Cousue cet été, le temps de faire les photos et de me motiver à écrire un article, nous étions hors saison.

Pourtant avec sa jupe qui tourne la tenue a été plus qu’adoptée !!!

Cousue dans les chutes de ma robe Adèle et un tissu petit pan en stock depuis très longtemps, cette tenue m’a permis de vider une peu mon stock de grandes chutes.

Voila ma variation été /automne autour d’un même patron. La, je suis dans une phase gilet monceau avec 3 versions cousues ce mois ci. Avant j’étais très  mono- patron mais je prends de plus en plus de plaisir à recoudre des choses déjà faites. C’est rapide et sans prise de tête… ça fait du bien entre 2 projets plus complexes!

A bientôt

Leslie

Tricot sans frontière…

Le problème quand on a mis presque un an à finir un tricot c’est qu’on ne sait plus trop quoi en dire…

J’ai longtemps cherché quel modèle j’allais tricoter après mes 2 pulls précédents (ici et ici) pour avoir une forme qui change un peu. Je voulais quelque chose qui soit robe compatible. J’ai épinglé pas mal de patron sur Ravelry pour finalement me décider pour Vitamin D de Heidi Kirrmaier.

Ce gilet est construit top-down c’est à dire qu’il débute par l’encolure et il se tricote en aiguille 3,5. Le démarrage je m’en souviens très bien. J’avais reçu ma laine pile à temps pour partir en déplacement pro à Nuremberg en février l’année dernière. J’ai donc monté mes mailles à 7h du mat dans le hall de Roissy sous le regard ébahi d’un couple de personnes âgés. J’avais un peu peur de passer la douane avec mes aiguilles circulaires mais c’est passé nickel.

Le début est assez rythmé, il y a des jetés à intervalles réguliers et les rangs ne sont pas encore trop longs.

J’ai bien râlé une ou deux fois car mes trou-trous n’étaient pas alignés mais j’ai réussi à rattraper le tout sans trop détricoter.. Au bout d’un moment on laisse des mailles en attente pour les manches et on continu sur des rangs interminables de jersey…

J’ai eu un gros coup de motivation lors d’un aller retour à Viego en Espagne pour le boulot. 5-6h d’avion dans la même journée + les escales … ça permet d’avancer pas mal. J’ai enchaîné les rangs raccourcis les uns à la suite des autres pour créer les pointes de devant.

Et puis ce tricot est devenu mon compagnon du samedi matin pendant les cours de gym de mes filles. En dehors de ce créneaux, mon tricot était à l’arrêt. A la fin du dernier cours en juin, j’avais finis tout le corps mais plus aucune motivation pour faire les manches.

Par acquis de conscience, je l’ai emmené en Floride cet été, j’ai fait quelques rangs par ci par là mais même pas suffisamment pour terminer la première manche. Et puis au mois d’octobre quand Alice s’est cassée le bras, j’ai eu besoin de passer plus de temps avec mes enfants. Le mojo couture seule dans mon atelier n’était plus trop la, et j’ai ressortit mon tricot. En regardant des dessins animés ou  en jouant au milles-bornes… petit à petit j’avançais. J’occupais mes mains tout en étant avec eux c’était parfait.

Le point ultra positif de ce modèle pour moi et son côté zéro couture! J’ai tricoté les manches en circulaire, donc à la fin à part quelques fils à rentrer et le blocage, il n’y a pas l’étape fastidieuse de l’assemblage. Et ça c’est trop bien!

Ah oui et sinon la laine…c’est de l’alpaca de chez drops Design. La même que pour mon Ravello sauf que celle-ci gratte et pas celle de mon pull qui est toute douce… allez savoir !

Je vous rassure même si ça gratte je le porte beaucoup mon gilet. Il est bien chaud et va avec une grande partie de ma garde-robe. Et puis aussi je l’aime d’amour avec sa couleur rouge bordeaux.

A très bientôt avec de la couture.

Leslie

Bilan 2018

Avant de parler bilan, je vous souhaite le meilleur pour 2019, un peu de folie, beaucoup de passion, pas trop de petits tracas… et surtout la santé. Je vous ai laissé en octobre sur les mésaventures d’Alice. Je vous rassure elle n’a plus son plâtre et va très bien. Elle a récupéré l’usage de son bras à 100% et mon coeur de maman a cicatrisé également. Le reste de la fratrie se porte comme un charme. Je viens de leur finir des « pieds au secs » pour leurs séances de piscine avec l’école et je ne mettais pas imaginée que 2 ronds de tissus cousus ensemble pourraient leur procurer autant de bonheur tellement c’est « trop, super génial »

Pas de couture en cours car c’est plutôt le tricot qui m’occupe en ce moment. J’ai enfin terminé le gilet qui m’a occupé une bonne partie de 2018, et je viens d’en commencer un nouveau mais nous aurons le temps d’en reparler en 2019. Il me reste beaucoup de choses à vous montrer mais avec l’accident d’Alice j’ai passé moins de temps dans le « monde virtuel » ces derniers mois.

Bon alors le bilan de 2018… j’ai été impressionnée par les camemberts de Cyclaf et j’ai trouvé son approche pertinente. Prête à copier, j’ai finalement opté pour mon bilan habituel car mes projets ne sont finalement pas très diversifiés. Comme tous les ans j’ai donc cousu beaucoup de robes:

Elles ont toutes été beaucoup portées à l’exception de la 3e et de l’avant dernière. L’une car l’encolure s’est déformée et l’autre car elle ne me plaît pas et que je n’ai toujours pas suprimé les mancherons.

Des hauts :

Le 1er est porté le second beaucoup moins car je n’aime pas la longueur des manches.

Un pantalon, une jupe et un manteau:

Le manteau m’a accompagné toute la Mi-saison à tel point que la doublure a lâché sur une couture. Le pantalon a été mis 1-2 fois au début mais sans conviction. Il n’est pas ressorti depuis. La jupe sort de temps à autres mais il faudrait que je lui fasse un petit haut qui va bien car je ne suis pas très inspirée pour la porter.

Beaucoup de couture enfant cette année et surtout pour mes filles:

Elles sont demandeuses et toujours très fières d’exhiber les créations de Maman devant les copines et les maîtresses. J’en profite car je sais que cela ne durera peut-etre pas.

Et enfin j’ai cousu pour mes belles sœurs cette année. Vous n’avez pas vu grand choses par ici bien qu’il y ai eu 5 jupes, 3 hauts et quelques accessoires.

Pour ma garde robe le bilan correspond à ce que je porte au quotidien pour bosser: des robes, des robes et des robes. À la rentrée je me suis attaquée à mes complexes (cette partie rebondie entre le bas du dos et le haut des cuisses !). A coup de légumes et poissons vapeurs, une bonne partie de ma garde-robe est devenu trop grande… 😊

Il va donc falloir faire du tri et surtout coudre de nouveaux vêtements pour 2019! Chouette!

A bientôt et encore belle année 2019.

Leslie

Allô maman, bobo…

Vendredi 19 octobre , 10h20:
Dring, dring…
– Allo.
– Allo bonjour, c’est le directeur de l’école d’Alice. Elle est tombée sur le bras gauche.
– ouf, le bras gauche. Ça va alors… (Alice est déplâtrée du bras droit depuis 15 jours)
– Non ça va pas! Les pompiers sont en route. Vous pouvez être là dans combien de temps?

Arrivée à l’école en 25 minutes. Verdict sans appel des pompiers: « c’est cassé Madame, on attend le samu ». Arrivée du samu, confirmation de la fracture de l’humérus avec déplacement osseux. Décision du médecin: Évacuation à l’hôpital de Necker. Masque pour endormir Alice et lui poser une perfusion d’anti-douleur. Trajet dans le camion de pompier avec le samu en ouverture. 12h00 arrivée à Necker. Mise sous morphine, radio de contrôle, visite du chirurgien qui m’explique les différents scénarios… le regard désespéré d’Alice qui comprend qu’elle va de nouveau avoir un plâtre… un peu d’attente.
Ma question naïve à l’infirmière qui passe dans le couloir…
– Est-ce que vous pensez qu’on va attendre longtemps?
– Non, votre fille est en stade 4, il n’y a pas plus urgent qu’elle. On attend l’anesthésiste et elle part au bloc.

16h00… mon bébé part au bloc. L’infirmière me donne des consignes:
– Si tout va bien on vous appelle dans 2h en salle de réveil et si on ne vous appelle pas c’est qu’il nous fallait plus de temps. On ne s’inquiète pas. Ok?

Alice est partie et je craque. 2 fois en 1mois et demi qu’elle se casse les bras. A chaque fois je n’étais pas là et un sentiment profond de culpabilité s’installe… je n’ai pas su protéger mon enfant.

17h30 salle de réveil. Ma puce dort. Elle a un plâtre provisoire et son bras est attaché à son ventre. L’infirmière place gentillement un rideau entre nous et l’enfant d’à coté… la mienne ce n’est qu’un bras… on est à Necker en salle de réveil, les pathologies peuvent être très lourdes… Soirée et dîner d’hôpital, cela aurait pu être pire.

6h00 le lendemain. Visite du chirurgien qui nous explique l’intervention: Opération en externe pour remettre l’humérus, pose de 2 broches pour le maintenir, pose du plâtre définitif lundi puis contrôle dans 4 semaines pour – on l’espère – déplâtrer et retirer les broches en ambulatoire.

La suite… Achat de quelques tshirt en 8 ans en anticipation du plâtre définitif. Cette fois ci, le froid est là, elle ne pourra pas mettre que des manches courtes.
Lundi retour à Necker pour le plâtre définitif. Le chirurgien nous avait prévenu mais on ne s’attendait pas à ça… Il faut immobiliser le coude, il lui plâtre l’épaule et tout le buste…une véritable armure.

Impossible de l’habiller… je découds une manche dans l’espoir que ça passe… impossible non plus! Maman va devoir faire de la couture!

En nocturne lundi, je fais un prototype: 1 seule manche en 4 ans, corps en 8 ans en largeur et des pressions sur le côté (réalisé à partir d’un patron d’ottobre)

Validation du proto. Achat de tissu rose et de flex et couture en série … il y a certainement un concept de vêtement plâtre-compatible à lancer pour les plus motivées. Pour ma part je me contenterai de donner mes T-shirts à l’hôpital quand tout sera derrière nous.



Alice fait le robot:

il faudrait aussi que je lui fasse un sweat et on sera paré pour retourner à l’ecole…

Alice a eu du mal à accepter la situation, mais elle a repris le dessus. Elle va bien et s’habitue à son armure. Son caractère de canaille refait surface… et quelque part c’est bon signe.

A toute fin utile puisque depuis 10 jours, j’ai eu le droit à la question un très grand nombre de fois. Non Alice n’a pas la maladie des os de verre, non elle n’a pas de carence en produits laitiers. Oui j’ai posé la question à l’hôpital et la réponse est sans appel: UN ENFANT C’EST FRAGILE ET QUAND IL TOMBE IL SE CASSE !

Alice est tombé du dos de son frère le 30 août et s’est cassée le bras droit. Elle est tombée de vélo le 19 octobre et s’est cassée le bras gauche. Fracture très importante car elle a avant tout voulu protéger son bras fragilisé.

Même si j’ai eu du mal à l’accepter, c’est juste pas de chance. Son handicap est temporaire et je mesure d’autant plus la chance d’avoir des enfants en bonne santé.

Je profite de mes cousettes d’urgence pour participer à l’opération « Octobre rose »

Je fais partie des nombreuses femmes qui ont montré leurs seins au mois d’octobre. Mes antécédents familiaux sont mauvais mais pour le moment mes résultats sont bons. A contrôler l’année prochaine…

A très vite

Leslie

Cow-girl

Est-ce que vous aussi dès qu’un nouveau morceau de tissu passe le pas de la porte avec du rose, du violet ou des fleurs, une bande de minies vous assaille de « c’est pour moi? ». Avec ce joli wax à fleurs, la demande a été plus qu’insistante… sauf que ce tissu c’était pas le mien.

Ce joli tissu a été acheté par une de mes belles sœurs, pour que je lui couse une jupe. Alice a surveillé de très près ce projet pour juger s’il en resterait un peu pour elle. Alors pendant qu’elle était en vacances chez ses mamies cet été je lui ai fait la surprise de lui coudre dans les chutes, la jupe Robyn du magazine « La maison Victor » nov-déc 2015.

Jolie petite jupe prévue avec une bande élastique à l’intérieur pour ajuster la taille, et 2 grandes poches pour embarquer tous ces trésors. Le patron est bien conçu et j’ai pris beaucoup de plaisir à le coudre.

Les photos ont été faites avant le retrait du plâtre:

 Mais on aurait presque pu faire croire que c’était après:

Petit apparté santé: Alice va très bien, elle a complètement retrouvé l’usage de son bras et réussie à le tendre complètement. Je suis surprise par la vitesse à laquelle les enfants récupèrent sans rééducation. Ce soir elle s’amusait à se suspendre sur les barrières du bord du stade en attendant la fin du cours de foot de son frère. J’étais très partagée entre le : « non fais pas çà tu vas te faire mal » et le « vas y ma chérie tu vas remuscler ton bras ».

Bon et le chapeau? Il restait des chutes de chutes… alors comme ma belle sœur aime bien les couvres chefs, je me suis aventurée dans un chapeau. Patron très simple, la seule difficulté était de rigidifier le bord. J’ai utilisé 2 couches de vieux draps très épais entre mes tissus que j’ai renforcés avec de la viseline bien épaisse et le tour est joué.

Pour en finir définitivement avec l’épisode plâtre, je vous montre également la cape que j’ai cousue en urgence à Alice.

Avec un plâtre jusqu’au 3 octobre, il fallait qu’elle aie un manteau plâtre-compatible pour la fraîcheur matinale. J’ai donc acheté un joli tissu enduit que j’ai doublé d’une polaire softshell.

Pour le patron, c’est un cercle tout simple un peu plus court sur les bras. J’ai fait un trou pour passer la tête avec une patte de boutonnage et j’ai copié la capuche sur son manteau du commerce. La capuche n’est pas très couvrante, si c’était à refaire je la modifierai un peu.

Allez, bye bye petit plâtre…

A bientôt

Leslie

En duo

Le photographe attitré de la « Lilly sews Family » étant rentré de ses quartiers d’été je vais pouvoir vous montrer toutes mes cousettes estivales. Et oui car avant de partir en vacances en juillet, je m’étais cousue une petite robe de vacances spéciale grosse chaleur en coton.  Et au retour j’ai cousu dans les chutes une petite Robe pour Alice. C’est donc un duo mère fille que je vous propose de découvrir:

La robe d’Alice est le modele Bouton d’or de l’Atelier Scammit en version sans manches. J’aime beaucoup la délicatesse de ce modele avec ses découpes et ses petits volants d’emmanchures:

Malgré le talent du photographe, difficile de cacher qu’Alice a eu une petite mésaventure qui lui a valu 5 semaines de plâtre… C’est presque de l’histoire ancienne elle est normalement déplâtrée ce mercredi.

Pour le dos j’ai trouvé des pressions parfaitement assorties:

Une petite robe assez simple à faire et que j’aime beaucoup beaucoup. Ce patron risque d’être bien rentabilisé. J’ai déjà en tête la version hiver.

Pour ma robe il s’agit du modele 101 du Burda de juillet 2017. J’aime particulièrement les découpes du dos et le décolleté très sage du devant.

La jupe cercle a beaucoup d’ampleur et se soulève un peu trop facilement en cas de coup de vent ou bouche d’aération… c’est du vécu!

La robe est assez simple à coudre et le montage du dos ingénieux. Je pense en refaire une l’année prochaine tellement j’ai déjà porté celle-ci.

Bref j’aime beaucoup nos petites robes estivales, très agréables à porter par forte chaleur… Dommage que l’automne soit arrivé et qu’il fasse les ranger jusqu’à l’année prochaine!

Bonne semaine et à très vite.

Leslie

Du wax…

Il y a quelques temps ma belle sœur liseuse silencieuse de ce blog m’a demandé si je pouvais lui coudre une jupe en wax. Nous avons regardé ensemble les différentes formes et elle a choisi le patron le plus simple de la terre… une jupe cercle. Elle voulait du volume j’ai donc suggéré de partir sur un cercle complet malgré un métrage de tissu très conséquent: 3m60.

Munie de ces précieuses mesures, elle est allée choisir son tissu dans le temple de la tentation au marché St Pierre. Elle s’est prise au jeu du vendeur et de ses nombreuses questions et lui a laissé croire que c’était elle la couturière. C’est un demi mensonge puisque depuis elle s’est essayée à la couture…. hum hum serait-ce contagieux?

Pas grand chose à raconter sur la jupe. J’ai assemblé 2 demi-cercles, rajouté une bande dans le haut pour éviter que la jupe ne se déforme, une fermeture, un bouton, un ourlet et c’est terminé.

Enfin presque car qui dit jupe cercle dit aussi beaucoup de chutes…. J’ai donc proposé de coudre un petit quelque chose pour sa fille. Maman voulait un haut, Ma nièce voulait une jupe…. j’ai réussi à caser les 2:

La jupe est le modèle Twist de Vanessa Pouzet déjà cousu ici. Et le top est le modèle 131 du burda d’avril 2017. Il a une petite bande boutonnée dans le dos que j’ai fait noir également.

Le wax c’est toutes saisons, la preuve en image;

On me glisse dans l’oreillette qu’il y aurait eu depuis une autre virée shopping au Marché St Pierre, une belle-sœur en entraînant une autre… affaire à suivre!

A très bientôt

Leslie

Gilets Monceau

Quand j’ai acheté mes coupons de sweat cet hiver j’avais dans l’idée d’en faire des robes avec des associations de jersey… mais il a fait très très beau pendant les vacances d’avril et j’ai trouvé que ce n’était déjà plus trop de saison.

Mes filles étaient en vacances et j’avais envie de leur coudre un petit quelque chose pour leur retour. J’ai donc cherché comment utiliser mes coupons de 50 cm et c’est le gilet monceau de cozy little word qui a remporté les suffrages.

En taille 5 ans pour Alice ça passe sans problème dans 50 cm mais en taille 7 ans pour Marion c’est un peu juste. La parementure a été coupée dans le liseré du tissu la où il y a les indications de lavage, la marque etc…

Le patron est d’une simplicité enfantine surtout quand comme moi on assemble le tout à la surjeteuse. La couture se fait en 1h30 environ (tissu et patron coupés au préalable) c’est un bon projet entres 2 cousettes plus prise de tête…

Pour l’occasion, je me suis offert la pince Prym love turquoise surlaquelle j’avais des vus depuis longtemps et j’avoue que c’est franchement plus facile pour poser des pressions qu’au marteau.

Pour les pressions j’ai hésité à poser des résines car ma mercerie m’avait dit que cela ne tiendrait pas sur le sweat mais pour le moment ça tient.

Comme à son habitude ma petite Alice s’est fait prier pour faire les photos malgré la sucette et le doudou alors que Marion adore être sous les feux de la rampe:

Je suis super contente de ces 2 gilets parfait pour les matinées fraîches et qui se mettent en boule sans ménagement dans leur sacs dès que le soleil se profile. Ils ont été adoptés rapidement et ont été déclarés pull préféré  !!!

A refaire donc sans modération…

A très bientôt et bon week-end

Leslie

Edit du lendemain:

les tisssus viennent du site mamzellefourmi mais le tissu fée n’a plus l’air dispo. Pour les chats super héros: https://mamzellefourmi.com/imprime/9453-tissu-molleton-mister-cat-beige.html

 

 

Jolene

Après avoir cousus du Burda et du LMV pendant des années, je découvre avec plaisir les patrons indépendants. Pas de grilles superposées où il est difficile de retrouver les pièces, pas de marge de coutures à rajouter… certes un peu de collage et de découpage mais c’est pour le plus grand bonheur de mon Alice qui s’amuse à faire des confettis avec les restes de mes découpes!

Jolene de la marque Ready to sew est un de mes coups de cœur de l’année dernière. C’est évidemment la version robe qui m’a séduite et c’est pourtant la version chemise que j’ai cousu !! Et oui, ne connaissant pas cette marque de patron, j’ai choisie de faire une version test dans un tissu bon marché avant de me lancer dans la robe:

Le patron est proposé soit en manches courtes soit en manches mi-longues. Et je l’ai trouvé très bien conçu. Les repères sont suffisant pour que tout s’emboite parfaitement et les explications très claires.

Tout le charme du patron est dans les fronces et pourtant c’est vraiment pas ce que je préfère coudre. Ceci dit, je me rends compte que je progresse car quand j’ai débuté ma bête noire était de résorber l’embu des têtes de manches, puis après c’etait de réussir à coudre des fermetures éclairs parfaitement invisible, et puis à force d’en faire je les couds sans y prêter garde. C’est pareil pour les fronces qui me semblent de moins en moins contraignantes et qui sait peut être qu’un jour j’y prendrai plaisir…


Allez je vous fais un autre aveu… Je déteste coudre les boutons et là il y en a 14! Alors j’ai ressortir le manuel de ma machine que j’ai depuis 2003 et pour la première fois alors que j’ai toujours snobé cette option (bah oui un bouton se coud à la main quand même!) j’ai cousu tous mes boutons à la machine! UNE RÉVÉLATION comment ai-je pu m’en passer avant?

Sur les bons conseils de ma mercerie, j’ai fait de fausses boutonnières et ai ajouté des pressions (sauf sur les 2 boutons du haut que je laisse ouvert). Bah oui, 14 mini-boutons de bon matin, en mode pas réveillé, ça donne pas trop envie et c’est vrai que les pressions, c’est bien plus pratique.

Vous l’aurez compris j’adore ma Jolene. Et maintenant que le patron est validé (taille 40 avec zéro retouches) la version robe manches courtes devrait voir le jour cet été.