Aller jamais 2 sans 3, comme je vous l’avais annoncé dans mon billet précédent, je vous présente un 3ème modele issu du numéro de Janvier-Fevrier de LMV. C’est bien la première fois que je rentabilise autant un magazine!

image

Bon vous êtes prêts pour un roman.
C’est l’histoire d’un petit garçon qui voulait que sa maman lui couse quelque chose car sa sœur venait d’avoir une jupe. On choisit le patron, je coupe mon tissu accompagné par des « c’est bientôt fini » toutes les 5 minutes. Avec 3 minis pouces et un boulot à plein temps je couds surtout le week-end. Arrive le dimanche soir, veille de la dernière semaine d’école avant les vacances de février et la veste n’est pas finie…  Je promets que « oui je trouverai le temps dans la semaine pour la finir et qu’il pourra la mettre à l’école avant les vacances » (même si au fond de moi je ne vois pas bien quand!) et plaide que de toute façon je n’ai pas les boutons pour la finir! Et toc!

Comme pour tous les enfants, la période entre noël et les vacances d’hiver est des plus compliquées car les chérubins sont crevés, qu’on enchaîne rhumes sur gastro, qu’il fait nuit le matin et le soir… Bref que tout prend 4 plombes car ils sont épuisés. En maman très faible, j’avoue marchander sévère un peu avec eux. J’ai la chance de bosser pour un grossiste, tu sais celui dans lequel tu peux acheter les maxi boites de Haribo, les mêmes que celles que tu trouves chez le boulanger. J’ai donc une réserve très efficace de dragibus dans mon coffre de voiture quand il faut vraiment sortir les grands moyens pour qu’ils acceptent (rayer les mentions inutiles):
– de quitter la garderie,
– de marcher jusqu’à la voiture
– puis de marcher jusqu’à la maison quand on n’a pas trouvé une place proche de chez nous.

Mes enfants ont bien compris que le travail de Maman recèle de choses merveilleuses. Fatiguée par la n-ième demande de mon fils, je me retrouve à lui promettre une surprise « de mon travail » pour le lendemain mercredi s’il accepte d’aller enfin se coucher. (À ce moment de l’histoire, il aurait même pu me demander un kangourou ou un vrai sabre laser de Jedi que j’aurai dit oui!).

Sauf que le lendemain, prise dans un tourbillons de réunions, j’ai oublié. Je vous raconte pas le moment de solitude, quand je récupère mon fiston qui avant de me dire bonjour me demande: « Maman t’as ma surprise? »…. Là, impro totale et ma réponse fuse: « j’ai mieux que ça, monte vite dans la voiture! » Pendant que je me contorsionne pour arnacher mes 3 chérubins dans leur siège auto, mon cerveau réfléchit à 100 à l’heure pour trouver la parade!
Et d’un coup, comme dans les BD, une ampoule s’allume; Il m’a semblé apercevoir un petit mail de M. Mon mari dans l’après midi pour me dire que ma commande de boutons était arrivée. Je poursuis donc crânement: « je te la donnerai à la maison ».

Lecteur, tu imagines bien la suite… Le fiston chéri est aussi dur à la négo que moi en impro! Et c’est comme ça que je me suis retrouvée à 22h passées sur ma terrasse par -2°C à poser des pressions au marteau parce que j’ai pas la super pince qui va bien. Le « Maman t’es la meilleure » au réveil du bonhomme découvrant sa veste finie m’a fait tout oublier!!
Ouf on est jeudi matin, promesse tenue!

image
image
imageJe vous passe les détails du drame d’une des pressions qui n’a pas tenue et le désespoir de mon fils en rentrant de l’école. Même pas peur, le marteau n’avait pas eu le temps de retourner au fin fond du cabanon de jardin. Pouf, pouf, 2 coups de marteau, un regard ébahi du fiston devant le « si grand talent » de sa mère à tout réparer!

Bon et la couture dans tout ça?
La première difficulté est les poches passepoilées. Ce n’est que la deuxième fois que j’en couds et je ne maitrise pas encore complètement la technique. J’ai d’ailleurs un peu brûlé mon tissu en voulant bien applatir au fer.
La seconde difficulté c’est le bord cote du col et du bas. Pour le coup, je n’en avais jamais cousu et c’est ce qui m’intéressait comme étape technique dans ce modele. Au final c’est plutôt simple. Comme souvent avec LMV, toutes les étapes sont bien détaillées, il n’y a qu’à suivre.

Enfin, pour la taille, j’ai fait un 6 ans alors que le jeune homme s’habille plutôt en 8 ans dans le commerce.
Voilà, vous êtes toujours là? Je vous avais prévenu dès tout en haut que ce serait un roman 🙂
NB: l’année prochain, mon fils rentre au CP, ce billet s’auto-detruira dès qu’il saura lire!

20 comments on “Veste Ramon”

  1. Merci, tu m’a bien fait rire. Ton sens de l’improvisation est impressionnant… 😉 et la veste de ton loulou est très réussie. C’est vrai que les modèles LMV sont très bien expliqués…

  2. Quelle histoire ! C’était un régal à lire !

    Et la veste est superbe et on devine son sourire de fierté derrière le flouté de son visage ! Pour les pressions KAM, tu les as posées au marteau ! Tu as du bien galérer… J’ai acheté la pince et elle vaut le coup, c’est bien plus rapide que le marteau même s’il faut être vigilant(e) !

    A bientôt lire

    • Pour être fier, il est fier! Les pressions ne sont pas des KAM en plastiques mais des Prym spéciales anorak en metal. Comme je n’en pose pas souvent le marteau suffit amplement pour le moment mais peut être que si je couds plus pour mes enfants je finirai par investir dans une pince.

  3. Mais quelle aventure cette petite veste!
    J’ai beaucoup rigolé en imaginant les scènes. Les mamans ont toujours des ressources incroyables…
    Pour parler couture : elle est très bien réussie cette veste.
    Ah, il n’y a pas que moi? LMV taille grand pour les enfants. Non?

  4. superbe histoire!! je crois qu’on est tous pareil à marchander avec nos loulous hihihi!
    tu es une super maman ya pas de doute! la veste de ton fiston est superbe bravo!

  5. L’histoire et le blouson valent leur pesant de dragibus! Et assortir ses enfants à sa tenue, n’est-ce pas le comble du chic??? Bravo pour les poches passepoilées!

    • Hihihi… En ce moment c’est plutôt des crocodiles dans ma voiture mais cela fonctionne tout aussi bien!
      Ah les poches passepoilées… C’est comme les braguettes de pantalon à chaque fois on se demande comment on a bien réussi à les faire la fois précédentes tellement tout semble nébuleux pour les coudre!

  6. Excellent ! J’adore l’histoire, et je suis admirative devant ta gestion de la négociation.
    J’aurais tendance à basculer de culpabilité à énervement (« aaargh j’ai oublié » … « j’ai eu beaucoup trop de travail, je suis fatiguée, ne m’ennuie pas »). Mais toi, tu bluffes comme une reine, et en plus tu assumes en bossant pour ne pas avoir bluffé.
    C’est moi qui suis bluffée 🙂
    Bravo !
    PS : je comprends que tu ne veuilles pas qu’il le lise l’année prochaine, mais un peu plus tard il appréciera sûrement l’effort !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *